Critique : Nous les coyotes

Pour beaucoup, les Etats-Unis font rêver, Los Angeles fait rêver, Hollywood fait rêver. Et si, après tout, ce n'était que des miroirs aux alouettes. C'est en tout cas ce que montrent Hanna Ladoul et Marco La Via, de façon parfois comique, parfois beaucoup plus sérieuse.

Intégrale Claude Berri #19 : Ensemble, c’est tout (2007)

Gros succès de librairie durant l'année 2004, devenu symbole de l'expression « vivre ensemble » (un néologisme politique très en vogue depuis quelques années), Ensemble, c'est tout était donc à l'origine un roman écrit par Anna Gavalda. Trois ans plus tard, Claude Berri choisit donc d'adapter l'ode à la cohabitation et à la tolérance de la femme de lettres française.

Intégrale Claude Berri #18 : L’un reste, l’autre part (2005)

L’un reste, l’autre part est le dernier film s’inscrivant dans la veine « autobiographique » de l’œuvre de Claude Berri : pour écrire cette comédie sentimentale, le cinéaste s’inspirera en effet à nouveau de sa propre vie, se servant de l’Art comme d’une catharsis pour exorciser ses propres démons. Ainsi, au cœur même du film, le vaudeville côtoiera volontiers le tragique, pour un résultat au final assez étrange et, il faut bien l’admettre, un peu déstabilisant.

Intégrale Claude Berri #08 : Un moment d’égarement (1977)

Un moment d’égarement débarque sur les écrans à l’hiver 1977. Une date importante pour Claude Berri : on est pile dix ans après la sortie de son premier long-métrage, Le vieil homme et l’enfant. Et comme s’il avait pris conscience que cet « anniversaire » devait marquer un cap dans sa carrière, il signe à cette occasion ce qui s’impose, peut-être, comme le meilleur film de toute sa filmographie. En tous cas, il est certain que Claude Berri, visiblement réconcilié avec les années 70, a clairement trouvé ici la recette miracle, entre justesse d’écriture, alchimie des acteurs et profondeur des thématiques…

Critique : Tazzeka

"Tazzeka" est un film qui donne la pêche, un film qui fait chaud au cœur. Très bien interprété, il est, en plus, magnifiquement mis en images et il recèle un certain nombre de scènes qui, d'un point de vue purement cinématographique, marquent les esprits.

Intégrale Claude Berri #04 : Le cinéma de Papa (1971)

0
Pour son quatrième film en tant que réalisateur, Claude Berri persévère sur la voie de l’autobiographie filmée avec Le cinéma de Papa, qui nous propose un retour sur quelques épisodes de sa vie, disséminés entre 1946 et 1962. Mais comme le titre du film l’indique, l’aspirant cinéaste et ses déconvenues sentimentales et professionnelles ne seront pas cette fois réellement au centre du film et de son patchwork de séquences à la narration volontiers décousue : le dénominateur commun y est en effet avant tout la figure paternelle.

Intégrale Claude Berri #02 : Mazel Tov ou le mariage (1968)

0
Avec Le vieil homme et l’enfant son film précédent, Claude Berri s’était fait un nom et la récompense obtenue à Berlin pour son film l’a probablement encouragé à entretenir son « regard » de cinéaste, sa capacité à observer sans juger, qui faisait toute la valeur de son premier film. Avec Mazel Tov ou le mariage en 1968, il fait le choix de revenir à ses contemporains, et de dresser avec malice un portrait des aspirations, rêves et contradictions des jeunes au sein de la communauté juive à la fin des années 60

Critique : Intégrale Jean-François Stévenin

Un mot suffit à qualifier le cinéma de Jean-François Stévenin : liberté. Pour certain.e.s, cela peut s'avérer déroutant. Pour les autres, il sera surtout question de fraîcheur.

Critique : Abracadabra

Sans être aussi jubilatoire que "Blancanieves", "Abracadabra" n'engendre pas la mélancolie et s'avère plaisant à regarder.

Critique : Oh Lucy ! (Deuxième avis)

Voilà un film qui reflète parfaitement la double culture dont Atsuko Hirayanagi peut se prévaloir : la culture japonaise et la culture américaine.

Critique : Le rire de ma mère

Ce film, dans lequel rode pourtant la mort, est un véritable hymne à la vie, plein de chaleur et de justesse.

Derniers articles

Cannes 2024 : compléments de sélection

Même si sa stratégie de communication ne s'étire pas aussi vicieusement en longueur que celle de la concurrence berlinoise, le Festival de Cannes aime bien annoncer sa sélection officielle en plusieurs étapes. Ainsi, ce ne sont pas moins de treize titres qui y ont été ajoutés ce jour par voie de communiqué de presse, après la présentation principale d'il y a une dizaine de jours à l'UGC Normandie à Paris.

Critique : Le Mal n’existe pas

Le Mal n'existe pas JAPON, 2024Réalisateur: Ryuzuke HamaguchiScénario : Ryuzuke HamaguchiActeurs: Hitoshi Homika, Ryo Nishikawa, Ryuji KosakaDistributeur : Diaphana distributionGenre : DrameDurée : 1h46Date de...

Les cartes sur table : décryptage du jeu de poker dans Casino Royale

0
Dans "Casino Royale", le poker n'est pas seulement un jeu. C’est aussi un duel psychologique intense. James Bond, l'agent secret, utilise le poker pour...

Test Blu-ray : La fille de son père

0
Après l'excellent "Perdrix", ce deuxième long métrage de Erwan Le Duc a l’énorme mérite de ne pas nous décevoir.

Critique : Borgo

"Borgo" est tout aussi excellent que "La fille au bracelet".