Deux films de cape et d’épée en Blu-ray chez Pathé

0
92

La glorieuse tradition du cinéma de genre n’a jamais été extrêmement développée à l’intérieur des frontières françaises. Néanmoins, dans les années 50/60, à la faveur de quelques productions internationales (franco-italiennes surtout) made in Cinecittà, le cinéma français s’est laissé aller à quelques titres flirtant volontiers avec le cinéma de genre tendance populaire. Ainsi, les films de cape et d’épée et autres romances historiques ont fait durant de nombreuses années la joie des cinémas de quartier, avec des films le plus souvent interprétés par ou Gérard Barray.

Grand défenseur du cinéma populaire « de patrimoine » en France, vient de sortir un coffret Blu-ray / DVD réunissant deux fiers représentants de ce genre quasi-disparu : (1953) et (1960), tous deux mis en scène par , dont la carrière « exploserait » littéralement quelques années plus tard avec la saga Fantômas. Sur critique-film, on aime les films en costumes, et l’ambiance si particulière de ces bandes désuètes ; aussi nous devions-nous de saluer cette initiative remarquable, constituant une belle, que dis-je, Hunebelle déclaration d’amour au cinéma populaire…

 

 

Les trois mousquetaires


France, Italie : 1953
Titre original : –
Réalisateur : André Hunebelle
Scénario :
Acteurs : , ,
Éditeur : Pathé
Durée : 2h00
Genre : Aventures
Date de sortie cinéma : 7 octobre 1953
Date de sortie DVD/BR : 22 novembre 2017

 

D’Artagnan se rend à Paris pour s’engager dans les Mousquetaires du Roi. A son arrivée, il s’installe chez Bonacieux dont il courtise la nièce, Constance. Au terme d’un duel contre les Mousquetaires, Athos, Porthos et Aramis, ses adversaires, il s’unit avec eux contre les hommes du Cardinal…

 

 

Le Capitan


France, Italie : 1960
Titre original : –
Réalisateur : André Hunebelle
Scénario : , , André Hunebelle
Acteurs : Jean Marais, ,
Éditeur : Pathé
Durée : 1h38
Genre : Aventures
Date de sortie cinéma : 5 octobre 1960
Date de sortie DVD/BR : 22 novembre 2017

 

Jeune noble de province venu déposer une requête a Paris, Francois de Capestan est sauvé par la mystérieuse Gisèle d’Angoulême. Avec son fidèle Cogolin, le « Capestan » devient l’ami de Louis XIII en déjouant les complots des conspirateurs…

 

 

Les films

[3,5/5]

Placés sous le signe de l’action et de l’humour, Les trois mousquetaires et Le capitan développent une atmosphère très familiale. Les héros (Georges Marchal dans l’un, Jean Marais dans l’autre) affichent un sourire ultra-brite se révèlent rapidement pleins de prestance, combattant vaillamment vils faquins et bandits de grands chemins, les intrigues sont solides, et le tout est naturellement relevé par l’irrésistible présence comique de Bourvil (qui joue dans les deux films). Si bien sûr le « réalisme » historique n’est pas vraiment de rigueur, on ne pourra que souligner le soin apporté à la reconstitution de l’époque (décors, costumes, tout respire le faste et l’opulence), qui rappelleront aux enfants et aux plus grands le charme de leurs livres d’images d’antan, propres, désuets, et tellement manichéens qu’ils en deviendraient presque « aseptisés ». Les duels à l’épée se suivent et ne se ressemblent pas trop grâce aux cabrioles des acteurs principaux, et on aura naturellement droit aux classiques traquenards tendus par d’infâmes méchants, aux traditionnelles courses poursuites à cheval ou encore à la sempiternelle romance entre le héros et sa dulcinée.

En l’état, les deux longs-métrages d’André Hunebelle s’imposent comme de solides divertissements, aussi amusant qu’enlevés, et rappelleront à beaucoup de spectateurs les bandes-dessinées d’aventures éditées par Lug (Antonin, Le cavalier sans nom, Le chevalier d’Harmental…) qu’ils dévoraient enfants, à l’ombre sur la terrasse, un verre de « Tang » posé à côté des Big Jim. Deux films qui sentent bon les vacances…

 

 

Les Blu-ray

[5/5]

Les trois mousquetaires et Le capitan intègrent donc aujourd’hui la prestigieuse collection de digipacks cartonnés des « versions restaurées par Pathé », que le cinéphile pourra ranger aux côtés des Enfants du Paradis de Marcel Carné, de Paradis perdu d’Abel Gance ou encore de Showgirls de Paul Verhoeven.

Comme d’habitude avec l’éditeur, ces deux nouveaux classiques du cinéma populaire français ont bénéficié de restaurations 4K maniaques et affichent aujourd’hui une forme insolente malgré les années. Bien entendu, le format (1.37 pour Les trois mousquetaires, 2.35 pour Le capitan) est respecté, et les films retrouvent littéralement une nouvelle jeunesse. Dans les deux cas, l’image est d’une belle stabilité, le grain d’origine est scrupuleusement respecté, le piqué est d’une étonnante précision. Les couleurs chatoyantes et les contrastes pointus accentuent l’impression de profondeur de l’ensemble ; seuls les plans « à effets » (fondus enchainés, mentions écrites…) marquent naturellement, et comme d’habitude, les effets du temps – néanmoins, ils constituent des points de comparaison qui rendent le travail effectué par les équipes de Pathé d’autant plus perceptible et remarquable. Une réussite totale. Côté son, les deux films sont proposés dans des mixages DTS-HD Master Audio 2.0 propres et parfaitement clairs, restituant parfaitement les dialogues et la musique du film.

Du côté des suppléments, on trouvera trois courts sujets tirés des archives de l’INA (trente secondes en moyenne) pour Les trois mousquetaires, et sur la galette du Capitan, on aura droit à un entretien avec Jean Marais datant de la sortie du film (et d’une durée d’un peu moins de six minutes).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici