Test Blu-ray : Mars Express

0
638

Mars Express

France : 2023
Titre original : –
Réalisation : Jérémie Périn
Scénario : Jérémie Périn, Laurent Sarfati
Acteurs : Léa Drucker, Daniel Njo Lobé, Marie Bouvet
Éditeur : Blaq Out
Genre : Animation, Science-Fiction
Durée : 1h29
Date de sortie cinéma : 22 novembre 2023
Date de sortie DVD/BR : 22 mai 2024

En l’an 2200, Aline Ruby, détective privée obstinée, et Carlos Riviera, son partenaire androïde, sont embauchés par un riche homme d’affaires afin de capturer sur Terre une célèbre hackeuse. De retour sur Mars, une nouvelle affaire va les conduire à s’aventurer dans les entrailles de Noctis, la capitale martienne, à la recherche d’une étudiante en cybernétique disparue. Au fil de leur enquête, ils vont se confronter aux plus sombres secrets de leur cité…

Le film

[5/5]

Jérémie Périn et Laurent Sarfati s’étaient fait remarquer des amateurs d’animation grâce à leur collaboration sur l’excellente série Lastman, adaptée de la bande dessinée de Bastien Vivès et Balak. Après avoir accouché de deux saisons, les deux hommes ont naturellement décidé de prolonger leur collaboration : comme dans le cas de la série qui les a occupés durant de nombreuses années, ils ont planché ensemble sur le scénario de Mars Express, et Jérémie Périn, grand cinéphile devant l’éternel, s’est ensuite chargé en solo de la « mise en scène » de l’ensemble.

Mars Express emmène le spectateur dans un futur où la frontière entre le robot et l’homme est devenue floue, et où l’humanité apparaît comme « augmentée », améliorée par la technologie, au point de ne plus pouvoir s’en passer dans la vie de tous les jours. Remarquablement cohérent, le futur imaginé par Jérémie Périn et Laurent Sarfati semble se situer à la croisée des chemins entre certains concepts de science-fiction hardcore des plus grands noms du genre, et des idées issues du mouvement « transhumaniste » qui, de nos jours, peuvent paraître vaguement délirantes, mais dont les usages concrets tels que montrés au cœur de l’intrigue de Mars Express donnent l’impression qu’elles ne sont pas si éloignées du monde d’aujourd’hui.

La course-poursuite menant à l’arrestation de Roberta, une jeune pirate informatique, sert d’introduction à l’univers de Mars Express. La séquence, pleine d’action et de suspense, n’est pas sans rappeler celle de la première arrestation de Ghost in the Shell, à ceci près que les deux flics chargés d’arrêter la jeune femme, Aline et Carlos, ne sont pas présentés comme tels, et sont donc à priori plutôt considérés à ce moment du film comme les « méchants » de l’histoire. A l’issue de ce coup d’éclat inaugural, et alors que les personnages se déplacent sur Mars, le film amorcera sa véritable intrigue, prenant la forme d’une enquête très complexe de mort et de résurrection robotique qui s’éclaircira par petites touches au fur et à mesure de l’avancée des deux flics dans les méandres d’une affaire mêlant politique, robotique et intérêts financiers.

Avant toute chose, Mars Express s’impose donc comme un film policier, et même un polar de première bourre, qui se sert de son contexte de science-fiction sans jamais se laisser dépasser par ce dernier. En effet, en dépit de la créativité et du souci du détail déployés par les deux scénaristes, ce qui compte réellement dans l’intrigue imaginée par Jérémie Périn et Laurent Sarfati, c’est vraiment l’enquête menée par Aline et Carlos. Au fil des rebondissements, cette dernière prendra naturellement des atours de Néo-Noir à la Blade Runner, même si les décors et l’atmosphère générale essentiellement diurne rompent clairement avec les motifs visuels habituels du genre. Cet attachement à une intrigue solide n’empêchera pas au film de nous proposer une poignée de scènes d’action très intenses, allant chercher leurs influences du côté de Terminator 2 (avec un clin d’œil pour le moins explicite) ou encore I, Robot (pour la scène de l’accident de voiture).

A tous les points de vue, Mars Express est un film absolument passionnant, qui prend le soin de dessiner des personnages aux psychologies complexes, et les suit dans leur métier autant que dans leurs luttes personnelles (Aline qui fait face à son alcoolisme, Carlos qui se débat avec sa condition de « réplique ». De plus, l’intrigue se refuse à appliquer les recettes toutes faites du cinéma de science-fiction, et nous proposera un final très étonnant, qui prend une direction inattendue mettant en lumière une bataille entre l’homme et le robot se jouant sur un terrain quasi-philosophique, et développant notamment une intéressante réflexion sur le concept de libre-arbitre. Ce final anti-spectaculaire confère à Mars Express une puissance dramatique supplémentaire, les auteurs du film cherchant à mener leur récit vers une résolution qui colle finalement parfaitement aux crises identitaires développées par les différents personnages tout au long du métrage.

Le Blu-ray – « Édition Collector Limitée »

[5/5]

C’est sous les couleurs de Blaq Out que Mars Express débarque aujourd’hui en Blu-ray. Et comme à son habitude, l’éditeur nous livre une galette Haute-Définition littéralement imparable, en tous points irréprochable. Le master est d’une superbe précision, affichant un piqué d’une précision absolue, les couleurs montrent une belle pêche, les noirs sont solides et profonds. Autant dire donc que c’est du très beau boulot, rendant un bel hommage au superbe travail des animateurs des studios Everybody On Deck et Je suis bien content. Côté son, le film est proposé en DTS-HD Master Audio 5.1, et le mixage impose un solide dynamisme, dont le spectateur profitera surtout durant les scènes d’action à la spatialisation remarquable, ainsi que sur les scènes en extérieur, qui proposent de multiples détails sonores parfaitement rendus et subtilement placés. On notera par ailleurs la présence d’un mixage stéréo en DTS-HD Master Audio 2.0, anecdotique d’un point de vue acoustique mais bénéficiant probablement d’un rendu sonore plus clair si vous n’utilisez pas de Home Cinema et visionnez le Blu-ray de Mars Express le plus simplement du monde sur votre téléviseur.

Du côté des suppléments, on commencera tout d’abord avec un excellent et très complet entretien avec Jérémie Périn et Laurent Sarfati (32 minutes), qui reviendront de façon assez passionnante sur la genèse du film et sur leur volonté de se détacher de la série Lastman, au grand dam de leur producteur. Ils évoqueront la création de l’univers, des dialogues et plus globalement de l’intrigue, en soulignant leur refus d’être trop didactiques afin d’immerger au maximum le spectateur dans l’intrigue du film. On continuera ensuite avec une version animatique du film, qui permettra aux amoureux du film de le redécouvrir dans une version non finalisée, à base de crayonnés. Cela sera l’occasion d’apprécier la « dynamisation » du récit opérée, sur certaines séquences, par le réalisateur Jérémie Périn : très intéressant ! On notera par ailleurs que le personnage de Beryl n’est pas doublé par Marthe Keller dans cette version de travail.

On notera par ailleurs que Mars Express est également disponible, sur le site du distributeur ESC Distribution, dans une très riche « Édition Collector Limitée » contenant un livret inédit de 72 pages, un poster recto/verso, 5 photos du film, mais aussi et surtout un Blu-ray supplémentaire. Ce Blu-ray contient le journal de bord du film, un documentaire-fleuve (3h58 !) divisé en 20 épisodes qui reviendra, jour après jour, sur les coulisses de la création du film, des premières idées jusqu’à la réalisation proprement dite. Bien entendu, il y a quelques redondances avec l’entretien contenu sur le premier Blu-ray, mais cet immense making of garanti à 100% sans langue de bois s’avère tout à fait passionnant, et donnera vraiment l’impression au spectateur d’être plongé, aux côtés d’une bande de potes, dans la création du film. En complément, les mélomanes seront également ravis de pouvoir se plonger dans la bande-originale du film, composée par Fred Avril et Philippe Monthaye (47 minutes).




LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici