Critique : Monkey Man

0
283

Monkey Man

États-Unis : 2024
Réalisation : Dev Patel
Scénario : Paul Angunawela, John Collee, Dev Patel
Acteurs : Dev Patel, Pitobash, Vipin Sharma
Distributeur : Universal Pictures International France
Genre : Action, Thriller
Durée : 2h01
Date de sortie (France) : 17 avril 2024

2/5

Si la démarche de Dev Patel, derrière l’écriture du film, la réalisation et jusqu’à la réception de la majorité des grosses tatanes, est résolument touchante ; elle ne changera pas ce qu’est “Monkey Man”: John Wick dans la culture indienne.

Malheureusement, si l’héritage des films d’action du genre est bien digéré, il ne nous semble pas dépassé pour autant. A une époque où l’histoire “autour” de la sortie des films prend parfois plus de place que l’histoire des films en eux-mêmes, la première n’a pas suffi à nous intéresser à la seconde!

Synopsis : En Inde, un ancien détenu fraîchement relâché a du mal à s’adapter à un monde où règne la cupidité des entreprises et l’érosion de valeurs spirituelles.

On pourrait s’arrêter là tant il nous semble que le film n’a rien de remarquable. Un petit mot tout de même sur cette particularité typiquement cinématographique où l’on gagne ses lettres de noblesse en se pliant à Hollywood et ses codes. Malgré ses limites, le film nous dit sans doute quelque chose sur notre époque dans la mesure où des représentations longtemps invisibilisées cherchent à se faire entendre à tout fracas.

Si nous sommes bien mal placés pour juger, nous nous interrogeons néanmoins sur la portée de cette réappropriation culturelle si elle n’a d’autres effets que de reproduire une violence graphique portée par des figures masculines caricaturales.

Au-delà de ce constat, même si certaines scènes d’action dans leur expansivité pourront vous amuser, le format même du film nous a semblé beaucoup trop étiré pour ce qu’il avait à proposer.

Conclusion

Nous aurions sans doute préféré dire autre chose de “Monkey Man”, mais force est de reconnaître que ce n’est pas très intéressant et bien trop long. Néanmoins, nous choisissons d’y chercher l’écho d’une voix qui veut se faire entendre, même bien trop maladroitement. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici