http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Comédie Critiques de films — 07 février 2012
Burn After Reading

Burn After Reading  l'affiche du film Joel Coen, Ethan Coen

France, Grande Bretagne, USA : 2008
Titre original : Burn After Reading
Réalisateur : ,
Scénario : Joel Coen
Acteurs : , ,
Distribution : StudioCanal
Durée : 1h35
Genre : Comédie
Date de sortie : 10 décembre 2008

Globale : [rating:5][five-star-rating]

Les frères Coen se sont spécialisés depuis plusieurs années dans les films étranges à plusieurs niveaux de lecture. Étranges dans le sens où l’histoire semble être absurde mais qui révèlent un gros potentiel comique (, , ). Burn after reading fait parti de ces films au scénario sorti d’on ne sait où mais qui fait mouche pour notre plus grand plaisir.

Synopsis : Osbourne Cox, analyste à la CIA, est renvoyé lors d’une réunion ultrasecrète au quartier général de l’Agence. Cox ne prend pas très bien la nouvelle. Il rentre chez lui à Georgetown pour écrire ses mémoires et noyer ses ennuis dans l’alcool. Sa femme, Katie, est consternée, mais pas vraiment surprise. Elle a une liaison avec Harry Pfarrer, un marshal fédéral marié pour qui elle décide alors de quitter Cox. Quelque part dans une banlieue de Washington, à des années-lumière de là, Linda Litzke, employée au club de remise en forme Hardbodies Fitness, a du mal à se concentrer sur son travail. La seule chose qui l’intéresse, c’est l’opération de chirurgie esthétique d’ampleur qu’elle désire subir. Lorsqu’un CD contenant des informations destinées au livre de Cox tombe accidentellement entre les mains de Linda et de son ami Chad, tous deux décident de tirer parti de cette aubaine. Les événements se précipitent et échappent bientôt à tout contrôle, occasionnant une série de rencontres aussi dangereuses qu’hilarantes…

Burn After Reading photo de George Clooney, Brad Pitt, Frances McDormand

Une galerie de personnages truculents

Le bon goût du métrage des frères Coen est de nous présenter des personnages à la fois attachants et hauts en couleur, avec des caractères très marqués. est la femme castratrice sûre d’elle, John Malkovich le caractériel blasé accro à la picole, George Clooney le séducteur évacuant son trop plein de testostérone en faisant du jogging, Frances McDormand à qui il manque sérieusement une case et qui est prête à tout pour payer ses opérations de chirurgie esthétique, le gentil benêt secrètement amoureux de sa collègue, et Brad Pitt en simplet accro à la gym et à son physique de rêve.

Ajoutez à ça un lot de seconds rôles bien finauds et vous obtenez un des films les plus jubilatoires de ces dernières années. Avouez que sur le papier, associer un casting pareil à de tels rôles, il y a de quoi donner sacrément envie de voir tout ce petit monde évoluer dans le microcosme des frères réalisateurs! Le personnage de Frances McDormand est peut-être le pivot central, celui par lequel l’enchaînement d’incongruités va arriver. Au final la vraie force de cette histoire, avant même son scénario, ce sont ses personnages savoureux.

Burn After Reading photo de George Clooney, Brad Pitt, Frances McDormand

L’art du burlesque absurde

Comment définir Burn After Reading ? Disons que c’est une comédie d’espionnage loufoque et absurde. Ce n’est pas le type de film où vous allez rire aux éclats toutes les deux minutes mais plutôt sur la longueur, le type de film qui va vous donner la banane et la pêche – pour rester dans la métaphore fruitière. L’écriture est au cordeau et les répliques ciselées, certaines situations sont même cruelles, le tout dépeint une caricature de l’Amérique post 11 septembre avec beaucoup de mordant, c’est sacrément pêchu. Tout ça sans compter le talent comique des acteurs dans l’absurdité des situations. Tout le monde trompe tout le monde dans une paranoïa allant crescendo du début à la fin, rendant presque fous plusieurs personnages.

Le crédo du film serait « on ne sait pas à quoi on a échappé mais on l’a échappé belle ! », et c’est totalement révélateur de ce que vous vous apprêtez à voir. En soit il est difficile d’écrire la critique construite et argumenté d’un film aussi bizarre mais c’est ce qui fait toute sa force, le tout est jouissif!

Résumé

Burn after Reading est un film totalement désaxé qui vous donnera une bouffée soudaine d’hilarité sans que vous compreniez d’où elle vient. Une sorte de Dîner de cons survitaminé où les spectateurs sont eux-mêmes de la partie. Indispensable.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=m_VZ5up4U9g[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Nicolas B

Cet article a été rédigé par Nicolas Balazard, Responsable adjoint de Critique Film. Twitter : @NicoBalazard