Test Blu-ray : Don Angelo est mort

0
524
don angelo

Don Angelo est mort

 
États-Unis : 1973
Titre original : The Don is dead
Réalisation : Richard Fleischer
Scénario : Marvin H. Albert, Christopher Trumbo, Michael Butler
Acteurs : Anthony Quinn, Frederic Forrest, Robert Forster
Éditeur : Movinside
Durée : 1h55
Genre : Thriller, Drame
Date de sortie cinéma : 5 juillet 1974
Date de sortie DVD/BR : 27 juin 2017

 

 

Après la mort du chef de la pègre new-yorkaise, les mafieux de la ville se réunissent pour élire celui qui sera leur nouveau leader. A l’unanimité, c’est Don Angelo qui est désigné. Celui-ci nomme comme son héritier Frank, le fils de l’ancien chef. Cela n’est pas du goût de tout le monde et un complot se met en place pour créer un conflit entre Don Angelo et Frank…

 

 

Le film

[3,5/5]

Alors que l’on a célébré en décembre dernier le triste anniversaire des dix ans de sa disparition, Richard Fleischer est plus que jamais à l’honneur sur le marché du Blu-ray en France. Coïncidence ou pas, quelques mois après les sorties de Mr Majestyk (Wild Side), Terreur aveugle, L’étrangleur de Rillington Place, Les flics ne dorment pas la nuit (Carlotta Films) et de Barabbas (Sidonis Calysta), c’est aujourd’hui sous les couleurs de Movinside que l’on pourra redécouvrir Don Angelo est mort, cuvée 1973 d’un cinéaste décidément inclassable, qui en presque 50 ans de carrière, s’était semble-t-il fait un point d’honneur à naviguer entre les genres, sans jamais réellement se fixer sur un style en particulier. Il aura donc abordé le thriller, la science-fiction, le film de guerre ou même l’horreur, pour le pire et le meilleur…

Tourné un an après Le parrain de Francis Ford Coppola, Don Angelo est mort s’avère une intéressante variation sur le thème de la mafia, nous proposant de découvrir une galerie de personnages attachants et relativement fouillés ; certains acteurs avaient d’ailleurs déjà trainé leurs guêtres du côté de la famille Corleone : Al Lettieri et Abe Vigoda apparaissent ainsi dans les deux films, assurant une espèce de filiation entre le modèle et sa démarcation. Du côté du casting, on sera heureux de revoir les formidables Robert Forster et Frederic Forrest (autre habitué du cinéma de Coppola) aux côtés d’un Anthony Quinn égal à lui-même ; les amoureux du cinéma de Rob Zombie remarqueront également une apparition de Sid Haid en début de métrage.

Alors bien sûr, les esprits les plus chagrins feront sans donc remarquer que le changement de caractère du personnage de Tony Fargo (Frederic Forrest) se fait sans doute de façon un poil trop brutale d’un extrême à l’autre dans le dernier tiers du film, mais l’ambition de Richard Fleischer n’était sans doute pas de concurrencer Coppola sur le mode de la « fresque » criminelle (son film ne dure pas trois heures mais juste 1h55 bien tassées) mais plutôt de livrer un solide polar, efficace et sans temps mort – et à ce niveau, le contrat est parfaitement rempli.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Après avoir édité deux vagues de films orientés fantastique / science-fiction (« Trésors du Fantastique ») ainsi qu’une vague de « Films de Guerre » le mois dernier, Movinside lance le 27 juin une nouvelle collection de Blu-ray / DVD intitulée « Suspense & Polar », logiquement consacrée au thriller et film policier – la première vague de cette série sera composée de trois films majeurs du genre : Don Angelo est mort (1973), Le flic se rebiffe (1974) et The hit (1984).

Côté Blu-ray, la définition est précise, les couleurs riches et bien saturées, les noirs sont profonds, et la restauration a pris soin de préserver le grain argentique d’origine. Bien sûr, les plans « à effets » (générique, mentions écrites, fondus enchainés) accusent des effets du temps, mais le reste est d’une propreté et d’une stabilité tout à fait étonnantes. Côté son, version française d’origine et version originale sont proposées en DTS-HD Master Audio 2.0, le désuet doublage français devant composer avec un niveau un peu plus bas mais globalement propre et toujours parfaitement clair.

Pas de bonus à se mettre sous la dent, mais la redécouverte de ces trois films se suffit à elle-même…

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici