Critique : Mi Gran Noche (My Big Night)

0
575

Mi Gran Noche

mi-gran-noche-affiche

Espagne : 2015
Titre original : –
Réalisateur : Alex de la Iglesia
Scénario : Alex de la Iglesia, Jorge Guerricaechevarria
Acteurs : Mario Casas, Santiago Segura, Carlos Areces
Distribution : Netflix
Durée : 1h57
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie : 1er octobre 2016 (VOD)

Note : 4/5

La distribution cinéma hexagonale devant laisser la place aux blockbusters Marvel, reboots de franchises des années 1980 et 1990 et autres comédies populo-franchouillardes ne faisant rire que trois spectateurs et leurs distributeurs, la dernière œuvre d’un des plus originaux et inventifs metteurs en scène européens actuels est reléguée dans la distribution numérique, un an après sa sortie dans son pays d’origine. Petit coup de projecteur sur l’un des films les plus drôles que vous devriez ne pas manquer en cet automne 2016.

mi-gran-noche-01

José, acteur au chômage, est envoyé sur le tournage d’une émission télévision spéciale Nouvel An, dans lequel une centaine de figurants sont enfermés depuis plusieurs jours et nuits sous une chaleur écrasante, à faire semblant de s’amuser, danser, rire, applaudir, faire la fête et célébrer la nouvelle année. Pendant ce temps-là, toute une faune de personnages à l’ego surdimensionné s’affronte par joutes verbales dans les coulisses du plateau de tournage, parmi lesquels le chanteur populaire Alphonso, crooner populaire et vedette de la soirée (interprété par Raphael, véritable crooner populaire ibérique), Adanne, nouvelle pop-star du pays et un couple de présentateurs télévisés s’écharpant à la première occasion. Pendant ce temps, dehors, des centaines de manifestants tentent de perturber le tournage du programme, pour protester contre les licenciements abusifs décidés par le producteur véreux Benitez.

mi-gran-noche-02

Un maelstrom de situations rocambolesques

Après une bonne couverture de salles attribuée à son drame noir comme le charbon Balada Triste De Trompeta au printemps 2011 (et une déconfiture au box-office), on ne peut pas dire que la filmographie d’Alex De La Iglesia ait été particulièrement choyée par nos distributeurs francophones, en témoignent les sorties discrètes fin 2012 de la magnifique comédie dramatique La Chispa De La Vida (Un jour de chance en VF) et début 2014 de son retour à la comédie fantastique délurée avec Les Sorcières de Zugarramurdi. Du coup, le dernier long-métrage en date du metteur en scène hispanique, Mi Gran Noche, un an après sa sortie sur les écrans ibériques, arrive en France… sur NetFlix en ce 1er octobre 2016, dans une indifférence quasi-générale, noyé au milieu des nombreux ajouts du bouquet SVOD. Et ce serait bien dommage de passer à côté, tant le métrage est l’un des plus drôles, fous, réjouissants que vous verrez en ce début d’automne tristounet.

Durant toute une nuit, et à un rythme trépidant, enchaînant les dialogues et péripéties à vitesse grand V, De La Iglesia nous entraîne 95 minutes durant à un véritable maelstrom de situations rocambolesques, sous une caméra s’infiltrant dans tous les coins et recoins du plateau de télévision. L’occasion est donnée au metteur en scène de nous décrire, avec ironie et jubilation mais tout de même une véritable tendresse, une véritable faune de personnages délurés, excentriques, prêts à tout pour faire valoir leurs intérêts personnels et superficiels dans un décor factice (faux alcool, fausse nourriture sur les tables des figurants !), alors que dehors, depuis plusieurs jours, des gens se battent pour leurs emplois et faire vivre leurs familles. Mais De La Iglesia ne tombe pas dans le piège du film à thèse ou à message contre les médias complètement déconnectés de la réalité du pays. Le but est juste de donner un divertissement drôle, rythmé, enlevé, vif, et le résultat est pleinement réussi, tant De La Iglesia n’est jamais aussi bon lorsqu’il s’agit de mettre en scène une véritable troupe de protagonistes tous plus idiots les uns que les autres, empêtrés dans des situations ubuesques.

mi-gran-noche-03

Société du spectacle

Avec ce dernier long-métrage en date (le prochain, El Bar, arrive en 2017 en Espagne, et un nouveau film est déjà actuellement en tournage), De La Iglesia clôt en quelque sorte une trilogie de films sur la société du spectacle et ses conséquences sur l’humanité et les relations humaines : en effet, en 1999, Muertos de risa (Mort de rire en VF) était une comédie noire racontant la lente désagrégation de l’amitié entre deux humoristes soudain mis sous le feu des projecteurs, en 2011, La Chispa De La Vida était un drame sur un commercial au chômage depuis une longue durée, mis au ban du système, prêt à tout, même à perdre sa dignité, pour de nouveau réintégrer la société du spectacle. Avec ce Mi Gran Noche, De La Iglesia analyse de façon plus décontractée, bariolée, cette société du faux, du kitsch, du vulgaire, du grossier. On peut juste regretter un final un peu en demi-teinte, un climax qui manque peut-être d’un grain de folie comparé au reste du métrage, mais c’est faire un peu la fine bouche face à ces 90 minutes de folie et d’excentricité offertes par le réalisateur hispanique.

mi-gran-noche-04

Conclusion

Porté par des comédiens tous excellents, une mise en scène endiablée et un rythme ne faiblissant quasiment jamais, Mi Gran Noche est donc la petite curiosité à ne pas louper au beau milieu du catalogue déjà bien abondant de NetFlix. Alors, avant qu’il ne soit balayé et oublié dans le flot incessant de sorties VOD, nous vous espérons que cette chronique vous donnera de vous amuser devant cette comédie folle, et de découvrir par la même occasion les travaux antérieurs d’Alex De La Iglesia, cinéaste encore trop peu méconnu en nos contrées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici