Cannes 2019 : la sélection de la Semaine de la Critique

La sélection officielle de la 58ème Semaine de la Critique, dédiée aux premiers et deuxièmes longs-métrages et organisée par le Syndicat Français de la Critique de Cinéma, a été annoncée ce lundi 22 avril par son délégué général Charles Tesson. Cette section parallèle du Festival de Cannes se déroulera du 15 au 23 mai. 11 longs-métrages, sept en compétition et quatre en séances spéciales, ont été retenus parmi les 1050 proposés. 1605 ont été soumis à l’appréciation du comité des courts-métrages qui en ont gardé 15, dix en compétition et cinq autres qui seront présentés lors de deux séances spéciales hors-compétition.

J’ai perdu mon corps

Malgré le focus sur les cinéastes émergents, certains sont déjà passés à la Semaine. Présent pour son court Skhizein en 2008, dirige le premier long-métrage d’animation en compétition depuis Téhéran Tabou en 2017, un format rarement présent dans cette section. D’ailleurs, aucun court animé n’y a été sélectionné pour mai prochain. , en compétition avec Gente de bien en 2014 revient en ouverture après être également passé par la Quinzaine des Réalisateurs en 2012 avec le court-métrage Rodri. Sofía Quirós Ubeda était en compétition avec son court en 2017 (Selva) et revient avec son premier long, passé par le programme Next Step de la Semaine. Retour également de Cristèle Alves Meira et Moin Hussain, venus eux aussi avec leurs courts en 2016 (Champ de vipères) pour la première et l’année suivante pour le deuxième (l’inquiétant Real Gods require blood).

Please Speak Continuously and Describe Your Experiences as They Come to You

D’autres ont déjà été aperçus dans d’autres sections de Cannes : Brandon Cronenberg avec le long Antiviral à Un Certain Regard en 2012 et présent cette année avec un court ; Pia Borg (Cinéfondation 2014 pour Footnote) et Valentina Maurel (premier prix de la Cinéfondation 2017 pour Paul est là).


Jonathan Couzinié et dans, Les héros ne meurent jamais

Premier passage pour le japonais , déjà très remarqué avec les films Bangkok nites et Saudade, est présent avec le moyen métrage tandis que signe un très court de 9 minutes : Please Speak Continuously and Describe Your Experiences as They Come to You. Débuts sur la Croisette itou pour a fait le tour des festivals avec les courts Ton coeur au hasard et Que vive l’Empereur, ce dernier ayant reçu plusieurs prix d’interprétation pour son acteur Jonathan Couzinié, tête d’affiche de son premier long, Les héros ne meurent jamais dont il co-écrit le scénario et où il partage l’affiche avec la stackhanoviste Adèle Haenel, qui sera également présente en compétition avec Portrait de la jeune fille en feu et à la Quinzaine avec Le daim.


Ingvar Sigurdsson dans A White, White Day

Depuis l’an dernier, le prix de la Révélation honore un ou une comédienne présent dans l’un des sept longs métrages en compétition, avec pour objectif de mettre en lumière un ou une interprète pour l’une de ses premières apparitions au cinéma ou pour un rôle particulièrement marquant de sa carrière. Le premier lauréat était pour Sauvage, étrangement absent de la liste des nommés au César du meilleur espoir. Parmi les acteurs en lice cette année, on retrouve l’acteur-réalisateur Lyes Salem (Mascarades) dans , l’islandais Ingvar Sigurdsson (Des chevaux et des hommes) dans A White, White Day, Emma Dib (vue déjà à la Semaine, dans un rôle secondaire dans Paupières bleues en 2007) dans , ainsi que les plus reconnus Imogen Poots et Jesse Eisenberg dans Vivarium, mais le trophée sera peut-être remis à une découverte de cette édition. avec

Vivarium avec Jesse Eisenberg et Imogen Poots

Parmi les grandes attentes de cette année, le film de clôture, , premier volet d’une trilogie signée du chinois Gu Xiaogang. Enfin, la Semaine de la Critique ne serait pas tout à fait la Semaine de la Critique s’il n’y avait pas un film (long ou court) réalisé par une actrice. Cette année, invitation faite au premier long-métrage de , révélée par Abdellatif Kechiche avec La Graine et le mulet.

Le jury présidé par devra désigner le film qui succédera, entre autres, à Take Shelter de Jeff Nichols, The Tribe de Myroslav Slaboshpytskiy, Mimosas d’Oliver Laxe (troisième section à Cannes cette année, à Un Certain Regard, après des débuts à la Quinzaine), Makala d’Emmanuel Gras ou Diamantino de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt l’an dernier.

La Semaine de la Critique sera notamment reprise à La Cinémathèque Française du 5 au 12 juin, mais aussi en Corse, à Beyrouth, en République Tchèque, au campus de Yokohama à Tokyo, à New-York ou au Festival de Morelia, au Mexique, dont la Semaine est partenaire et propose une sélection de courts-métrages qui y ont été présentés.

Le Miracle du Saint Inconnu

Compétition longs métrages

  • Abou Leila de Amin Sidi-Boumédiène (Algérie)
  • Ceniza Negra (Cendre Noire) de Sofía Quirós Ubeda (Costa Rica, Argentine)
  • Hvítur, Hvítur Dagur (A White, White Day) de Hlynur Pálmason (Islande)
  • J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapin (France)
  • Nuestras Madres (Our Mothers) de Cesar Diaz (Guatémala)
  • The Unknown Saint (Le Miracle du Saint Inconnu) de Alaa Eddine Aljem (Maroc)
  • Vivarium de Lorcan Finnegan (Irlande)

Compétition courts métrages

  • Dia de festa (Jour de fête) de Sofia Bost (Portugal)
  • Fakh (The Trap) de Nada Riyadh (Egypte)
  • Ikki illa meint de Andrias Høgenni (Danemark / Îles Féroé)
  • Journey Through a Body de Camille Degeye (France)
  • Kolektyvinai sodai (Community Gardens) de Vytautas Katkus (Lituanie)
  • Lucía en el limbo de Valentina Maurel (France / Costa Rica)
  • The Manila Lover de Johanna Pyykkö (Norvège)
  • Mardi de 8 à 18 de Cecilia de Arce (France)
  • She Runs de Qiu Yang (Chine)
  • Ultimul Drum Spre Mare (Le dernier voyage à la mer) de Adi Voicu (Roumanie)

Séances spéciales hors-compétition

  • Film d’ouverture : de Franco Lolli (Colombie)
  • Film de clôture : Dwelling in the Fuchun Mountains (Chun jiang shui nuan) de Gu Xiaogang (Chine)

Les autres séances spéciales

  • Les héros ne meurent jamais d’Aude Léa Rapin (France)
  • Tu mérites un amour de Hafsia Herzi (France)

Séances spéciales courts métrages

programme 1

  • Demonic de Pia Borg (Australie)
  • Naptha de Moin Hussain (Royaume-Uni)
  • Please speak continuously and describe your experiences as they come to you de Brandon Cronenberg (Canada)

programme 2

  • Invisible Hero de Cristèle Alves Meira (Portugal)
  • Tenzo de Katsuya Tomita (Japon)

Festival International du film de Morelia (FICM)

  • El Aire Delgado de Pablo Giles (Mexique)
  • The girl with two heads de Betzabé García (Mexique)
  • San Miguel de Cris Gris (Mexique)
  • Satán de Carlos Tapia González (Suisse)

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles