http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
DVD — 15 juin 2017
Test Blu-ray : Silence

 
États-Unis, Italie, Mexique, Japon : 2016
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : Martin Scorsese,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 2h41
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 8 février 2016
Date de sortie DVD/BR : 15 juin 2017

 

 

XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira, disparu alors qu’il tentait de répandre les enseignements du catholicisme. Au terme d’un dangereux voyage, ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves…

 

 

Le film

[5/5]

« Renoncer à l’intime / Renoncer à soi-même : c’est un des thèmes principaux de Silence, le dernier film réalisé par Martin Scorsese. Quelle est la vérité sur nous-mêmes ? Quelle est notre réalité ? Quand le miroir se casse en mille morceaux, chacun peut en prendre un bout pour s’y voir reflété et croire qu’il détient LA vérité absolue alors qu’en fait, on ne tient plus qu’au creux de la main un morceau d’un miroir disparu. Dans un de ses contes, Borges se mettait dans les chaussures d’un nazi qui allait mourir : « Je regarde mon visage dans le miroir pour savoir qui je suis, pour savoir comment je me porterai dans quelques heures, quand je ferai face à la fin. Ma chair peut-être effrayée, pas moi ».

Comment forcer deux univers, deux vérités à part entière à cohabiter sans conflit ? Les Frères Rodrigues (Andrew Garfield) et Garupe (Adam Driver) partent à la recherche du Père Ferreira (Liam Neeson), disparu depuis sept ans, pour se rassurer et s’assurer que ce dernier ne s’est pas converti au bouddhisme, qu’il est toujours celui qu’il fut autrefois. En arrivant au Japon, ils se trouvent confrontés à ces personnes assoiffées de croyance. Que peuvent-ils promettre à ceux qui ressentent le besoin de croire en quelque chose ? En quoi cela peut-il les conforter dans leur existence? Freud décrivait le sentiment océanique comme le besoin de l’être humain de croire en quelque chose qui va au delà de soi-même afin de supporter sa propre existence. Ce sentiment naturel pourrait être complémenté par la pensée évoquée dans l’essai La nostalgie de l’Absolu, de George Steiner. Ayant besoin de se sentir protégé face à l’inconnu et à la fatalité de la mort (ainsi que celle de la vie), l’humain part en quête de l’absolu pour trouver un être supérieur qui s’interpose entre lui et sa disparition définitive. Ce n’est pas un hasard si les chrétiens Japonais, les kirishtan, (dont le nom est d’ailleurs écrit à partir de la transcription phonétique car le mot n’existe pas dans la langue japonaise) se montrent aussi attachés aux images religieuses dans le film, car elles symbolisent cette éternité, ce chemin vers le paradis. »

Extrait de la critique de notre chroniqueur Miquel Escudero Diéguez. Retrouvez-en l’intégralité en cliquant sur ce lien.

« Scorsese n’a jamais eu besoin de mettre en scène le Christ pour exprimer ses obsessions bibliques : toute la filmographie du mettre en est imbibée. Rappelons qu’avant de s’affirmer derrière la caméra, il a tendance à dire qu’il ne voyait son avenir qu’en tant que prêtre ou gangster … Et cette fois encore, il aborde directement sa religion en portant à l’écran un livre qu’il projetait d’adapter depuis des années. (…)

Il ne serait pas usurpé de qualifier Silence de chef-d’oeuvre. Le film fait directement office d’une pièce maîtresse à l’intérieur d’une filmographie bien fournie ; si Les Affranchis était le pinacle du film de gangster, Silence est celui du film sur la foi. (…) Il n’en est ainsi que plus plaisant d’être encore surpris par un réalisateur de 75 ans : Martin Scorsese arrive encore à se renouveler, et ici ne ralentit que pour mieux contempler. »

Extrait de la critique de notre chroniqueur Nicolas Santal. Retrouvez-en l’intégralité en cliquant sur ce lien.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Vous l’aurez compris à la lecture des deux critiques ci-dessus : Silence a fait l’unanimité à la rédaction ; aussi attendait-on Metropolitan Vidéo au tournant à l’occasion de l’arrivée du dernier film de Martin Scorsese sur support Blu-ray ! Mais c’était sans compter sur le talent de l’éditeur français, qui démontre à nouveau à cette occasion tout l’étendue de son savoir-faire technique : Silence s’avère en effet une véritable galette de démonstration, à la définition et aux piqué d’une précision excellente, offrant également des couleurs littéralement explosives et des contrastes soignés. Côté son, VF et VO sont toutes deux proposées dans d’impressionnants mixages DTS-HD Master Audio 5.1 : le rendu acoustique est ample et dynamique, voire même carrément explosif au niveau des basses ; les deux versions sont très proches en termes de spectacle.

Au rayon des suppléments, Metropolitan Vidéo nous propose, outre les traditionnelles bandes-annonces, un passionnant making of d’une durée d’environ 25 minutes ; cela paraîtra forcément un poil court si on considère la durée et l’importance du film, mais ce dernier s’avère finalement assez complet, et surtout très intéressant, nous dévoilant une préparation de longue haleine et surtout hyper documentée.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles