Grey’s Anatomy Saison 10 Episode 04 – Puttin on the Ritz

0
201
Sandra Oh-Ellen Pompeo-Sara Ramirez

Le matraquage de Hunt dans l’épisode précédent a eut raison du Conseil des médecins qui donne son accord pour organiser un gala de charité. Tout cela pour couvrir les frais des dégâts causés par la tempête. Les médecins se mettent sur leur 31 et au travail comme à la vie, la concurrence est rude.

Chacun doit sortir son épingle du jeu pour convaincre de futurs investisseurs que la cause est noble tandis qu’à l’hôpital les internes sentent qu’en l’absence de leurs supérieurs, leur jour est enfin venu. Le noyau dur du casting peut ainsi célébrer ce 200e épisode de Grey’s Anatomy en profitant du champagne et des petits fours de cette collecte de fonds.

Aussi, tout au long de l’épisode les séquences du gala laissent place aux séquences à l’hôpital et vice-versa, ce qui met en place une dynamique particulière. L’opulence de la collecte de fonds animée par des clowns, des jongleurs, des équilibristes se heurte à l’activité accrue des urgences de l’hôpital. Cristina est le personnage le plus captivant de cet épisode, entre humour, sentiments blessés et esprit de compétition : le spectateur retrouve ce qui faisait la force du personnage dans les premiers chapitres de la série. C’est le 200e épisode certes mais les choses poursuivent leurs cours : seul le gala prend des allures de métaphore sur la série, comme l’hôpital elle a besoin d’être rentable.

Sandra Oh-Ellen Pompeo-Sara Ramirez

Hunt prend au mot Cristina et se laisse aller à se voir avec une autre femme qu’elle. Le spectateur sent que le cordon va bientôt être coupé entre ces deux-là et que c’est bien la raison qui va justifier le départ de Sandra Oh de la série. Meredith et Derek sont de retour et cela fait du bien : leur esprit de compétition mis de côté depuis la naissance de leur enfant, est de nouveau dans les starting block. La storyline d’Alex est sûrement la plus délaissée dans cet épisode malgré un fort potentiel narratif. Le spectateur devine bien trop rapidement ce qui tourmente le jeune homme et le comportement de Jo est rendu avec peu d’empathie. Les plus drôles sont Arizona et April qui finissent toutes les deux saoules dans un des placards de l’hôpital et qui se balancent tout ce qu’elles n’auraient pas osé se dire sobres. Un duo qui se révèle efficace dans cette direction comique. Callie redevient joueuse grâce au gala et son culot amusera surement le spectateur.

Contrairement à l’épisode précédent, Bailey et Richard reviennent dans la danse à petits pas. Richard est toujours aussi acariâtre mais le parallèle qui est fait avec un patient condamné est une très bonne idée scénaristique. Le souci c’est que Bailey est écarté du reste de l’équipe et qu’elle est définie seulement par le biais de sa relation avec Richard. Elle n’a plus la même verve qu’avant et cela la rend moins intéressante individuellement en tant que personnage mais aussi collectivement pour son rôle dans la série. Les internes sont ainsi livrés à eux-mêmes mais ils n’en deviennent pas plus intéressants malgré les multiples tentatives de Shane et Stéphanie. Surtout que ces efforts basculent vite dans le côté mélo dans la série pour donner au couple Jackson et Stéphanie ses premiers doutes.

Puttin on the Ritz  permet au téléspectateur de se retrouver ailleurs que strictement entre les quatre murs de l’hôpital. Fini les blouses blanches et bonsoir robes de soirée et costards ! Cette idée de gala permet de donner un angle différent à la série et d’approcher les prochains épisodes différemment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici