Critiques de films Horreur — 29 décembre 2010
Antichrist

Antichrist, Lars Von Trier, Charlotte Gainsbourg

Dan – Fra : 2008
Titre original : Antichrist
Réalisateur :
Scénario : Lars Von Trier
Acteurs : ,
Production : Zentropa Entertainments
Durée : 1h44
Genre : Épouvante
Date de sortie : 3 Juin 2009

Réalisation : [rating:2.0]
Scénario :     [rating:1.0]
Acteurs :      [rating:4.5]
Musique :     [rating:2.0]
Globale :      [rating:2.0]

Antichrist a été présenté en compétition officielle au Festival de Cannes en 2009. Charlotte Gainsbourg obtint le prix d’interprétation féminine mais le film a suscité de très nombreuses critiques et controverses, opposant ceux qui voient en lui une œuvre profonde et maitrisée, et ceux qui le considèrent comme une atrocité visuelle doublée d’un film hautement prétentieux.

Synopsis : Un couple en deuil se retire à  » Eden « , un chalet isolé dans la forêt, où ils espèrent guérir leurs cœurs et sauver leur mariage. Mais la nature reprend ses droits et les choses vont de mal en pis… (Allociné)

Dire que ce film est vain dans sa tentative de vouloir nous éclairer sur la nature dans toutes ses formes (nature humaine, nature sauvage…) sonne comme un doux euphémisme. Von Trier est un personnage à part, s’autoproclamant meilleur réalisateur au monde (oui, oui..). A Cannes, il nous livre un film immonde, à l’esthétique douteuse et doté d’un discours d’une prétention incroyable.

Antichrist, Lars Von Trier, Charlotte Gainsbourg

Le début du film (prologue) ainsi que la fin (épilogue) sont qualifiés de « monumentaux », d’après les propos du réalisateur. Il ralentit l’image et nous montre une succession d’actions en noir et blanc dotées d’une esthétique clinquante, plutôt agréable mais vite lassante, portée par une musique qui tend à faire ressembler l’ensemble à un exercice de style témoignant de sa maîtrise visuelle. Il veut faire contraster cela avec son style habituel, caméra à l’épaule, par la suite employé dans le film. Ce style est issu des codes du Dogme 95 dont il est un des artisans, qui énumèrent la manière dont un film doit être tourné.

Passé cette entame, le film plonge dans un jeu de répliques entre Charlotte Gainsbourg (ici irréprochable) femme torturée, violente et profondément touchée, et Willem Dafoe (également très bon) dans un rôle plus sobre, un thérapeute à la logique implacable et très fortement cartésien. Une relation docteur/patiente plus que celle d’un couple mari et femme. Outre cela, il s'agit d'un film d’une vacuité impressionnante. Entre des scènes de sexe débridées, des mutilations et des tortures absolument insoutenables, le film n’est qu’une pâle compilation de scènes gênantes soutenues par une pseudo réflexion sur la toute puissance de la nature et de la religion vis-à-vis de l’Homme, de son pouvoir sur l’esprit et de celle de la nature humaine vis-à-vis de ses semblables.

Antichrist, Lars Von Trier

Lars Von Trier, dans de nombreuses déclarations, dira ne pas avoir suivi son mode de fonctionnement habituel, ajoutant et mêlant des scènes sans aucuns rapport, sans logique. Il va volontairement délaisser toute intrigue. Etant en pleine dépression durant l’écriture du scénario et sa réalisation, son film ressemble plus à un exutoire de toutes les rêveries, les peurs, les refoulements et les croyances de son auteur. Il dira d’Antichirst qu'il s'agit du film de sa vie. Beaucoup trop personnel pour être compris (s'il y a quelque chose à comprendre…) et sans aucune logique cinématographique pour être considéré comme un film.

Limite misogyne, Von Trier se défoule sur le personnage de C. Gainsbourg, l’affligeant de tous les maux du monde, inconsciente, castratrice, malade mentale, violente, névrosée, et surtout responsable de ce qui se révèle être la cause de son drame. A l’opposé, W. Dafoe est toujours prêt à aider, pardonner, et protéger sa femme quoi qu’il arrive. Un manichéisme malvenu et sans aucune finesse. On peut choquer, mais seulement si derrière on soutient une idée ou une réflexion profonde et maitrisée. Tout le contraire de ce film.

Résumé :

En somme ce film ressemble à l’affrontement du Bien et du Mal, une de sexes saupoudrée d’un zeste de vaudou et de religion. Une œuvre à ne voir sous aucun prétexte. Nauséeux et minable dans son propos, Antichrist ne mérite pas de faire parler de lui. A éviter absolument.
Image de prévisualisation YouTube

Regarder Antichrist en streaming sur Megavideo

zp8497586rq

Articles semblables

Partage

Auteur

JeanMichel

Cet article a été rédigé par Jean-Michel Berlamont, Rédacteur de Critique Film.