Critique : Nymphomaniac – Volume 1

0
662

NYMPHOMANIAC+VOLUME+1Nymphomaniac – Volume 1

Danemark, Allemagne, France : 2013
Titre original : Nymphomaniac – Volume 1
Réalisateur : Lars von Trier
Scénario : Lars von Trier
Acteurs : Charlotte Gainsbourg, Stellan Skarsgård, Stacy Martin
Distribution : Les Films du Losange
Durée : 1h58
Genre : Erotique , Drame
Date de sortie : 1 janvier 2014

Note : 4/5

Quand l’un des réalisateurs les plus doués de sa génération se lance dans un film aussi ambitieux que Nymphomaniac, film provocateur qui ne fait aucune concession et dans lequel la sexualité est le personnage principal, on ne peut que courir en salles voir ce nouveau projet énigmatique. Résultat ?

Synopsis : La folle et poétique histoire du parcours érotique d’une femme, de sa naissance jusqu’à l’âge de 50 ans, racontée par le personnage principal, Joe, qui s’est auto-diagnostiquée nymphomane. Par une froide soirée d’hiver, le vieux et charmant célibataire Seligman découvre Joe dans une ruelle, rouée de coups. Après l’avoir ramenée chez lui, il soigne ses blessures et l’interroge sur sa vie. Seligman écoute intensément Joe lui raconter en huit chapitres successifs le récit de sa vie aux multiples ramifications et facettes, riche en associations et en incidents de parcours.

Nymphomaniac-vol1-illustration-projection-Seligman-Stacy-Martin

Vous allez assister à la projection d’une version coupée

Lars Von Trier annonce de suite la problématique, dès le premier écran le spectateur peut lire « Vous allez assister à la projection d’une version coupée et censurée du film NYMPHOMANIAC de Lars von Trier. Ce montage a été finalisé avec l’approbation du cinéaste mais sans autre implication de sa part ». Nymphomaniac n’est donc pas la version voulu par LVT de 5h30, en une partie et réellement pornographique mais bien une version plus light. Mais attention le film n’est pas à mettre entre toutes les mains, il reste une oeuvre hard, composé de scènes très osées et on est vraiment curieux de voir ce que la version complète peut nous réserver !

Et on ne peut que regretter la director’s cut car cette version censurée parvient déjà à aller très loin aussi bien dans le sujet, difficile, que dans l’émotion que le réalisateur parvient à transmettre à travers ces images, ces musiques et l’interprétation de ses acteurs. Après Antechrist et Melancholia, les deux chefs d’oeuvre du cinéaste, Nymphomaniac arrive une nouvelle fois à nous surprendre et à prouver qu’il fait partie des très grands.

stacy-martin-nymphomaniac-part-1

Pas uniquement provoquant

Nymphomaniac n’a rien d’un film exhibitionniste, on ne place jamais le spectateur dans le rôle du voyeur et l’on assiste clairement à une expérience sensorielle dans laquelle on entre dans la peau et dans les tripes de cette femme totalement esclave de sa sexualité. Et c’est totalement maîtrisé, à travers un mécanisme narratif qui place le personnage principal joué par Charlotte Gainsbourg face à un confident qui rappellera une séance de psychothérapie dans laquelle les deux parties vont se confronter en exposant leurs visions de la sexualité. Une maîtrise formelle qui, en dépit de l’ambiance menaçante et de la noirceur psychologique de l’ensemble (le chapitre DELIRIUM est de ce point de vue d’une intensité imparable), ne prend jamais le spectateur bassement en otage.

Lars Von Trier ne va jamais dans la simplicité, il ne cherche pas des explications à la nymphomanie de son personnage mais l’expose juste comme une pathologie qui n’a pas de cause et en montre simplement les conséquences. Le réalisateur explore la confusion des genres entre sexe et amour, profane et sacré, artificiel et sublime. Se dégage même de ce Nymphomaniac une grâce étrange et indéfinissable, une douceur mélancolique transmise avec élégance par des acteurs remarquablement dirigés – mention spéciale à la surprenante débutante Stacy Martin et à Shia LaBeouf. 

Résumé

Lars Von Trier offre avec cette oeuvre audacieuse, un nouveau portrait de femme inédit au cinéma, jusqu’au-boutiste, provocant sans tomber dans le vulgaire, au grand dam de ses détracteurs. Une nouvelle preuve du génie de ce cinéaste.

Lire la critique de Nymphomaniac – Volume 2

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=qtIHcCfXmJw[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici