Critique Express : Border line

0
1012

Border line

Espagne : 2023
Titre original : La llegada
Réalisation : Juan Sebastián Vásquez, Alejandro Rojas
Scénario : Alejandro Rojas, Juan Sebastián Vásquez
Interprètes : Alberto Ammann, Bruna Cusí, Ben Temple
Distribution : Condor Distribution
Durée : 1h17
Genre : Drame, Thriller
Date de sortie : 1er mai 2024

4/5

Synopsis : Projetant de démarrer une nouvelle vie aux États-Unis, Diego et Elena quittent Barcelone pour New-York. Mais à leur arrivée à l’aéroport, la Police des Frontières les interpelle pour les soumettre à un interrogatoire. D’abord anodines, les questions des agents se font de plus en plus intimidantes. Diego et Elena sont alors gagnés par le sentiment qu’un piège se referme sur eux…

Un huis clos bref et intense

Avez vous un jour été attiré par le rêve américain au point d’envisager d’aller vous installer aux Etats-Unis, ce pays qui se présente en parangon de démocratie ? Si c’est le cas, et si vous souhaitez que ce rêve continue de vous hanter, n’allez surtout pas voir Border line, ce film espagnol réalisé par Alejandro Rojas et Juan Sebastián Vásquez, deux vénézuéliens établis en Espagne. Border line, c’est l’histoire d’un couple, Elena, espagnole et danseuse, Diego, vénézuélien et urbaniste, qui, venant de Barcelone et désireux de commencer une nouvelle vie en Floride, arrivent en transit à l’aéroport de Newark. 2 heures plus tard, ils doivent s’envoler vers Miami, sauf que la police des frontières leur fait part de sa volonté de procéder à quelques vérifications. Les Etats-Unis sont alors sous la présidence de Trump et nous voilà partis pour un huis clos d’une grande intensité au cours duquel c’est toute la vie d’Elena et de Diego, toutes leurs espérances, c’est la relation qu’il et elle entretiennent l’un avec l’autre ainsi que d’autres relations du passé qui sont minutieusement détaillées, soupesées, décortiquées. Elena a gagné une carte verte à la loterie  Visa, ce qui n’est pas le cas de Diego : est-il vraiment amoureux d’Elena ? Ne recherche-t-il pas le mariage pour obtenir lui aussi sa carte verte ? Et qu’en est-il de ces fiançailles de Diego avec une américaine rencontrée sur internet et qu’il n’a jamais rencontrée autrement que sur la toile ? Les questions posées à Elena et Diego par les représentants de l’autorité US sont de plus en plus intimes, de plus en plus intrusives, la moins indélicate dans ce domaine n’étant pas une enquêtrice dont l’origine latino-américaine est évidente.

A un moment du film, un policier demande à Elena si elle est déjà venue aux Etats-Unis.  Non, répond elle. Et le policier de répliquer : et vous envisagiez d’aller vivre dans un pays où vous n’étiez jamais allée !? La réponse qu’on attendait d’Elena à ce moment, mais qui n’est pas celle qu’elle fait, aurait pu, aurait dû ressembler à : c’est justement parce que je ne savais comment c’était que j’avais envisagé d’y vivre ! Film à la fois bref (1 h 17 minutes) et très intense, Border line a été réalisé par un duo qui a manifestement l’expérience de ce dont il parle et est très bien interprété par la comédienne espagnole Bruna Cusí (Eté 93, Les mystères de Barcelone, …) et le comédien argentin Alberto Ammann dans les rôles des migrants ainsi que par Ben Temple et Laura Gómez dans les rôles de représentant(e)s de l’autorité US.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici