Test Blu-ray : True Detective – Saison 4 – Night Country

0
412

True Detective – Saison 4 – Night Country


États-Unis : 2024
Réalisation : Issa López
Scénario : Issa López
Acteurs : Jodie Foster, Kali Reis, Fiona Shaw
Éditeur : HBO
Durée : 6h20 environ
Genre : Série TV, Policier
Date de sortie DVD/BR : 10 juillet 2024

Alors qu’une longue nuit d’hiver tombe sur la ville d’Ennis, en Alaska, les huit hommes en charge de la station de recherche arctique de Tsalal disparaissent sans laisser de traces. Pour résoudre l’affaire, les détectives Liz Danvers et Evangeline Navarro vont devoir affronter leurs propres démons et creuser les vérités à la recherche des secrets les plus enfouis…

La saison

[4/5]

Cinq longues années après une troisième saison formidable, la série True Detective a refait son apparition début 2024 sur les chaînes du canal HBO. La quatrième saison du show marque une rupture avec les précédentes, dans le sens où le créateur de la série Nic Pizzolatto a cette fois cédé sa place de showrunner et scénariste à la mexicaine Issa López, scénariste et réalisatrice. Grand bien semble d’ailleurs lui en avoir pris, puisque cette quatrième saison True Detective a été un véritable carton d’audience, avec 12,7 millions de téléspectateurs en moyenne dans le monde, soit le meilleur résultat de la série depuis qu’elle existe.

Au rayon des nouveautés arrivant avec cette quatrième saison intitulée Night Country, on remarquera également que l’intrigue est cette fois centrée sur un duo de flics féminin : Jodie Foster y incarne la cheffe Liz Danvers et la championne du monde de boxe Kali Reis endossera l’uniforme de l’agent Evangeline Navarro. Mais là ne se situe pas le changement le plus spectaculaire par rapport aux saisons précédentes. L’intrigue de True Detective – Saison 4 a la particularité de se dérouler en Alaska, au début de la nuit polaire, ce qui plongera la série dans une longue, très longue nuit. S’attardant de façon assez considérable sur la culture autochtone, cette saison sera la première à développer tout au long de son intrigue un élément fantastique très prononcé, rompant avec l’aspect brutalement naturaliste des saisons développées par Nic Pizzolatto.

Bien sûr, les saisons précédentes de True Detective laissaient une place importante à la « subjectivité », notamment en utilisant des fioritures stylistiques qui s’amusaient parfois à brouiller les lignes entre le réel et l’imaginaire. Dans la première saison, la perspective de Rust Cohle (Matthew McConaughey) était profondément déformée par des années de toxicomanie ; dans la deuxième saison Frank Semyon (Vince Vaughn) livrait un combat contre lui-même et ses propres démons dans le désert, et dans la troisième saison, les troubles de la mémoire de Wayne David Hays (Mahershala Ali) mélangeaient allégrement le passé et le présent. Cela dit, aucune saison de True Detective n’avait jusqu’ici laissé une telle place au surnaturel : mysticisme, esprits et autres phénomènes étranges et inexpliqués seront en effet de la partie au fil des six épisodes qui composent Night Country.

L’élément fantastique au cœur de True Detective – Saison 4 est d’ailleurs sans aucun doute encore renforcé par le cadre dans lequel la saison se déroule : l’action se déroule dans la ville (fictive) d’Ennis, qui se situe, comme on l’a dit un peu plus haut, en Alaska – une ville bordée par une vaste étendue de glace à perte de vue, qui a valu à Ennis le surnom de « ville du bout du monde ». Le premier épisode nous emmènera dans une base scientifique, au cœur de laquelle une poignée de chercheurs semblent assaillis par quelque chose d’inquiétant qu’il sera impossible pour le spectateur de déterminer l’origine. Après avoir été pris de spasmes, un des chercheurs prononcera une phrase énigmatique : « Elle s’est réveillée ». Bien entendu, dans l’inconscient collectif, le fait d’entrer de plein pied dans la saison en découvrant des scientifiques dans une base polaire rappellera naturellement l’intrigue de The Thing (John Carpenter, 1982). Dans le même ordre d’idées, le fait que l’essentiel de l’action de Night Country se déroule durant la nuit polaire rappellera évidemment le très sous-estimé 30 jours de nuit (David Slade, 2007), adaptation cinématographique du premier volume de la série de comics du même nom créée en 2002 par Steve Niles et Ben Templesmith.

Autant dire qu’avant même de réellement débuter, cette quatrième saison de True Detective trimballe avec elle un imaginaire assez marqué et puissant. Pour autant, le scénario de la saison signé Issa López parviendra à se détacher sans trop de difficultés de l’ombre de ses modèles, qui ne s’avérera jamais trop envahissante, notamment grâce au soin apporté à la description des personnages. Comme dans les autres saisons du show, l’intrigue sera une fois de plus centrée sur deux flics, qui mettront un certain temps à mettre de côté leurs désaccords, et qui resteront toutes deux profondément ancrées dans leurs pratiques procédurales. Les deux policières au cœur de Night Country sont très différentes, mais reliées par une affaire commune. Jodie Foster incarne une cheffe de la police locale à la mâchoire crispée, très marquée par les événements dramatiques de son passé. Face à elle, le personnage incarné par Kali Reis, qui fait preuve à l’écran d’une présence physique formidable, n’a pas non plus été épargnée par la vie, et se débat entre la menace de la maladie mentale qui plane au-dessus de sa famille et les fantômes d’une affaire vieille de plusieurs années qu’elle n’est jamais parvenue à résoudre.

En arrière-plan du mystère entourant la disparition des scientifiques, la ville d’Ennis est également au bord de l’implosion, en raison de la lutte permanente entre la population indigène locale et une puissante société minière, avec ses travailleurs délocalisés et son pouvoir soutenu par l’argent, qui pollue la terre et ses habitants. L’intrigue de True Detective – Saison 4 est également profondément marquée par la violence faite aux femmes, ainsi que par la thématique du deuil, et des difficultés à accepter la disparition d’êtres chers, surtout dans un lieu où les morts ne semblent jamais s’effacer complètement. C’est d’ailleurs en cela que Night Country s’avère à la hauteur de la tâche qui consiste à revitaliser la franchise : la saison traite les croyances Iñupiaq comme s’il s’agissait d’une réalité palpable. Bien entendu, les spectateurs les plus terre à terre pourront éventuellement faire valoir que ces manifestations physiques de l’au-delà sont totalement « subjectives » et devraient être imputées au lieu où se déroule l’action, comme le fruit du manque de soleil lié à un attachement trop prononcé aux traditions orales.

Cette quatrième saison de True Detective est donc, aussi bien visuellement que thématiquement, très riche, et a vraiment de quoi alimenter six épisodes passionnants, chacun se terminant par un cliffhanger et un nouvel élément du mystère « principal ». De plus, chaque personnage traîne avec lui des secrets et des traumatismes qui contribuent à leur donner une épaisseur certaine, même pour les personnages secondaires, à l’image de l’agent Peter Prior (Finn Bennett), de la mystique Rose Aguineau (Fiona Shaw) ou encore d’Eddie Qavvik (Joel D. Montgrand), qui entretient une relation avec Navarro. Le rythme est excellent, et la tension ne faiblit jamais : comme d’hab, c’est du lourd !

Le coffret Blu-ray

[4,5/5]

C’est sous les couleurs de HBO que débarque ces jours-ci la quatrième saison de True Detective en Blu-ray. Les six épisodes de True Detective – Saison 4 sont répartis sur deux disques, qui se trouvent de part et d’autre d’un boîtier Blu-ray standard surmonté d’un fourreau cartonné. Côté master Haute-Définition, cela ne sera pas une surprise pour ceux qui possédaient déjà les Blu-ray des trois premières saisons : la qualité de l’image est tout simplement excellente. La quasi-intégralité de la saison se déroule dans la nuit, mais l’image reste toujours claire et nette, avec un niveau de détail élevé. Côté son, c’est également un festival de dynamisme : les effets multicanaux vous feront à coup sûr sauter au plafond durant les scènes d’action. VF et VO nous sont proposées en DTS-HD Master Audio 5.1, et passe d’ambiances discrètes et très finement spatialisées à des effets littéralement tonitruants. Les deux mixages font bon usage des canaux Surround pour offrir une ambiance immersive tout au long de la saison, avec également une belle mise en valeur de la musique de Vince Pope, qui inclut des chants de gorge indigènes, ainsi que la chanson-titre, « Bury a Friend » de Billie Eilish, qui correspond vraiment au ton effrayant de la saison.

Dans la section suppléments, on trouvera tout d’abord un récapitulatif de chaque épisode (6 minutes au total), ce qui pourra s’avérer utile si vous vous laissez du temps entre les épisodes. Pour le reste, les bonus seront composés d’une poignée de featurettes, superficielles mais informatives. Le module « À la rencontre des True Detectives » (3 minutes) mettra en scène deux héroïnes de la saison Jodie Foster et Kali Reis, qui se poseront mutuellement des questions rapides et amusantes sur la série et le tournage de nuit dans le froid. Le segment « Nouveau chapitre » (3 minutes) reviendra sur les particularités notables de Night Country : cadre, acteurs, personnages, production centrée sur les femmes, etc. Parmi les intervenants, on notera la présence de Jodie Foster, Kali Reis, Finn Bennett, Issa López et Mari Jo Winkler-Ioffreda (productrice exécutive). On continuera ensuite avec un focus sur la culture Inuit (5 minutes), dans lequel Issa López, Mari Jo Winkler-Ioffreda, Jodie Foster, Kali Reis, Isabella Star LaBlanc et Aka Niviâna discuteront de la façon dont True Detective – Saison 4 explore les histoires des communautés indigènes, du tournage en Islande, de la participation de vrais indigènes devant et derrière la caméra, de l’utilisation de chants de gorge pour la musique, des thèmes de la culture et de la spiritualité, etc. Très intéressant ! On reviendra ensuite sur le cadre de la série, à Ennis, en Alaska (2 minutes), en évoquant le rôle de la ville dans la série, le tournage en Islande, etc. Enfin, on terminera avec un amusant sujet intitulé « Test de Rorschach » (3 minutes), dans lequel Jodie Foster et Kali Reis seront amenées à voir une série de taches d’encre sur le thème de la télévision et du cinéma (HBO et Warner Bros).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici