Castle Saison 6 Episode 5 – Time Will Tell

Écrit par les créateurs de la série themselves, est un petit bijou d’absurde, léger et rondement mené. Après quelques épisodes un peu plus graves, il tombait à pic.

Lorsque Simon Doyle, principal suspect d’un horrible meurtre, proclame venir de l’année 2035, Beckett et se retrouvent encore une fois des deux côtés de la barrière de raison avec le scepticisme de la détective d’une part et l’excitation puérile de l’écrivain de l’autre…

« It’s the power of love… » Il ne manquait guère que la bande son de Huey Lewis and The News pour compléter ce clin d’œil à la trilogie qui a révélé Michael J Fox, Retour Vers Le Futur. Time Will Tell se tourne vers l’avenir (lointain) et ça lui réussit plutôt bien! Les pépites foisonnent et embarquent le téléspectateur dans un voyage qui aurait pu être périlleux mais qui s’avère finalement maitrisé. Il faut dire que les scénaristes et , mari et femme à la ville et créateurs de la série, n’en sont pas à leur coup d’essai et sont à l’origine des meilleurs épisodes de la série (Cuffed, Always, The Lives of Others).

Castle-Beckett-Simon Doyle

Et Time Will Tell, sans être tout à fait du même acabit, n’a pas à rougir de ce qu’il propose. En matière de guest star tout d’abord avec la présence de (l’attachant mais terriblement maladroit dans ). L’acteur au débit impressionnant a décidément trouvé sa voie dans la comédie et propose une belle prestation en voyageur du futur. Pour la petite histoire, a dû particulièrement s’amuser sur cet épisode car Joshua Gomez et Sam Daly, qui joue Jack Hastings, sont des amis de l’acteur. La facétie de Castle étant ce qui a fait son succès, elle ne pouvait être absente d’un épisode tel que celui-ci, épitomé de la farce. Ainsi on notera la réaction de Beckett lorsque Simon Doyle (Gomez) révèle au couple qu’ils auront 3 enfants et celle de l’écrivain quand il le félicite d’avoir arrêté d’écrire des romans à suspens pour se consacrer, apparemment avec succès, à de la « vraie » littérature. Ah et en 2035 Beckett est également devenue sénateur ! On ignore si Marlowe et Miller ont voulu donner un aperçu de ce qu’ils avaient réellement en tête pour le couple infernal ou simplement s’amuser mais ce futur est extrêmement alléchant pour les deux héros.

Tout au long de l’épisode, on se demande comment la présence du personnage de Joshua Gomez sera justifié et, fidèles à la subtilité et l’intelligence qui les caractérisent, Marlowe et Miller choisissent de laisser planer le mystère.

Au-delà de son côté décalé, Time Will Tell se penche également sur le problème de Pi (Myko Olivier) ou plutôt celui d’Alexis qui clairement est la locomotive de la relation. La jeune femme est revenue de vacances avec son petit ami sous le bras et a imposé sa présence à sa famille. Elle va même plus loin et décide d’emménager avec le jeune homme. Tout Castle qu’il est, l’écrivain n’a jamais failli à son rôle de père et, après s’être retenu pendant plusieurs épisodes, il éclate et dit tout haut ce que les téléspectateurs pensent tout bas « Est-ce que leur histoire ne va pas un peu vite ?  » Alexis est une jeune adulte posée aux antipodes de cette grande adolescente irréfléchie qui prend des décisions hâtives. Aussi on se demande si Beckett n’a pas raison, si ce comportement inhabituel n’est pas une simple réaction à la nouvelle vie de son père ? Quoiqu’il en soit Castle et Alexis sont tous les deux en souffrance, comme le montre clairement la touchante scène de fin, et il est évident que le problème va revenir tôt ou tard sur le tapis.

Peut-être lors du prochain épisode, , qui s’annonce encore très bon :

[youtube]http://youtu.be/BCw0CvWdw0g[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Marina

Cet article a été rédigé par Marina Leggiero, Responsable séries de Critique Film.