DVD — 30 septembre 2015
Test Blu-ray : American horror story – Freakshow – L’intégrale de la saison 4

American horror story – Freakshow – Saison 4

 

États-Unis : 2014
Titre original : –
Créateurs : Ryan Murphy, Brad Falchuk
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 11h30 environ
Genre : Série TV, Horreur
Date de sortie DVD/BR : 30 septembre 2015

 

1952, dans la petite ville paisible de Jupiter, en Floride. Une des dernières troupes de saltimbanques ambulants menée par Miss Elsa Mars, composée d’êtres difformes et hors du commun, arrive en ville. Leur arrivée coïncide avec une série de meurtres horribles commis par un être maléfique qui menace aussi bien les habitants que les nouveaux venus. Les artistes de ce cirque différent vont devoir tout faire pour préserver leur vie dans un monde où ils n’ont plus leur place…

 


 

La saison

[4,5/5]

American horror story est un modèle d’intelligence télévisuelle. Les auteurs de la série créée par Ryan Murphy et Bryan Falchuk ont bien assimilé que les impératifs liés à la chaîne FX, filiale de la Fox, les empêchaient de se vautrer dans les outrances diverses (on n’est pas sur HBO !), et nous livrent avec cette quatrième saison du show une totale réussite, la série composant de manière tout à fait remarquable avec ses propres limites. Sachant pertinemment qu’ils ne peuvent se permettre trop de gore ou la moindre scène de cul un peu explicite, les auteurs misent tout sur le ton, l’ambiance et un scénario riche en rebondissements, mélangeant allégrement les genres et les intrigues dans un brillant melting-pot d’influences (avec naturellement un hommage on ne peut plus explicite au fameux Freaks de Tod Browning) qui fera se croiser traumatismes nazis, tueur en série déguisé en clown, fantômes, meurtres crapuleux et, naturellement, freak show grandeur nature.

L’ensemble reste très sérieux et ne prend jamais la direction d’un joyeux délire comparable aux saisons les plus barges d’un True blood par exemple, mais les épisodes se suivent sur un rythme soutenu, et il se passe toujours quelque-chose pour tenir le spectateur en éveil jusqu’au dénouement final. Les anachronismes musicaux chers au créateur de Glee confèrent à l’ensemble une poésie certaine, et même si l’ensemble n’est certes pas tout à fait exempt de défauts (quelques excès dans le pathos, notamment lors d’un épisode dressant d’inutiles passerelles entre cette saison et la deuxième, un trop plein de rebondissements donnant l’impression d’une véritable hécatombe au sein du cirque, des longueurs lors du final narrant les déboires télévisuels d’Elsa…), mais dans l’ensemble, cette quatrième saison d’American horror story fait montre d’un incroyable savoir-faire dans le genre et s’avère probablement la meilleure saison de la série à date.

 

 

Le coffret Blu-ray

[4/5]

Série FX oblige, c’est tout naturellement à Fox que l’on doit aujourd’hui la sortie de la série en haute-définition, dans un coffret contenant 3 Blu-ray. L’image s’avère, à quelques rares séquences près qui semblent vaguement lissées (et qui dénotent d’autant plus dans le paysage), pointue, précise, finement ciselée. C’est un quasi sans faute, le rendu est littéralement superbe. Coté son, comme sur les coffrets des deuxième et troisième saisons de la série, le mixage audio DTS-HD Master Audio 5.1 est littéralement époustouflant de finesse et de dynamisme, mais on ne comprend pas l’absence d’une VF qui, pourtant, existe bel et bien (elle a été diffusée sur Ciné+ Frisson). Heureusement, les sous-titres sont disponibles non seulement en français québécois comme auparavant, mais également en français. Exit donc les « asshole » traduits en « colon », les « shit » traduits en « maudit », les « bobettes », « tabernacle » et autres joyeusetés made in Caribou.

Niveau suppléments, l’éditeur nous offre à nouveau plus d’une heure de bonus : présentation des différents « freaks » avec une attention toute particulière pour « Ma petite », coulisses du tournage et des différents maquillages et effets spéciaux, retour sur les enjeux narratifs de la saison… Tout cela sera néanmoins à réserver aux anglophones, puisqu’aucun des suppléments ne propose le moindre sous-titre français.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles