Accueil Tags Jake Gyllenhaal

Tag: Jake Gyllenhaal

Test Blu-ray : Spider-Man – Far from home

0
En vingt années quasi-ininterrompues de films de super-héros, on a vu, petit à petit, se dessiner une poignée de sous-catégories au sein du genre. Parmi celles-ci s'est détachée ce qu'on pourra appeler la « comédie de super-héros », sous-genre plus centré sur l'humour et la fantaisie que sur l'héroïsme ou les nobles sentiments, et représenté par des films tels que Ant-Man, Les gardiens de la galaxie, Thor : Ragnarok ou encore Spider-Man – Homecoming. Du cinéma de pur divertissement populaire en somme, remettant à leur place les héros en collants sauvant le monde avec leurs pouvoirs issus de contes de fées, qui restent – assez paradoxalement quand on y pense – la plupart du temps illustrés au cinéma de façon sérieuse et premier degré. Ainsi, la comédie de super-héros s'avère au final bien éloignée des films de super-héros traditionnels, tels que ceux que l'on peut régulièrement voir sur nos écrans depuis de nombreuses années et qui prennent volontiers des atours de tragédie grecque ou d'épopée historique. Autant dire donc que même si vous n'êtes pas habituellement « client » des aventures de justiciers costumés défiant les lois de la gravité, il se pourrait bien que ces comédies de super-héros vous fassent tout de même passer un bon moment devant votre écran.

Critique : Wildlife – Une saison ardente

0
D'une facture très (trop ?) classique, le premier film réalisé par Paul Dano s'avère plutôt décevant, le sujet traité, la déliquescence d'un couple, ayant déjà fait l'objet d'œuvres autrement plus fortes.

Test Blu-ray : Life – Origine inconnue

0
Le Blu-ray de Life – Origine inconnue édité par Sony Pictures fait littéralement des miracles. Malgré un tournage plongé dans l’obscurité la plupart du temps, l’image est d’une précision et d’une limpidité extraordinaire, les couleurs en envoient plein les mirettes, et les contrastes sont d’une solidité à toute épreuve. La définition est purement et simplement irréprochable, le piqué d’une précision à couper le souffle,

Test Blu-ray : Nocturnal animals

0
Soyons direct : le nouveau film de Tom Ford est une réussite, au niveau de sa mise en scène, de sa photographie, de ses interprètes et de ses dialogues. On ne peut qu’être transporté et touché par cette œuvre qui tape là où ça fait mal. Nocturnal Animals est une œuvre coup de poing qui pourra peut-être laisser sur le carreau les personnes qui aiment les films prémâchés mais qui parlera à toutes les autres qui aiment se remettre en question

Critique : Life – Origine Inconnue

1
C’était un peu sur la réserve que l’on se préparait à aller voir ce nouveau métrage de Daniel Espinosa, cinéaste suédois guère réputé pour sa subtilité. Après deux longs inédits en France, nous l’avions découvert en 2011 avec Easy money, énième resucée d’un genre (le polar du nord à la Pusher) qui a ses défenseurs, mais a fini par tourner en rond à force de ne prendre aucun risque. Depuis, il n’avait pas eu l’occasion de se racheter une conduite, oscillant entre aimable série B décomplexée mais sans génie avec Sécurité rapprochée et grand ratage avec Enfant 44. Avec la sortie prochaine de Alien : Covenant, ce film semblait en plus bien mal parti pour rencontrer un quelconque succès, sa bande annonce donnant l’impression d’une série B de SF horrifique comme on en a vu des dizaines, ne se démarquant en rien des plagiats de la saga initiée par Sir Ridley Scott. Comme il n’y a rien de meilleur que de se laisser agréablement surprendre par un film dont on n’attendait rien, reconnaissons avec grand plaisir la belle surprise que constitue ce film qui, contre toute attente, place la barre haut pour le prochain Alien …

Critique : Nocturnal Animals

0
Soyons direct : le nouveau film de Tom Ford est une réussite, au niveau de sa mise en scène, de sa photographie, de ses interprètes et de ses dialogues. On ne peut qu’être transporté et touché par cette œuvre qui tape là où ça fait mal. Si l'on peut reprocher au réalisateur d’être quelques fois trop vague sur le message qu’il désire faire passer, l'on est forcé de se sentir concerné. Car nous avons tous vécu des relations qui se sont terminées abruptement, tous voulu éviter de ressembler à nos parents sans y parvenir et surtout tous mal interprété les signaux de notre partenaire, un jour ou l’autre.

Cette semaine sur la planète ciné (30 mai 2016)

1
On commence par cette première image de Alien: Covenant, suite plus ou moins directe de Prometheus, le film qui était n'était pas était n'était...

Test DVD : L’amour par accident

1
Les français ont découvert le cinéma de David O. Russell en l’espace de trois films magistraux : Flirter avec les embrouilles (1996), Les rois du désert (1999) et J’adore Huckabees (2004). Trois longs-métrages de doux-dingue, au propos souvent gonflé, à la fois très intéressants et beaucoup plus profonds qu’ils n’en avaient l’air, ayant automatiquement inscrit David O. Russell dans le carnet mental des « cinéastes à suivre de près » de très nombreux cinéphiles.

Quel film (re)voir ce soir (13) : Zodiac

2
Après la victoire de Spotlight dans la course à l’oscar du meilleur film, il est temps de se pencher sur un film qui célèbre...

News de la planète ciné (10 avril 2016, semaine 14)

1
Voici une petite sélection de news glanées ces deux dernières semaines et non traitées sur le site... Imogen Poots sera la tête d'affiche de Mobile...

Programme télé du dimanche 3 avril

1
Le Dictateur Réalisé par Charlie CHAPLIN Avec Charlie Chaplin  Comédie dramatique / USA / 1945 / 2h06 20h45 sur Arte  Au sortir de la guerre, Charlie Chaplin, maître du...

Test Blu-ray : La rage au ventre

0
Après six incursions sur le ring aux côtés de Rocky Balboa en l’espace de quelques décennies, on pouvait soupçonner que le public saurait tout de la boxe et ne trouverait que peu d’intérêt à suivre la trajectoire sous forme de rédemption d’un nouveau boxeur parti de rien / donné perdant. C’était sans compter sur le talent d’Antoine Fuqua