Accueil Tags Jesse Eisenberg

Tag: Jesse Eisenberg

Test Blu-ray 4K Ultra HD : Zack Snyder’s Justice League

1
Il n’y pas à douter du fait que Zack Snyder’s Justice League est né dans la douleur. A commencer par celle de Zack Snyder, qui avait dû quitter les commandes de Justice League en laissant Joss Whedon terminer son film.

Test Blu-ray : Retour à Zombieland

0
C’est suffisamment rare pour être souligné : la carrière de Retour à Zombieland au cinéma s’est montrée plus convaincante que celle du film original il y a dix ans. Bienvenue à Zombieland avait en effet généré 102 millions de dollars de recettes et attiré seulement 271.000 français dans les salles, sa suite en revanche a cumulé 113 millions au box-office international, et convaincu 582.000 français de faire le déplacement. Ce joli succès pourra être attribué à un timing parfait entre les deux films, mêlé à un sentiment d’attente indéniable de la part du public. Et ce public, Ruben Fleischer et ses scénaristes Matt Rheese et Paul Wernick le chouchoutent, le caressent dans le sens du poil en lui offrant pile ce qu’il est venu voir, quitte à donner par moments l’impression de manquer d’audace et de surprises.

Critique : Vivarium

0
Le choix d'une science-fiction sans effets spéciaux pour parler de la vie dans un urbanisme horizontal totalement inhumain, pour parler aussi de la difficulté d'être parent, un univers entre Frans Kafka, Boris Vian et Fernand Combet, "Vivarium" est un film qui risque de dérouter. Un film imparfait mais attachant.

Cannes 2019 : la sélection de la Semaine de la Critique

0
La sélection officielle de la 58ème Semaine de la Critique, dédiée aux premiers et deuxièmes longs-métrages et organisée par le Syndicat Français de...

Test Blu-ray : Insaisissables 2

0
Préparez-vous car les tours de magies vont pleuvoir et c’est un des bons points du film. Le fameux « bigger better louder » des suites est pris ici au pied de la lettre. On se retrouve face à un pur divertissement et ça fait du bien. On prend son pied lors de scènes réalisées avec un sens du suspens à couper le souffle

Critique : Insaisissables 2

1
Après un premier volet sympathique et divertissant, nos magiciens de l’extrême et surtout de l’impossible font leur grand retour dans un blockbuster qui n’hésite pas à nous en mettre plein les yeux.

Critique : Café Society (Cannes 2016)

2
Année après année, Woody Allen revient, infatigablement, avec une nouvelle romance dramatique ou comique. Il a ouvert pour la troisième fois cette année le Festival de Cannes avec sa nouvelle production portée par un beau trio : Jesse Eisenberg (The Social Network), Kristen Stewart (Blanche Neige et le Chasseur) et Steve Carell (The Big Short).

Festival de Cannes 2016 : la cérémonie d’ouverture

2
Difficile de ne pas savoir que le Festival de Cannes édition 2016 débute ce mercredi 11 mai lorsqu'on voit l'emballement médiatique que provoque le...

Bande annonce et affiche : Café Society

2
C'est avec un voyage dans le temps que s'ouvrira la 69ème édition du Festival de Cannes. Le nouveau long-métrage de Woody Allen, Café Society,...

Critique : Batman V Superman : L’Aube de la justice

3
Trois ans après Man of Steel, Zack Snyder, metteur en scène visionnaire de 300 mais surtout du remarquable Watchmen : Les Gardiens, revient cette semaine avec un blockbuster très attendu : Batman V Superman : L’Aube de Justice.

Test Blu-ray : American ultra

3
A force de signer de bons scénarios très orientés « fun » et bande dessinée, multipliant qui plus est les outrances et pataugeant dans le mauvais goût le plus total (un peu à la manière du britannique Garth Ennis dans le petit monde du comic book), le jeune Max Landis va finir par réussir à se faire un prénom. Il est même très probable que malgré l'indéniable côté « poseur » et encore vaguement immature de ses scripts, le jeune garçon finisse par dépasser en popularité son père John Landis, dont la côte d'amour n'a de toutes façons jamais réellement atteint des sommets de notre côté de l'Atlantique.

Critique : Back Home

0
En voulant traiter d'un trop grand nombre de sujets et en triturant par trop son récit dans tous les sens,Joachim Trier nous rend une copie moyenne, heureusement réhaussée par la qualité de la photographie et par le jeu des comédiens.