Les sorties du 14 octobre 2020

0
189

© 2020 Outplay Films Tous droits réservés

A cheval, cette semaine de cinéma l’est à plusieurs égards. Et nous n’avions même pas pensé à l’un des meilleurs films d’animation de cette fin d’année en nous imaginant cette amorce. Au début, le programme hebdomadaire était conçu afin de profiter tant soit peu des vacances de la Toussaint et, pourquoi pas, donner un deuxième souffle à la fréquentation des salles obscures, qui se traine depuis la réouverture des cinémas en France il y a quatre mois. Hélas, l’urgence sanitaire en a décidé autrement. Puisque sans devoir fermer à nouveau complètement leurs portes, les vaillants exploitants étaient obligés d’ajuster en toute urgence leurs séances dans le sillage de l’annonce du couvre-feu, en vigueur depuis ce samedi.

On vous encourage donc plus que jamais de vous rendre dans vos salles de cinéma les plus proches, en début de soirée ou très tôt le matin, peu importe ! Chaque mercredi ou presque, elles vous concoctent des propositions de cinéma des plus variées. Comme celle de ce 14 octobre, jour fatidique de l’annonce présidentielle, à partir de laquelle on souhaite vous conseiller particulièrement nos trois coups de cœur habituels. Cette semaine, il s’agit d’un polar kazakh, d’un drame social italien, ainsi que d’un documentaire sur le militantisme gay en banlieue.

de Adilkhan Yerzhanov est le genre de polar froid et minimaliste comme on les aime. Il formerait par ailleurs un magnifique double programme de films de ce coin reculé du monde, quelque part entre la Mongolie et le Kazakhstan, avec La Femme des steppes le flic et l’œuf de Wang Quan’an, sorti à la mi-août. Le propos de des frères De Serio n’est guère plus optimiste. C’est pourtant un drame social poignant sur l’exploitation sans gêne des travailleurs clandestins au sud de l’Italie.

Enfin, de la banlieue nous proviennent en ce moment surtout des faits divers d’une barbarie difficile à supporter. De l’autre côté du périphérique vivent pourtant avant tout des hommes et des femmes ordinaires, assez téméraires pour réclamer pour eux le droit d’être différents. Le documentaire encourageant La Première marche de Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray dresse le portrait de quatre d’entre eux, des étudiants gays et lesbiens qui ont organisé l’année dernière la première marche des fiertés à Saint-Denis en région parisienne.

Calamity Une enfance de Martha Jane Cannary © 2020 Maybe Movies / Nørlum / Gebeka Films Tous droits réservés

Du côté des sorties grand public, notre choix s’est fait assez vite cette semaine. En effet, seul le film d’animation Calamity Une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé sort du lot. On se fera donc le plaisir de le découvrir en entier, après des extraits forts prometteurs présentés en mars dernier, juste avant le confinement, au Cartoon Movie à Toulouse. Puis, comme notre époque se prête tout de même au lâcher-prise radical, on serait éventuellement disposé à donner sa chance à la beuverie généralisée dans de Thomas Vinterberg, un réalisateur à la filmographie plutôt inégale.

Les trois grosses productions de la semaine sont à réserver à des spectateurs en quête de divertissements tout formatés. Libre à eux alors de rigoler modérément devant la comédie policière de et avec Tarek Boudali, de prendre parti dans la lutte musicale manichéenne du film d’animation de Walt Dohrn et David P. Smith – qui avait soulevé un tollé devenu entre-temps anecdotique au printemps dernier parce que Universal avait décidé de le sortir directement en ligne sur le marché américain – ou bien de subir déjà-vu sur déjà-vu dans l’énième film d’action dans lequel Liam Neeson dézingue tous les méchants et qui s’appelle cette année-ci de Mark Williams.

Enfin, on ne se portera pas garant de la qualité de ces deux documentaires. Et la maladie frappe un peu trop proche ces derniers temps pour nous donner envie de courir la contempler de surcroît au cinéma. Il n’empêche que son traitement dans Les Équilibristes de Perrine Michel et de Lise Thibeault nous paraît assez complémentaire pour en faire, là encore, un curieux double programme, assez sinistre dans ce cas-ci.

India Song © 1975 Sunchild / Les Films Armorial / Tamasa Distribution Tous droits réservés

Qu’est-ce qui arriverait si l’on faisait se croiser les personnages des quatre films de retour au cinéma depuis mercredi, du plus ancien, l’intensément énigmatique India Song de Marguerite Duras, jusqu’au plus récent, la fête de famille gâchée de manière irréparable dans de Thomas Vinterberg ? Rien de bon sans aucun doute, puisque la violence physique ou psychologique y est globalement omniprésente.

Qu’à cela ne tienne, on vous les recommande tous chaudement ! Car rien qu’à eux quatre, ils vous feront faire un tour du monde dans votre fauteuil de cinéma. De la banlieue révoltée chez John Carpenter – comme quoi l’Histoire ne fait en quelque sorte que se répéter tristement – à celle tout aussi peu fréquentable dans l’inédit de Franco Rosso. En vous laissant subjuguer par le charme de Delphine Seyrig ou en découvrant l’élite du cinéma danois contemporain faire leurs premiers pas devant la caméra selon les règles esthétiques puristes du Dogme ’95.


30 jours max de Tarek Boudali (France, Comédie policière, 1h27, distribué sur 615 copies) avec Tarek Boudali, Philippe Lacheau et Julien Arruti

Calamity Une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé (France, Animation, 1h22, distribué sur 247 copies)

A Dark Dark Man de Adilkhan Yerzhanov (Kazakhstan, Drame, 1h50, distribué sur 60 copies) avec Daniar Alshinov, Dinara Baktybaeva et Teoman Khos

Drunk de Thomas Vinterberg (Danemark, Drame, 1h55, distribué sur 284 copies) avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen et Magnus Millang

Les Équilibristes de Perrine Michel (France, Documentaire, 1h39)

The Good Criminal de Mark Williams (États-Unis, Action, 1h39, distribué sur 375 copies) avec Liam Neeson, Jai Courtney et Kate Walsh

Israël Le Voyage interdit Partie II Hanouka de Jean-Pierre Lledo (Israël, Documentaire, 2h37, distribué sur 2 copies)

de Ton Van Zantvoort (Danemark, Documentaire, 1h21, distribué sur 5 copies)

Paris Calligrammes de Ulrike Ottinger (Allemagne, Documentaire, 2h09, distribué sur 2 copies)

Les Petites fièvres de Lise Thibeault (France, Documentaire, 1h01, distribué sur 1 copie)

La Première marche de Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray (France, Documentaire, 1h10, distribué sur 6 copies)

de Camille Lotteau (France, Documentaire, 1h49, distribué sur 10 copies)

Les Trolls 2 Tournée mondiale de Walt Dohrn et David P. Smith (États-Unis, Animation, 1h31, distribué sur 637 copies)

Una promessa de Gianluca De Serio et Massimiliano De Serio (Italie, Drame, 1h44, distribué sur 46 copies) avec Salvatore Esposito, Samuele Carrino et Lica Lanera

Reprises

(1976) de John Carpenter (États-Unis, Action, 1h31, distribué sur 2 copies) avec Austin Stoker, Darwin Joston et Laurie Zimmer

Babylon (1981) de Franco Rosso (Royaume-Uni, Drame, 1h35, distribué sur 11 copies) avec David H. Nayes, Trevor Laird et Victor Romero Evans

Festen (1998) de Thomas Vinterberg (Danemark, Drame familial, 1h46, distribué sur 2 copies) avec Ulrich Thomsen, Henning Moritzen et Thomas Bo Larsen

India Song (1975) de Marguerite Duras (France, Drame, 2h00, distribué sur 5 copies) avec Delphine Seyrig, Michael Lonsdale et Mathieu Carrière

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici