Test Blu-ray : Out 1

0
154

 
France : 1971
Titre original : –
Réalisateur : ,
Scénario : Jacques Rivette, Suzanne Schiffman
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 12h53 (version longue), 4h24 (version courte)
Genre : Comédie, Drame, Expérimental
Date de sortie cinéma : 9 octobre 1971
Date de sortie DVD/BR : 18 novembre 2015

 

 

Paris, Avril 1970. Deux troupes de théâtre d’avant-garde répètent chacune une pièce d’Eschyle. Un jeune sourd-muet fait la manche dans les cafés en jouant de l’harmonica. Une jeune femme séduit des hommes pour leur soutirer de l’argent. Alors qu’une conspiration se dessine, des liens se tissent entre les différents protagonistes…

 


 

Le film

A une époque où beaucoup de cinéphiles s’enquillent des « marathons » de séries TV jusqu’à plus soif, l’idée de visionner un film tel que Out 1 d’une durée de plus de douze heures pourra, peut-être, ne pas paraître finalement si incongrue au public – d’autant que le film de Jacques Rivette est divisé en chapitres, qui pourront être considérés comme autant d’épisodes. Pourtant, le fait de s’ingérer le film en deux, trois, voire sept fois comme il l’a été pour sa diffusion télé dans les années 90, n’était pas ce qui était prévu à l’origine par Jacques Rivette et son équipe, qui prévoyaient bel et bien de le visionner d’un bloc, lui sacrifiant de fait plus d’une demi-journée de sa vie.

Ainsi, le visionnage de Out 1 tient au final clairement de l’« expérience » cinématographique, que l’on vit autant dans son corps que sur l’écran. Adaptation libre et libertaire du roman « Histoire des treize » de Balzac, l’œuvre signée Rivette (à laquelle participent quelques « grands noms » indissociables de la Nouvelle Vague tels que Jean-Pierre Léaud, , Bernadette Lafont, , Eric Rohmer et beaucoup, beaucoup d’autres) s’avère une fresque littéralement révolutionnaire –on sent clairement que Mai 68 n’est pas loin dans les mémoires– repoussant toutes les limites, jouant avec tous les codes du médium cinéma. Jacques rivette se lance donc dans l’expérimentation pure et simple, sans contraintes narratives ni techniques, incluant le hasard et l’improvisation dans la balance.

Au bout de quelques heures que l’on pourrait qualifier d’introductives, le film affine néanmoins sa ligne directrice, et retrouve petit à petit le chemin de la fiction en faisant se croiser les différents protagonistes de l’intrigue, qui interagissent entre eux, s’aiment, se détestent, se poursuivent, se volent, se tuent. Changeant régulièrement de ton, évoluant à l’image de la vie du rire aux larmes, le canevas prend forme sous les yeux du spectateur, dessinant un ensemble fascinant émaillé de scènes magnifiques, tantôt mélancoliques tantôt désabusées. Car au sortir de Out 1, on retiendra surtout cette brillante mise en exergue d’un monde en constant changement, où plus rien ne semble destiné à durer, qu’il s’agisse d’idées, de systèmes politiques et sociaux ou même d’amour.

 

 

Le coffret Blu-ray

[5/5]

C’est donc à Carlotta Films que l’on doit la (re)découverte de ce bel objet cinématographique qu’est Out 1, disponible pour la toute première fois dans sa version intégrale restaurée plus de quarante ans après sa sortie. Disponible dans un imposant coffret de 6 Blu-Ray et 7 DVD dont la restauration a été supervisée par Pierre-William Glenn (et proposant également la version « courte » du film d’une durée de seulement 4h25), le tout s’accompagne d’un épais livre de 120 pages de Robert Fischer, qui raconte avec talent la genèse de l’œuvre.

Côté Blu-ray, c’est donc un quasi-sans faute technique avec un film imposant un grain épais (16mm oblige) mais proposant tout de même un beau piqué et des couleurs au top. Côté son, l’encodage en PCM 1.0 ne se révèle pas toujours très précis, et même parfois confus, cela dit, il semble que ce foisonnement artistique soit une caractéristique centrale de l’œuvre de Rivette, de toutes façons indispensable.

Du côté des suppléments, on trouvera, en plus du livre accompagnant le coffret évoqué un peu plus haut, un très long making of rétrospectif intitulé « Les mystères de Paris », également signé Robert Fischer, avec l’aide de Wilfried Reichart. Ce long et passionnant documentaire évoque la mise en chantier et le tournage d’Out 1, avec de très nombreux témoignages de Jacques Rivette, qui revient sur de nombreux aspects de son film fleuve (attachement au théâtre, travail avec les comédiens, Mai 68, montage, etc). Différents intervenants reviendront également sur le tournage du film, le gros boulot d’improvisation… Un supplément de taille pour une édition extraordinaire.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici