Accueil Tags Sergio Corbucci

Tag: Sergio Corbucci

Test Blu-ray : La Mort marche en talons hauts

0
C'est Artus Films qui sort en Blu-ray La Mort marche en talons hauts, et il s'agit vraiment de la confirmation que le nom de Luciano Ercoli mérite vraiment d'être inscrit en haut de la liste des plus grands réalisateurs de Giallo dans les années 70.

Test Blu-ray : La Mort caresse à minuit

0
Dès les premières minutes de La Mort caresse à minuit, on comprendra que le film de Luciano Ercoli s’inscrit dans le sillage de L'Oiseau au plumage de cristal : la séquence d’introduction nous propose de nous plonger dans une ambiance fantastique.

Test Blu-ray : La fille qui en savait trop

0
Il n'y aurait pas eu meilleure manière d’entamer notre « Semaine du Giallo » qu'avec La Fille qui en savait trop (1963), dans le sens où on attribue souvent la naissance du genre au film de Mario Bava. Il posait ici les premières pierres du Giallo...

Test Blu-ray : Django

0
Django, le héros charismatique, incarné par un Franco Nero d’une classe absolue, parviendra à s’imposer en l’espace de quelques séquences comme l’un de ces cowboys solitaires propres à entrer dans la légende...

Test DVD : Le chevalier du château maudit

0
Le chevalier du château maudit est le parfait petit représentant fauché d’un certain cinéma d’aventures à l’ancienne, mettant en scène un méchant très méchant et des gentils très gentils au cœur d’un véritable château de BD.

Vu sur OCS : Compañeros (Sergio Corbucci)

0
Une coproduction entre l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne sur les tribulations d'un vendeur d'armes suédois en pleine guerre civile au Mexique : ce western spaghetti a tout ce qu'il faut pour faire honneur à son genre, un véritable bouillon d'influences du côté du cinéma transalpin au cours des années 1960 et '70.

Test Blu-ray : Le spécialiste

0
Que l’on ait aimé ou pas ses prestations au cinéma, Johnny Hallyday n’avait certainement pas à rougir de sa carrière d’acteur. S’il a côtoyé des cinéastes unanimement reconnus par les cinéphiles (Jean-Luc Godard, Costa Gavras…), celui qu’on surnommait l’idole des jeunes a également marqué de son empreinte le cinéma populaire, à travers une poignée de films de genre flirtant même avec le « bis ». On pense forcément à des films tels que Vengeance de Johnnie To (2006) ou Terminus de Pierre-William Glenn (1987) ; dans le même ordre d’idées, Johnny pouvait se vanter d’avoir tourné un « spagh » avec l’un des maîtres incontestés du western transalpin, Sergio Corbucci. Faisant partie de la « Sainte Trinité » des Sergio que vénèrent les amateurs de westerns spaghetti (Leone / Sollima / Corbucci), Sergio Corbucci a à son actif plusieurs classiques du genre : on pourra citer Django (1966), Navajo Joe (1966), Le grand silence (1968), El mercenario (1968) ou encore le formidable Far west story (1972), véritable œuvre « somme » parfaite de A à Z.

La Cinémathèque Française à l’été 2018

0
Encore une semaine de films de William Wyler et d'accompagnements de la grande exposition dédiée à Chris Marker – « Chris Marker Les 7 vies d'un cinéaste » – qui sera encore visible jusqu'à fin juillet, puis la Cinémathèque Française basculera en mode été avec ses deux derniers mois de programmation, avant la fermeture annuelle habituelle au mois d'août.

Test Blu-ray : Le justicier du Minnesota

1
Globalement plus classique, et donc un peu moins connu que les autres westerns signés Sergio Corbucci, Le justicier du Minnesota est pourtant une belle réussite, s’intégrant parfaitement dans l’œuvre du cinéaste.

Ennio Morricone : focus sur des BO délaissées

0
A l'occasion de l'annonce de l'engagement de Ennio Morricone sur Voyage of time de Terrence Malick, retour sur quelques perles peut-être sous-estimées du maestro.