Accueil Tags Michel Piccoli

Tag: Michel Piccoli

Test Blu-ray : La guerre est finie

0
Une petite « remise à niveau » en termes d’idéologies et d’Histoire sera donc à envisager avant de se lancer dans La guerre est finie, surtout si vous n’êtes pas familier avec l’Espagne franquiste...

Test Blu-ray : La poudre d’escampette

0
« Alors c’est une suisse, un français et un anglais qui sont dans le désert... » Vous l’aurez compris : La poudre d’escampette est une grosse blague livrée par Philippe de Broca à son public, plus que jamais complice de son ton ironique et iconoclaste.

Test Blu-ray : La fille prodigue

0
Mettant en scène cinq acteurs en tout et pour tout, La fille prodigue se concentrera durant les trois quarts de sa durée sur deux acteurs : Michel Piccoli et Jane Birkin. Autant dire qu'il vaudrait mieux que vous aimiez les nuances de leurs jeux respectifs, sous peine de vous voir violemment mis à la porte du film de Jacques Doillon.

Critique : Le Mépris

0
Dans l'absolu, un film parfait existe-t-il ? Pour en avoir vu sans doute des milliers au cours d'une passion cinéphile plus ou moins marquée au fil des ans, nous devons admettre qu'il n'y en a pas énormément, sous réserve des aléas toujours très subjectifs du goût personnel et de la réceptivité pour certains styles ou thématiques à tel ou tel moment de notre vie.

Test Blu-ray : Sept morts sur ordonnance

0
Sec, brutal et sans concession, Sept morts sur ordonnance fait partie d'une petite vague de films français qui, au milieu des années 70, n'avaient pas peur de s'attaquer aux faits divers les plus sordides, et surtout à en faire des films violemment « à charge », dérangeants parce qu'ils prennent pied dans une réalité sociale presque palpable, et en disent long sur le fonctionnement des institutions du pays. Mais si L'affaire Dominici (1973) ou Le pull-over rouge (1979) mettaient à mal les rouages de la justice, Jacques Rouffio et son scénariste Georges Conchon (lauréat du prix Goncourt 1964 pour L'état sauvage) s'attaquent au suicide d'un chirurgien s'étant produit dans les années 1960 à Reims et démêlent l'écheveau jusqu'à la découverte d'une réalité bien peu reluisante.

Bergamo Film Meeting 2017 : Le Journal d’une femme de chambre...

0
Les surprises se suivent et ne se ressemblent pas lors de notre première visite au Festival de Bergame ! Après celle, franchement assez mauvaise, tôt ce matin de se trouver sans préavis face à la version doublée en italien de Birth de Jonathan Glazer, une épreuve à laquelle nous avons préféré renoncer après la magistrale séquence initiale, qui nous paraissait plus longue dans nos souvenirs, nous voici face à un autre changement de programme, encore plus radical celui-là, puisque La Chair de l'orchidée de Patrice Chéreau a été remplacée in extremis par Le Journal d'une femme de chambre de Buñuel, projeté donc dans le cadre de l'hommage au scénariste français Jean-Claude Carrière.

Test Blu-ray : Costa-Gavras – Intégrale vol. 1 (1965-1983)

0
Depuis le temps qu’on l’espérait, on n’osait plus trop croire qu’un éditeur français se lancerait dans une réédition des premiers films de Costa-Gavras ; si cultes et réputés soient-ils, la plupart de ses films réalisés à partir du milieu des années 60 demeuraient à ce jour encore inédits en France sur support DVD. Grâce soit donc rendue à Arte Éditions, qui a pris l’heureuse initiative fin 2016 de remédier à cette énorme lacune avec l’édition d’un coffret INTÉGRALE VOL.1, réunissant l’intégralité des films du cinéaste de 1965 à 1983. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, ce coffret Costa-Gavras - Intégrale vol. 1 (1965-1983) débarque dans deux versions, et se voit donc décliné soit en DVD, soit en Blu-ray, dans des versions restaurées supervisées par le réalisateur lui-même…

Cannes 2016 : un monstre sacré donne le coup d’envoi de...

3
À quelques heures de l’ouverture du 69e Festival de Cannes, il convient de revenir sur la carrière, éblouissante, d’un grand monsieur mis à l’honneur...

Don Quichotte de Terry Gilliam : c’est (re) parti

1
Une rencontre qui sonne comme une évidence : un producteur branque et audacieux et un réalisateur branque et audacieux vont travailler ensemble. Paulo Branco...

Festival de Cannes 2016 : tu l’aimes mon affiche officielle ?

3
Le Mépris est l'une des œuvres majeures de Jean-Luc Godard, l'un des plus grands bonheurs des cinéphiles, «une tragique histoire d'amour dans un cadre...

Michael Caine célébré par la European Film Academy

0
L'acteur anglais né en 1933 va recevoir l'Honorary Award de l'Académie Européenne du cinéma lors de la prochaine cérémonie des European Film Awards qui...

Critique : Le Doulos

0
Jean-Pierre Melville n’a décidément pas fini de nous épater. La preuve avec cette pièce centrale de sa filmographie, qui est infiniment plus qu’un simple film de gangster stylisé et qui participe pleinement à ériger Jean-Paul Belmondo en monument incontestable du cinéma français.