wildwins office 2016 key Office 2016 Product Key Office Professional Plus 2016 Key validkeyshop cheap-windows-10-product-key
News — 03 avril 2016
Don Quichotte de Terry Gilliam : c’est (re) parti

lost in la mancha terry gilliam jean rochefort

Une rencontre qui sonne comme une évidence : un producteur branque et audacieux et un réalisateur branque et audacieux vont travailler ensemble. Paulo Branco va produire L’Homme qui tua Don Quichotte (The Man Who Killed Don Quixote) de . Les deux hommes se sont bien trouvés, le premier allant jusqu’au bout de ses fantaisies, le deuxième prenant souvent un paquet de risques financiers et artistiques, jonglant de façon assez fascinante avec les budgets comme cela est souvent évoqué dans les entretiens qu’il accorde et dans les témoignages de ceux qui ont travaillé avec lui.

Paulo BrancoIl a notamment produit la majorité des œuvres de Manoel de Oliveira (de 1979 avec Amour de perdition jusqu’à 2003 avec Un film parlé) et de (de 1981 avec Le Territoire jusqu’au posthume Les Lignes de Wellington cosigné avec Valeria Sarmiento) ainsi que des longs-métrages de Werner Schroeter, , , Jean-Claude Biette, , dans sa période la plus riche. Il avait participé à la (brève) relance de la carrière de Jacques Rozier avec Maine Océan, produit dans l’urgence comme il l’expliquait dans l’interview accordée à SoFilm et permis à Michel Piccoli de passer derrière la caméra. Récemment il a produit Mon âme par toi guérie du regretté François Dupeyron et La Chambre bleue de Mathieu Amalric.

Après le tournage avorté début 2000 enregistré pour l’éternité dans le documentaire Lost in La Mancha de Keith Fulton et Louis Pepe., Terry Gilliam n’a cessé de tenter de relancer le projet avec, à la place de et , Robert Duvall et évoqué dans un premier temps puis Owen Wilson et l’an dernier le duo / Jack O’Connell qui semble bien avancé jusqu’à l’annonce du cancer de pancréas du premier qui a annoncé récemment que sa maladie était en rémission, mais il ne ferait plus partie de la distribution. Aucun acteur n’a pour l’instant été annoncé pour la reprise de ce projet dont les prémices remontent au début des années 90 tout de même, donc prudence tant que le film n’est sur nos écrans. Dans un premier temps le scénario devait évoquer les tourments d’un publicitaire qui remonte dans le temps et rencontre Don Quichotte, devenant son Sancho Panza. Désormais, après une série de réécritures, le personnage central devrait être un réalisateur qui a tourné un film sur le héros de Cervantes et en découvre soudain les conséquences sur les gens qu’il a filmés. Le scénario a été écrit par Gilliam et Tony Grisoni, son complice sur Las Vegas Parano, Les Frères Grimm et Tideland.

terry gilliam don quichotte

Ce long-métrage sera son treizième long-métrage, en comptant ceux réalisés avec ses partenaires du groupe des , en espérant que cela lui porte chance. Son précédent, , avait été une déception autant artistique que publique. S’il vient à bout de son projet, il rejoindra au Panthéon du cinéma d’autres adaptations signées Pabst, Grigori Kozintsev (en 1957, l’une des plus respectées), Albert Serra (Honor de cavallería) ainsi que la mythique version inachevée d’ finalement charcutée par Jess Franco dans une version abominable, disons le nettement.

Le début du tournage est prévu pour le 16 septembre 2016 en Espagne et se déplacera ensuite au Portugal, avec un budget estimé à 16 millions d’euros. Ça fait beaucoup de 16. Une bonne nouvelle pour Damien Saez ? Pardon, j’ai honte, c’est du grand n’importe quoi…

Articles semblables

Partage

Auteur

Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles