Test DVD : Le chevalier du château maudit

0
1181

Le chevalier du château maudit

Italie, France : 1959
Titre original : Il cavaliere del castello maledetto
Réalisation : Mario Costa
Scénario : Sergio Corbucci, Piero Vivarelli
Acteurs : Massimo Serato, Irène Tunc, Luisella Boni
Éditeur : Artus Films
Durée : 1h19
Genre : Aventures
Date de sortie cinéma : 26 avril 1961
Date de sortie DVD : 3 novembre 2020

Le perfide Ugo de Collefeltro a fait jeter en prison son oncle le duc Olivero et pris sa place sur le trône de Valgrado. Devant l’oppression subie, les gens du pays déplorent la disparition de leur ancien maître. Quand Isabelle, la fille du duc, revient au château, elle est demandée en mariage par son cousin Ugo. Elle fait alors connaissance avec le mystérieux Chevalier Noir, qui défend les paysans contre le tyran…

Le film

[3,5/5]

Si la glorieuse tradition du cinéma de genre n’a jamais été extrêmement développée à l’intérieur des frontières françaises, dans les années 50/60, à la faveur de quelques productions franco-italiennes made in Cinecittà, le cinéma français s’est laissé aller à quelques titres flirtant volontiers avec le cinéma de genre tendance populaire. Ainsi, les films de cape et d’épée et autres romances historiques ont fait durant de nombreuses années la joie des cinémas de quartier, qui remplissaient leurs salles avec de grands films populaires tels que Le chevalier du château maudit, qu’Artus Films est parvenu à exhumer ce mois-ci afin d’en faire profiter aux cinéphiles français en mal de films d’aventures.

Aussi, si vous aimez les films en costumes et l’ambiance si particulière de ces films d’aventures désuets des années 50, Le chevalier du château maudit est fait pour vous. Très influencé par la bande dessinée européenne de l’époque, le film de Mario Costa (qui réalisera d’ailleurs une bonne poignée de films du même genre entre 1959 et 1963) est une amusante variation sur l’histoire de Robin des bois, dont il reprend quelques éléments marquants. Sauf qu’en lieu et place de Robin et de ses camarades dans la forêt de Sherwood, c’est ici un mystérieux « chevalier noir » qui affrontera un prince félon régnant d’une main de fer sur le duché de Valgrado.

Sans surprise, Le chevalier du château maudit est le parfait petit représentant fauché d’un certain cinéma d’aventures à l’ancienne, mettant en scène un méchant très méchant et des gentils très gentils au cœur d’un véritable château de BD. En effet, le château de notre Prince Jean d’opérette (Massimo Serato, parfait de fourberie) cache non seulement des mécanismes ouvrant des passages secrets vers des oubliettes inconnues de tous, mais également des trappes de dessin animé dissimulées dans le sol, bien évidemment destinées à se débarrasser des malandrins et des soldats ayant failli à leur mission.

Co-écrit par le légendaire Sergio Corbucci (Django), Le chevalier du château maudit s’avère un plaisir populaire à la fois malicieux et premier degré, mettant en scène une intrigue au cœur de laquelle le spectateur trouvera son compte de spectacle old school, de tenues bigarrées (le costume du Chevalier noir vaut à ce titre son pesant de cacahuètes), de bravoure, de trahison(s) et de sens du sacrifice. Son compte de sourires également, puisque le film n’évite pas le kitsch, et n’est pas forcément des mieux torchés par moments – mais rien ne viendra finalement gâcher le plaisir intense de renouer avec un genre aujourd’hui disparu, dont chaque nouvelle (re)découverte nous plonge dans la plus simple et la plus authentique des joies.

Le DVD

[4/5]

A notre grande joie, et comme on l’a déjà indiqué quelques lignes au-dessus, c’est sous les couleurs d’Artus Films que l’on aura aujourd’hui le plaisir de redécouvrir Le chevalier du château maudit au format DVD. Le film de Mario Costa intègre la collection « Chevalerie » de l’éditeur, pour le moment seulement composée de deux titres (celui-ci et Les cent cavaliers), mais qui ne devrait pas tarder à s’étoffer de quelques petits classiques supplémentaires. Le film est proposé dans un joli Digipack, et dans un tirage limité à 1000 exemplaires.

Côté DVD, on notera d’entrée de jeu que Le chevalier du château maudit possède une particularité assez rare : la version française et la version italienne du film diffèrent en effet non seulement dans leur bande-son, mais également du côté de l’image. Si le montage des deux versions est essentiellement le même, les cadrages et angles de prise de vue sont en effet parfois un peu différents d’une version à l’autre : une curiosité assez rare dans le cinéma de l’époque ! Ce sont donc bel et bien deux versions différentes du film qui seront proposées par Artus sur un seul et même DVD. Si vous ne désirez visionner le film qu’une seule fois, on vous conseille néanmoins de choisir la version française, qui s’en sort un peu mieux côté master. Dans les deux cas néanmoins, l’image s’avère de bonne qualité, au format Scope respecté. La qualité de l’image oscille un peu selon les séquences, mais la copie demeure relativement propre et stable. Le film est proposé en version française d’origine et en version italienne, tous deux étant mixés en Dolby Digital 2.0 mono, avec un léger souffle qui ne gênera pas énormément le spectateur habitué au genre. Le doublage français, notamment assuré par Claude Gensac, s’avère un peu suranné et ravira à coup sûr les amateurs.

Du côté des suppléments, on trouvera la traditionnelle galerie de photos ainsi que la bande-annonce du film.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici