Bande-annonce : Paul Mescal affronte Pedro Pascal dans « Gladiator II »

0
383

Les jeux sont ouverts ! Pas encore ceux – olympiques – de Paris, pour lesquels il faudra s’armer de patience pendant un peu plus de deux semaines supplémentaires. Et pas non plus tout à fait l’affrontement musclé de la suite de Gladiator de Ridley Scott, qui débarquera sur les écrans de cinéma français dans quatre mois, le 13 novembre prochain. Toutefois, depuis aujourd’hui, nous pouvons nous faire une première idée de ce péplum nouvelle génération, grâce à la diffusion de sa première bande-annonce par la filiale française du studio hollywoodien fraîchement racheté Paramount.

Et à en croire ces premières images, on en aura pour notre argent avec cette suite de l’épopée avec Russell Crowe, lauréat de cinq Oscars en 2001, dont ceux du Meilleur Film et du Meilleur acteur.

Gladiator © 2000 Jaap Buitendijk / Scott Free Productions / Dreamworks Pictures /
Universal Pictures International France Tous droits réservés

Dans l’optique de renouveler le succès commercial du premier, qui avait rapporté près d’un demi-milliard de dollars au box-office mondial au début du siècle, les producteurs ont dû partir du principe de reprendre les mêmes et de recommencer. Ce qui ne fonctionne pas pour la vedette, évidemment. D’un, puisque le vaillant Maximus avait péri dans l’arène après son duel avec le méchant Commodus. De deux – comment l’écrire … –, disons que le temps n’a guère été tendre avec Russell Crowe. Pourtant, le réalisateur de l’original, Ridley Scott, a repris du service. Plutôt, il continue sur sa lancée de travail ininterrompu dans les hautes sphères hollywoodiennes, qu’il n’avait plus quittées depuis cette renaissance de sa carrière, il y a près d’un quart de siècle. Chapeau à ce cinéaste de la vieille garde, quoique toujours pertinent, qui fêtera son 87ème anniversaire le mois de la sortie mondiale de Gladiator II !

Depuis Gladiator, Scott n’avait point chômé, puisqu’il avait refait équipe avec Russell Crowe à quatre reprises (Une grande année, American Gangster, Mensonges d’état et Robin des Bois). Le réalisateur avait de même trouvé goût aux grandes productions historiques, telles que Kingdom of Heaven (magistral dans sa version longue), Exodus Gods and Kings, Le Dernier duel et récemment Napoléon avec Joaquin Phoenix. Et il n’avait pas non plus rechigné à retourner à l’univers futuriste de Alien, à travers ses suites / préquels Prometheus et Alien Covenant. Tout cela pour dire que cette sorte de retour aux sources pour Ridley Scott nous paraît des plus logiques.

Parmi les autres revenants, on peut citer le producteur Douglas Wick, ainsi que les acteurs Connie Nielsen qui reprend son rôle de Lucilla, cette fois du côté de la génération des mères passives, et Derek Jacobi comme Gracchus. À l’époque, ni l’une, ni l’autre n’avait profité de manière exceptionnelle de l’engouement planétaire suscité par Gladiator.

Pour l’actrice danoise, ce coup de pouce s’était essentiellement soldé par quelques films américains ou à prestige international auprès de Olivier Assayas (Demonlover), Mark Romanek (Photo Obsession), William Friedkin (Traqué), John McTiernan (Basic) et Harold Ramis (Faux amis), avant le retour dans son pays natal où l’attendaient au moins Susanne Bier (Brothers) et Lars von Trier (Nymphomaniac). Quant à la légende du théâtre britannique, on a pu le voir depuis entre autres dans Gosford Park de Robert Altman, Le Discours d’un roi de Tom Hooper, Anonymous de Roland Emmerich et Le Crime de l’Orient-Express de Kenneth Branagh.

Gladiator II © 2024 Aidan Monaghan / Scott Free Productions / Red Wagon Films / Paramount Pictures France
Tous droits réservés

Et puis ? Quelles sont les nouvelles têtes à faire tomber plus ou moins violemment dans ce spectacle à la surenchère d’effets et de violence quasiment préprogrammée ? C’est d’abord la nouvelle étoile montante du microcosme hollywoodien, l’acteur irlandais Paul Mescal, qui y reprendra le rôle tenu jadis par Spencer Treat Clark. En tant qu’héritier illégitime du trône romain, ce sera désormais à celui qui a connu son premier succès critique, doublé d’une nomination à l’Oscar du Meilleur acteur en 2023, dans Aftersun de Charlotte Wells de jurer vengeance. De quoi prouver peut-être son attrait commercial, après ses deux derniers films plus (Carmen de Benjamin Millepied) ou moins (Sans jamais nous connaître de Andrew Haigh) confidentiels …

Sur le petit écran par voie de services de vidéo en ligne, l’acteur chilien Pedro Pascal a établi sa notoriété internationale depuis une dizaine d’années déjà. Que ce soit dans « Narcos », « Game of Thrones », « The Last of Us » ou bien « The Mandalorian », il a participé à une série à peu près ininterrompue de favoris publics à déguster chez soi sans modération. Le rôle de l’antagoniste Marcus Acacius sera-t-il enfin le bon pour imposer Pedro Pascal sur grand écran ?

Car jusqu’à présent, ses incursions dans des longs-métrages de cinéma sont restées anecdotiques, et même parfois de francs échecs, comme La Grande muraille de Zhang Yimou, Kingsman Le Cercle d’or de Matthew Vaughn, Equalizer 2 de Antoine Fuqua, Si Beale Street pouvait parler de Barry Jenkins, Un talent en or massif de Tom Gormican et Drive-Away Dolls de Ethan Coen. Sans oublier le court-métrage signé Pedro Almodovar Strange Way of Life, sorti en août 2023.

Enfin, c’est une véritable icône du cinéma américain qui a retrouvé le plateau d’un tournage dirigé par Ridley Scott, dix-sept ans après American Gangster. Alors qu’on pourrait associer la carrière de Denzel Washington à des histoires au contexte contemporain, l’acteur de Cry Freedom Le Cri de la liberté de Richard Attenborough et Glory de Edward Zwick n’est pas non plus entièrement étranger aux intrigues historiques. Celles-ci ne remontent pas nécessairement autant dans le passé que les années du crépuscule du règne romain de Gladiator II. Mais au fil de sa longue et illustre carrière, on a pu le voir dans les costumes globalement anciens de Malcolm X de Spike Lee, Beaucoup de bruit pour rien de Kenneth Branagh, Le Diable en robe bleue de Carl Franklin, The Great Debaters et Fences de lui-même, ainsi que The Tragedy of Macbeth de Joel Coen.

Gladiator II © 2024 Aidan Monaghan / Scott Free Productions / Red Wagon Films / Paramount Pictures France
Tous droits réservés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici