Test Blu-ray : Black Lotus

0
553

Black Lotus

États-Unis, Pays-Bas : 2023
Titre original : –
Réalisation : Todor Chapkanov
Scénario : Tad Daggerhart
Acteurs : Rico Verhoeven, Frank Grillo, Marie Dompnier
Éditeur : Metropolitan Vidéo
Durée : 1h33
Genre : Action
Date de sortie DVD/BR : 21 novembre 2023

Après la mort de son meilleur ami lors d’une mission commune, un officier des forces spéciales, Matteo Donner, parcourt le monde. De retour à Amsterdam, Donner n’a qu’un seul but : sauver la fille kidnappée de son ami mort…

Le film

[3/5]

Multiple champion du monde de kick-boxing, le néerlandais Rico Verhoeven vient de se lancer dans le cinéma d’action avec Black Lotus. Réalisé par Todor Chapkanov (Boyka – Un seul deviendra invincible), ce premier film n’a certes rien de révolutionnaire, mais s’avère un solide actioner, même si l’on sent confusément qu’il a avant tout été conçu comme une carte de visite pour l’aspirant acteur.

Dans Black Lotus, Rico Verhoeven incarne Matteo, un ex-membre des forces spéciales ayant claqué la porte quand son meilleur ami / mentor / père de substitution est mort au cours d’une opération. Rongé par la culpabilité, Matteo a fui à l’étranger, jusqu’à ce qu’il trouve enfin le courage de retourner à Amsterdam afin d’affronter la veuve de son ami, Hélène (Marie Dopnier), ainsi que leur fillette Angie (Pippi Casey). Mais le géant hollandais sera rapidement confronté à un syndicat du crime mené par Saban (Frank Grillo), ayant un compte à régler avec Paul (Peter Franzén), le nouveau mari d’Hélène.

Le scénario de Black Lotus est signé Tad Daggerhart, un des coscénaristes du récent Expendables 4. Le film n’évite certes pas les clichés, et adopte même à vrai dire un schéma narratif des plus prévisibles, mais l’ensemble s’avère efficace et parfois assez amusant, notamment lors de la scène de combat opposant les duos Rico Verhoeven / Rona-Lee Shim’on et Magnus Samuelsson / Simon Wan. Les petites touches d’humour, alliées à une certaine cruauté lors de certaines séquences, parviennent à maintenir l’intérêt du spectateur en éveil tout au long du métrage, et ce même si Todor Chapkanov n’a pas forcément choisi la facilité en choisissant Amsterdam comme cadre des premières scènes d’action : difficile en effet de tenir la comparaison avec le monumental Hitman & Bodyguard.

Pour son premier film en tant qu’action star, Rico Verhoeven se défend plutôt bien au cœur de Black Lotus, son côté monolithique – quasi-néanderthalien – collant finalement plutôt bien avec son personnage de taiseux marqué par la vie. En face de lui, l’excellent Frank Grillo nous livre comme à son habitude un show assez réjouissant, apportant un humour pince-sans-rire à un rôle de méchant extrêmement classique. On ignore si le patronyme du méchant – Saban – est une référence à Haim Saban, le fameux producteur américano-israélien… Mais on avoue que ça serait assez marrant que cela soit le cas !

En deux mots comme en cent, une bonne dose d’indulgence – voire même de bienveillance – sera de mise à la découverte de Black Lotus, qui on le rappelle est le tout premier film d’action de Rico Verhoeven. Si le film de Todor Chapkanov est certes blindé de défauts, il est sauvé par son humour et sa volonté de bien faire, et constitue une intéressante « carte de visite » en attendant que Rico Verhoeven ne trouve « LE » projet de film d’action qui en fera probablement une des figures incontournables du DTV bourrin dans les années à venir.

Le Blu-ray

[4/5]

C’est Metropolitan Vidéo qui nous propose aujourd’hui de suivre les premières aventures musclées de Rico Verhoeven dans Black Lotus, que l’on découvrira avec grand plaisir sur support Blu-ray. Comme à son habitude, l’éditeur nous propose un master assez sublime : piqué, contrastes, couleurs, profondeur de champ… Le rendu visuel est époustouflant, c’est du très beau travail technique. Niveau son, l’éditeur se révèle également fidèle à ses habitudes, en nous offrant deux mixages DTS-HD Master Audio 5.1, à la fois sur la version originale et sur la version française. L’immersion est parfaite, les dialogues clairs et les effets surround sont extrêmement nombreux et d’une précision étonnante. Le tout s’impose surtout durant les scènes d’action, nous proposant de très nombreux effets dynamiques et souvent assez épatants.

Dans la section suppléments, on trouvera en avant-programme et en bonus une grosse poignée de bandes-annonces concentrées sur l’univers de l’action et DTV, avec, entre autres, One Ranger, les trois Detective Knight avec Bruce Willis (c’est à dire Rogue, Redemption et enfin Independence), l’indispensable Boyka – Un seul deviendra invincible ou encore l’excellent The Enforcer avec Antonio Banderas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici