Harry Brown

0
131
Harry Brown avec Michael Caine

Harry Brown afficheHarry Brown

Angleterre : 2009
Titre original : Harry Brown
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : , ,
Distribution : Surreal Distribution
Durée : 1h43
Genre : Thriller
Date de sortie : 12 janvier 2011

Globale : [rating:3.5][five-star-rating]

Ah qu’il fait bon vivre en Grande Bretagne ! De charmantes affiches décorant les bus vous demandent si votre petit ami est violent avec vous, tandis qu’une autre affiche vous apprend que Billy a encore volé de l’argent à son grand-père et qu’il faut en parler. Tout va bien dans le meilleur des mondes, la jeunesse britannique se porte bien et les réalisateurs nous l’ont prouvé à maintes reprises ( , Eden Lake, Neds, etc). En 2009, Daniel Barber met en scène Michael Caine, icône du grand écran, dans le rôle d’un grand-père anglais en quête de vengeance contre les jeunes délinquants qui peuplent son quartier. Un thriller efficace avec un septuagénaire aux commandes et un rôle en or pour Michael Caine.

Synopsis : Harry Brown, ancien marine à la retraite, coule de paisibles jours dans sa petite banlieue londonienne. Sa vie pourrait être la vie bien calme d’un papy entouré de ses petits enfants, mais sa seule famille est son ami Léonard depuis le récent décès de son épouse. Harcelé par les jeunes vauriens de son quartier, Léonard veut agir pour se protéger, mais Harry lui conseille de rester en retrait. Quelques jours plus tard, l’inspectrice Frampton sonne à sa porte et lui annonce la mort de son ami…

Harry Brown avec Michael Caine

Du britrash movie version troisième âge

Petit tour de quelques films british marquants : Snatch : trash. Rock n’ rolla : trash. Arnaques, crimes et botanique : Trash. Trainspotting : trash. This is England : trash. Et j’en passe… la recette de ces films ? 1. des voyous avec un accent tellement prononcé que l’on se demande s’ils parlent cette langue que nos professeurs d’anglais ont tenté de nous enseigner pendant toute notre scolarité 2. de la drogue qui coule dans les veines, qui se sniffe dans les toilettes, qui se vend dans des endroits plus ou moins insalubres. 3. des flingues : des grands , des petits, des fusils, des pistolets, bref tout ce qui peut justifier qu’un mec se retrouve à terre baignant dans son sang.

Harry Brown ne déroge pas à la règle: on y trouve de l’accent incompréhensible, des voyous, des substances illégales et des gros calibres qui retapissent les murs couleur hémoglobine. La différence, c’est que dans ce film, il n’y a pas que les jeunes malappris qui flinguent à tout va. Non. Il y a aussi notre charmant papy qui cherche à venger la mort de son ami. « Un justicier en charentaises? vraiment? » allez-vous me dire, amis lecteurs. Mais notre cher Harry n’a rien d’un ange, je vous rappelle qu’il s’agit d’un ex-marine ( si, si , retournez au synopsis). Alors, forcément, le papy, il a ça dans le sang. Alors, quand il s’agit de se venger, Mr Brown ne lésine pas sur les moyens et croyez moi, il y a de la scène culte au programme : entre le moment où super papy se retrouve dans un repère de junkies et tente d’acheter des flingues entre une nana à deux doigts de l’overdose et un mec qui se plante une seringue dans le pied ou encore la scène où il retrouve les agresseurs de son ami sous le souterrain, on a de quoi jubiler devant ces moments bien trash.

Harry Brown avec Michael Caine

Papy fait de la résistance

Michael Caine n’a plus rien à prouver. Sir Caine est un très grand acteur. La preuve: la reine l’a anobli (et elle s’y connait en ciné, elle a fait le même coup à Sean Connery).

Tous les acteurs sont d’ailleurs d’une crédibilité assez marquante et servent à merveille ce film et son propos plutôt grave. Harry Brown traite du problème de la violence dans certains recoins de l’Angleterre, un sujet qui n’est pas entièrement fictif même si, dans ce cas il s’avère extrême. Harry Brown est un thriller, certes, mais qui cache une profonde satire sociale sur la jeunesse anglaise et le rôle de la justice. Ces jeunes n’ont presque plus rien d’humain et même certains adultes ont perdu leur rôle de modèle devant leur montrer le droit chemin. Les adolescents comme les adultes sont pour la plupart devenus des bêtes sauvages.

La violence de ces jeunes gens est choquante, et la scène où Harry découvre le film de l’agression de son ami sous ce souterrain n’est pas sans rappeler l’une des premières scènes d’un autre film qui avait fait scandale au royaume-unis et où des jeunes gens frappaient un sans abris sous un pont : Orange mécanique.

Dans ce film, Michael Caine est troublant de justesse, à la fois déterminé et cool mais aussi abîmé par la vie et esseulé. Le vieil homme n’a plus de famille, Léonard était son seul ami, il n’a donc plus rien à perdre quand il décide de prendre les choses en main pour venger son ami. L’histoire, très bien menée par Caine, s’intensifie à mesure que le film progresse et la violence s’amplifie très vite. Cependant, le spectateur parvient à comprendre ce besoin de vengeance que ressent cet homme face à ces jeunes qui ne respectent rien ni personne. Ne serait-ce pas un peu malsain mis devant de mauvais yeux ? peut-être… Face à une jeunesse déboussolée et à une justice qui se retrouve impuissante, que faire ? Mr Brown choisit de faire sa propre justice. Est-ce vraiment la meilleure solution, l’exemple que l’on veut donner au spectateur ? Heureusement, la figure de la Loi reste présente tout au long du film à travers la personne de l’inspectrice et permet à l’histoire de garder une certaine morale.

 Résumé

Harry Brown est un bon thriller comme les anglais savent les faire, mais avec un héros aux cheveux blancs. L’histoire, originale et poignante, est servie par un Michael Caine magistral et certaines images restent gravées dans la tête pendant des jours.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=yfXLFICr8oA[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici