Les Hommes libres

0
86
Les Hommes libres

Les Hommes libres afficheLes Hommes libres

France : 2010
Titre original : Les Hommes libres
Réalisateur :
Scénario : Ismael Ferroukhi
Acteurs : , ,
Distribution : Pyramide Distribution
Durée : 1h39
Genre : Drame
Date de sortie : 28 septembre 2011

Globale : [rating:2][five-star-rating]

Comment l’on découvre l’histoire méconnue des immigrés d’origine arabe dans la France occupée. Comment pendant l’occupation des hommes et des femmes, animées de motivations différentes se sont retrouvés porteurs d’une même solidarité envers d’autres hommes pour leur faire échapper à la mort.

Synopsis : 1942, Paris est occupée par les Allemands. Younes, un jeune émigré algérien, vit du marché noir. Arrêté par la police française, Younes accepte d’espionner pour leur compte à la Mosquée de Paris. La police soupçonne en effet les responsables de la Mosquée, dont le Recteur, Si Kaddour Ben Ghabrit, de délivrer de faux-papiers à des Juifs et à des résistants.

A la mosquée, Younes rencontre le chanteur d’origine algérienne Salim Halali. Touché par sa voix et sa personnalité, Younes se lie d’amitié avec lui. Il découvre rapidement que Salim est juif. Malgré les risques encourus, Younes met alors un terme à sa collaboration avec la police. Face à la barbarie qui l’entoure, Younes, l’ouvrier immigré et sans éducation politique, se métamorphose progressivement en militant de la liberté.

Les Hommes libres

Comment pendant l’occupation des hommes et des femmes, animées de motivations différentes se sont retrouvés porteurs d’une même solidarité envers d’autres hommes pour leur faire échapper à la mort. Comment des musulmans ont protégé, au péril de leur vie, des juifs traqués par les nazis.

Comment Younés, jeune immigré, petit trafiquant de marché noir à ses heures – pour envoyer l’argent à sa famille, voit sa conscience s’éveiller au gré des rencontres : son cousin, communiste, la jeune femme de la mosquée, communiste aussi, le jeune chanteur juif qui se fait passer pour arabe dans Paris occupé, le recteur de la mosquée.

Il y a de beaux personnages dans ce film, des héros « ordinaires » : le recteur justement auquel Michael Lonsdale donne sa puissance intérieure discrète. En apparence calme et maître de lui, à l’image de la mosquée, un roc dans la tourmente mais qui laisse voir dans un souffle l’horreur et la peur que lui inspirent les nazis après les menaces sourdes de l’officier allemand. Younés, Tahar Rahim, qui exprime avec une belle épure l’évolution de son personnage qui passe de sa propre survie à celle des autres comme une évidence.

Les Hommes libres

Il y a de belles scènes aussi et notamment celle, simple, émouvante où l’iman demande aux fidèles de se diriger vers la sortie de la mosquée pour protéger la fuite de la petite fille juive traquée par les allemands.

Résumé

Un traitement simple de cette histoire qui évite tout pathos, toute grandiloquence, toute larme facile. Mais peut-être un peu trop simple cependant car on aurait bien aimé se laisser emporter par un souffle plus violent et vibrer avec plus d’émotion.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=9aRq4eSuX1Y[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici