wildwins office 2016 key Office 2016 Product Key Office Professional Plus 2016 Key validkeyshop cheap-windows-10-product-key
Action Critiques de films — 10 octobre 2011
L’Ange des maudits

 affiche L'Ange des mauditsL’Ange des maudits

USA : 1952
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : Daniel Taradash
Acteurs : , ,
Distribution : Swashbuckler Films
Durée : 1h29
Genre : Western , Drame
Date de sortie : 3 avril 1953

Globale : [rating:3][five-star-rating]

Bien sur c’est un western, et un western des années 50 qui plus est, avec ses shérifs, ses chevaux, ses saloons et son ranch, un genre définitivement passé de mode aujourd’hui – malgré quelques tentatives – et qui me lasse moi-même profondément depuis longtemps. Bien sur c’est une histoire de haine, de vengeance et de meurtre telle que les affectionnait Fritz Lang.

Synopsis : Après le viol et le meurtre de sa fiancée par deux bandits, Vern Haskell décide de la venger. Il découvre que les assassins appartiennent à la bande dirigée par la fière Altar Keane. Pour arriver jusqu’à elle, il gagne la confiance de son amant…

L'Ange des maudits

Mais il faut dépasser le genre et s’attarder un peu sur le film. Ce western de Fritz Lang, passage quasi obligé à Hollywood mais qui n’a pas constitué le gros de son œuvre (elle n’en compte que 3 en 41 ans de carrière) nous plonge aussi dans l’âme d’Altar Keane, ancienne entraîneuse, couverte d’hommes, puis sur le déclin (2 flashbacks résument la situation : Altar, rayonnante en robe toute en ruban tenant le rênes d’un attelage blanc puis au saloon, les manches de son corsage trouées), Altar devenue la maîtresse de Frenchy Fairmont, un bandit de haut vol, qui la fait patronne d’un ranch et protectrice de voleurs et de meurtriers contre une part de leurs butins. Altar, «le boss», Altar dont ceux qui l’ont connu se souviennent toujours, Altar une chimère pour Vern qui la recherche depuis si longtemps. Mais elle laisse apparaître sa fragilité au jour de son anniversaire «chaque année qui passe pour une femme est une menace», qui laisse percevoir son regret de ne pouvoir recommencer sa vie auprès de Vern qu’elle a deviné honnête «je voudrais que vous partiez pour revenir il y a 10 ans» . Altar enfin qui finalement sacrifie sa vie par amour – ou pour retrouver cette honnêteté.

Altar Keane, c’est Marlène Dietrich dans un de ses bons films. Déjà dans la cinquantaine, elle reste la «femme fatale» mais ici incroyablement accessible, au bord de la rupture sous un visage de glace, encore plus impénétrable sous un Technicolor flamboyant, elle qui fut magnifiée par les subtils éclairages du noir et blanc. Marlène qui n’échappe pas à sa légende puisque Lang lui offre de quitter le jean et la chemise de cow boy pour revêtir lors d’une scène clef du film une fabuleuse robe verte et la parer de bijoux.

L'Ange des maudits

Résumé

Quelque part sous les conventions du western, Lang nous donne à voir une tragédie grecque, de mort et d’amour, accompagnée par le chœur de la lancinante ballade de «chuc -a- luck». On peut prendre le temps de revoir ce film ressorti au printemps en salle et diffusé en octobre sur TCM.
Image de prévisualisation YouTube

Articles semblables

Partage

Auteur

Eric

Cet article a été rédigé par Eric Becart, Rédacteur de Critique Film.