Festival de Cannes 2015 : Roger Deakins honoré
(photo : Dominique Charriau)

, 3ème à partir de la droite (photo : Dominique Charriau)

 

Le directeur de la photo britannique Roger Deakins, chef-opérateur attitré des , a reçu le troisième prix Pierre Angénieux Excellens in Cinematography succédant à deux autres grands noms de sa profession, et eux aussi récompensés pour l’ensemble de leur carrière. Un zoom Optimo 45-120 mm gravé à son nom dans les ateliers de la société Thales Angénieux lui a été remis à cette occasion.

(photo : Pauline Maillet)

(photo : Pauline Maillet)

 

Les acteurs (jury de l’Oeil d’or), (jury officiel) et ainsi que les réalisateurs (Le Jardin secret) et ( et , en compétition cette année) ainsi que les frères Coen eux-mêmes étaient présents pour rendre hommage à son talent de peintre de cinéma dont ils furent les témoins privilégiés et qui lui a permis de recevoir douze nominations (non transformées) aux Oscars pour Les Évadés, Fargo, Kundun, O Brother, The Barber, No Country for Old Men, L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, The Reader, True Grit, Skyfall, Prisoners et Invincible.

Roger Deakins a achevé le tournage de de Joel et Ethan Coen peu avant le Festival de Cannes et signera bientôt les images du très attendu et surtout très craint qui sera dirigé par Denis Villeneuve, écrit par Hampton Fancher, déjà auteur du premier scénario (d’après la nouvelle de Philip K.Dick) et interprété par Harrison Ford et Ryan Gosling.

(photo : Pauline Maillet)

(photo : Pauline Maillet)

 

Dans un entretien avec le site de l’AFC, l’Association Française des directeurs de la photographie, il évoque notamment une scène clé de L’Armée des Ombres de Jean-Pierre Malville : «Je repense […] à cette merveilleuse scène de l’interrogatoire […] quand le résistant est attaché à la chaise, et qu’on lui explique tranquillement comment il va être exécuté… C’est d’une simplicité glaçante. Il n’y a aucun effet de lumière ou de caméra visible. Je crois qu’on a essayé de coller à cet esprit en filmant Sicario, avec une économie de moyens qu’on qualifie en anglais de « less is more ».» Un commentaire qui reflète bien son rapport à son métier, même s’il a évidemment signé des plans magnifiques, presque gratuits mais inoubliables, comme la nuit qui enveloppe le manoir de Skyfall ou ce plan dans Sicario où des hommes armés évoluent sous un ciel aux teintes fortes avec quelques tâches noires en guise de nuages comme esquissés par des traits de pinceau à l’image.

Sur le tournage de Sicario avec Denis Villeneuve (DR)

Sur le tournage de Sicario avec Denis Villeneuve (DR)

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles