Venise 2024 : Isabelle Huppert présidente

0
465

Une affaire de femmes © 1988 Jacques Prayer / Les Films du Camélia / Films A2 / MK2 Films Tous droits réservés

A moins d’une semaine de l’ouverture de la 77ème édition du Festival de Cannes, la guerre médiatique entre les grands festivals de cinéma européens continue de plus belle. Car comment comprendre sinon l’annonce faite ce matin du choix de la présidente du jury au prochain Festival de Venise ? Avouez, l’emploi du temps paraît tout de même un peu suspect. Ce sera donc l’actrice Isabelle Huppert, icône du cinéma français, qui succédera au réalisateur américain Damien Chazelle dont le jury avait attribué le Lion d’or à Pauvres créatures de Yorgos Lanthimos l’année dernière. La 81ème Mostra de Venise se tiendra du mercredi 28 août au samedi 7 septembre prochains.

Déjà la présidente du jury au Festival de Cannes en 2009, où elle avait attribué sa Palme d’or au Ruban blanc de Michael Haneke, Isabelle Huppert est la huitième personnalité française du cinéma à occuper le poste prestigieux de président du jury à Venise, après récemment sa consœur Catherine Deneuve en 2006 et le compositeur Alexandre Desplat en 2014. Elle est la dixième femme présidente à Venise, après ces dernières années les actrices Annette Bening, Cate Blanchett et Julianne Moore, ainsi que la réalisatrice Lucrecia Martel.

Après plus tôt cette année l’actrice kényane Lupita Nyong’o à Berlin et dans quelques jours la réalisatrice américaine Greta Gerwig à Cannes, l’annonce de Huppert à Venise fait de 2024 la première année dans l’Histoire du cinéma où les jurys des trois principaux festivals en Europe sont dirigés par des femmes !

La Cérémonie © 1995 Jérémie Nassif / Les Productions Traversière / Olga Film / France 3 Cinéma / MK2 Films
Tous droits réservés

Elle est vraiment partout. En début de semaine sur le tapis rouge de la Met Gala à New York ou bien croisée en chair et en os par votre dévoué rédacteur à la sortie du cinéma de son compagnon Ronald Chammah à Paris un après-midi au mois de mars dernier, Isabelle Huppert (* 1953) paraît avoir le don de l’ubiquité. De surcroît, elle ne semble jamais s’arrêter de tourner, puisque son prochain film, Les Gens d’à côté de André Téchiné, présenté dans la section Panorama de la dernière Berlinale, sortira sur les écrans de cinéma français le 10 juillet prochain. Et son film suivant, La Prisonnière de Bordeaux de Patricia Mazuy, a été sélectionné à la Quinzaine des cinéastes cannoise, où il aura sa première dans dix jours, le samedi 18 mai.

Une habituée du Festival de Cannes, où elle avait remporté deux prix d’interprétation féminine en 1978 pour Violette Nozière de Claude Chabrol et en 2001 pour La Pianiste de Michael Haneke, Isabelle Huppert a de même été gâtée à Venise, grâce à ses deux coupes Volpi de la Meilleure actrice, en 1988 pour Une affaire de femmes et en 1995 pour La Cérémonie, tous deux de son collaborateur de longue date Claude Chabrol. Toutefois, en ces deux occasions, les jurys, respectivement sous la présidence du réalisateur italien Sergio Leone et de l’écrivain espagnol Jorge Semprun, avaient voté des prix ex æquo du côté des actrices. Par conséquent, Huppert avait dû le partager avec Shirley MacLaine dans Madame Sousatzka de John Schlesinger en ’88 et avec sa partenaire à l’écran Sandrine Bonnaire sept ans plus tard.

Même à Cannes, son sacre n’a pas été sans équivoque, puisqu’elle a été récompensée en ’78 en même temps que Jill Clayburgh dans Une femme libre de Paul Mazursky. Au moins, à Venise, elle avait reçu un Lion spécial pour l’ensemble de son œuvre en 2005, l’année de la sélection de Gabrielle de Patrice Chéreau en compétition. Le voyage à Berlin pour recevoir son Ours d’or d’honneur en 2022 a malheureusement été empêché par une infection au coronavirus.

Enfin, en France, l’Académie des César s’est montrée très généreuse en termes de nominations, à ce jour au nombre de seize, entre Aloïse de Liliane De Kermadec – de retour en salles dès aujourd’hui – en 1976 et Elle de Paul Verhoeven en 2017. Du côté des récompenses, le compte est néanmoins beaucoup plus modeste avec seulement deux trophées de la Meilleure actrice : pour La Cérémonie en 1996 et pour Elle en 2017 donc.

Gabrielle © 2005 Luc Roux / Azor Films / Love Streams Productions / arte France Cinéma / Studiocanal / Mars Distribution
Tous droits réservés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici