Cannes 2014 : Bird People

1
77

075169.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

États-Unis : 2014
Titre original : Bird People
Réalisateur :
Scénario : Pascale Ferran
Acteurs : , ,
Distribution : Diaphana Distribution
Durée : 2h08
Genre : Fantastique, romance, drame
Date de sortie : 4 juin 2014

Note : 4/5

Près de huit ans déjà après Lady Chatterley, César du meilleur film en 2007, Pascale Ferran revient avec un long-métrage d’une grande originalité dont il est préférable d’en savoir le moins possible pour l’apprécier à sa juste valeur.

Synopsis : Gary est voyage d’affaires en France pour finaliser la construction d’une centrale nucléaire à Dubaï. Soudain une certitude le frappe : il est temps d’arrêter cette vie et de tout bouleverser, au désarroi de ses collègues et de son épouse. Audrey est femme de chambre dans l’hôtel où il était en transit et a finalement décidé de poursuivre son séjour européen. Elle aussi va vivre une expérience de changement de vie.

429791.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’ouverture est magistrale, avec ce trajet dans un RER en route vers Roissy qui sera la zone géographique centrale de l’intrigue, un lieu de passage mais aussi de vie et de travail peu vu au cinéma. Cette étonnante séquence où l’on glisse à travers les pensées des passagers ou la musique qu’ils écoutent, s’achève sur le visage de cette jeune femme interprétée par Anaïs Demoustier qui s’émerveille de la vision d’un moineau à sa fenêtre et s’attriste des quelques quarante heures qu’elle doit passer chaque semaine dans les transports en commun.

Si l’inattendu ne verse pas dans le ridicule c’est grâce à l’impression de spontanéité qui passe dans sa voix et son jeu attachant et magique. Mais ne négligeons pas la qualité de l’écriture, le montage virevoltant, l’accompagnement sonore de Beatrice Thiriet et des effets spéciaux invisibles. La mise en scène est précise, presque mathématique, mais reste aussi libre que ces deux personnages en quête de changement. Ils vont vivre une belle métamorphose, joyeuse, soulignée par un glissement symbolique vers le fantastique…

375168.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Hasard ou pas, apprécions le parallèle avec la vie professionnelle de l’acteur principal Josh Charles qui a lui-même quitté précipitamment la série The Good Wife dont il partageait la vedette avec Julianna Margulies. Rare sur le grand écran, sa performance est subtile, à l’image de ce qu’il dégage dans la magnifique scène de rupture avec son épouse jouée par Radha Mitchell. La voix de Mathieu Amalric en narrateur apporte encore un peu de chaleur supplémentaire.

Résumé

Un vrai coup de cœur, en sélection dans Un Certain Regard et on ne peut que regretter l’absence en compétition officielle lors de cette édition du Festival de Cannes, cet objet cinématographique non identifiable étant peut-être le Borgman de cette édition 2014.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=wqNlDKmRqtE[/youtube]

 

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici