Accueil Tags Carlotta films

Tag: carlotta films

Test Blu-ray : Les révoltés de l’an 2000

0
Les révoltés de l'an 2000 représente sans doute une énième contribution des distributeurs au grand jeu du « retitrage le plus débile d'une œuvre étrangère », un jeu qui était très en vogue en France dans les années 70-80. On peut supposer que ce titre a été l'objet d'un long et difficile brainstorming dans une cave à vins...

Test Blu-ray : Tootsie – Édition « Ultra Collector »

0
Il est bien difficile de déterminer si un film tel que Tootsie pourrait voir le jour à l’identique aujourd'hui. Ce n’est pas que le film de Sydney Pollack soit particulièrement osé, gonflé, corsé ou « trash »...

L’appel des 50 : les éditeurs unis pour sauver la vidéo...

0
Le communiqué est tombé ce 3 juin, traduisant l'inquiétude d'un secteur économique tout entier : 50 éditeurs vidéo français indépendants (éditeurs de DVD, Blu-ray et UHD) viennent de s'unir afin de demander aux pouvoirs publics qu’une aide spécifique leur soit accordée. Sur critique-film.fr, la défense de la vidéo sur support physique est notre cheval de bataille. Vous trouverez donc ci-joint l'intégralité du communiqué, sobrement appelé « l'appel des 50 ».

Test Blu-ray : Le crocodile de la mort

0
Vu de loin, on trouvera dans Le crocodile de la mort beaucoup des ingrédients qui faisaient le charme de Massacre à la tronçonneuse. Au scénario du film, on retrouvera Kim Henkel, qui remanie une histoire inspirée des crimes commis dans les années 30 par un tueur en série texan.

Test Blu-ray : Phil Tippett – Des Rêves et des monstres

0
C’est aujourd’hui au génial Phil Tippett que Gilles Penso et Alexandre Poncet rendent un vibrant hommage avec Phil Tippett : Des rêves et des monstres.

Test Blu-ray : Le lieu du crime

0
Comme beaucoup de films d'André Téchiné, Le lieu du crime a donné naissance à énormément de « branlette » critique, d'interprétations foireuses et/ou salaces qui au final en révèlent sans doute bien plus sur la santé mentale et l'incapacité à dépasser le stade « anal » des critiques eux-mêmes que sur les intentions premières du cinéaste. Cela dit, si l'intrigue du film de 1986 appartient bel et bien au policier / polar, le peu d'intérêt de Téchiné pour les motifs et codes habituels du genre appellera forcément le spectateur soit à s'ennuyer copieux, soit à se livrer à une interprétation de tous les éléments narratifs du récit, qui seront perçus comme autant de symboles. Bien sûr, entre l'interprétation et la sur-interprétation, il n'y a qu'un pas...

Test Blu-ray : Rendez-vous

1
Si quand on évoque les débuts d'actrice de Juliette Binoche, on se souvient le plus souvent de sa participation au très intrigant Mauvais sang de Leos Carax (1986), on en oublie de fait que l'actrice avait été révélée au grand public l'année précédente avec Rendez-vous. C'est d'autant plus important que s'il est vaguement oublié aujourd'hui, le film d'André Téchiné avait tout de même réuni 767.000 français dans les salles obscures... Soit un tiers de plus que le Carax, qui n'avait attiré au cinéma que 504.000 cinéphiles fascinés. La présence du film – et le prix de la mise en scène qu'il a obtenu – à Cannes ainsi que son intrigante affiche, stylisée dans le genre mystérieux et fantastique de celle des Prédateurs de Tony Scott (1983) et qui nous donnait à voir Lambert Wilson à la lumière de la lune, auront peut-être également contribué au succès du film dans les salles françaises.

Test Blu-ray : Phase IV – Édition « Ultra Collector »

0
Dans les années 70, et avant l’avènement de Star Wars, la science-fiction américaine n’avait de cesse de surprendre le spectateur. Après l’électrochoc 2001, odyssée de l’espace (Stanley Kubrick, 1969), bien des cinéastes ont décidé d’utiliser le genre afin de proposer une réflexion philosophique sur la place de l’homme dans l’univers, façon plus ou moins détournée de confronter le comportement de l’homme vis-à-vis de son environnement immédiat. Destruction de la nature, guerres, dérives totalitaires ou scientifiques…

Test Blu-ray : Souvenirs d’en France

0
C'est donc Carlotta Films qui a eu l'excellente idée de sortir Souvenirs d’en France en Blu-ray début mars, après l'avoir exploité dans les salles à l'automne dernier. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat comble toutes nos attentes : le master est propre, stable, préserve la granulation d'origine et est de plus encodé en 1080p ; l'image est assez superbe, d'une belle précision, et les couleurs sont éclatantes – du très beau travail. Côté son, le film de Téchiné nous est offert dans un mixage DTS-HD Master Audio 1.0 (mono d'origine), pas forcément très impressionnant d'un point de vue technique, mais aux voix claires et intelligibles et respectant parfaitement la patine sonore d'origine. Du très beau travail, que l'éditeur complète de belle manière avec une section suppléments particulièrement intéressante.

Test Blu-ray : Vampire… Vous avez dit vampire ?

0
Presque 35 ans après la sortie du film dans les salles obscures, une question demeure concernant Vampire… Vous avez dit Vampire ? : pourquoi diable le distributeur et les gens chargés d’en assurer la traduction autant que la promotion en France à l’époque ont-ils opté pour un titre faisant explicitement référence aux dialogues imaginés par Jacques Prévert pour le scénario de Drôle de drame ? Si le mystère reste entier après tant d’années, on est tout de même bien obligé d’admettre que ce titre à rallonge apporte d’entrée de jeu une espèce de touche poétique au film de Tom Holland, une façon supplémentaire de titiller l’intérêt du spectateur en se démarquant du titre original, Fright night, dont la traduction littérale eut été beaucoup plus banale.

Test Blu-ray : Cujo

0
D’un strict point de vue cinématographique, 1983 fut une année faste – et furieuse – pour Stephen King : trois adaptations de ses romans sortirent en effet sur les écrans cette année-là. Sur les trois longs-métrages, deux étaient d’ailleurs signés par d’immenses cinéastes, ayant marqué le genre horrifique de leur empreinte indélébile : il s’agit bien sûr de Dead Zone – L’accident, mis en scène par David Cronenberg, et de Christine, réalisé par John Carpenter, dont on vous parlait avant-hier (lire notre article). Le problème avec ces deux films, c'est qu'ils ont malgré eux contribué à faire de l'ombre au troisième film adapté de Stephen King sorti en 1983, le sympathique Cujo de Lewis Teague.

Test Blu-ray 4K Ultra HD : Christine – Édition « Ultra...

0
Tourné en pleine période faste pour John Carpenter, en plein milieu de la période 1978-1988 au cœur de laquelle il ne tournerait quasiment QUE des chefs d’œuvre que ses admirateurs pourront se repasser sans lassitude tant que le cinéma existera, Christine fait cependant figure, pour certains, de vilain petit canard. Peut-être cette méfiance est-elle liée au fait qu'il s'agisse ici non pas d'un scénario « original » mais d'une adaptation du maestro de l'horreur littéraire Stephen King ? Peut-être tout bêtement aussi parce qu'il s'agissait d'un film de commande de la part de la Columbia ? Et pourtant... Si Christine ne vaut certes pas les monuments de l'horreur que sont Halloween ou The thing, cette excellente et fidèle adaptation de King n'en demeure pas moins un sacré classique du cinéma fantastique, transcendant quasiment le roman d'origine et s'imposant comme un pur et bel objet cinématographique, intense, vénéneux, généreux et trouble.