DVD — 08 avril 2019
Test DVD : Yomeddine


: 2018
Titre original : –
Réalisation : A.B. Shawky
Scénario : A.B. Shawky
Interprètes : , ,
Éditeur :
Durée : 1h33
Genre : Drame, aventure, comédie
Date de sortie cinéma : 21 novembre 2018
Date de sortie DVD : 9 avril 2019

Synopsis : Beshay, lépreux aujourd’hui guéri, n’avait jamais quitté depuis l’enfance sa léproserie, dans le désert égyptien. Après la disparition de son épouse, il décide pour la première fois de partir à la recherche de ses racines, ses pauvres possessions entassées sur une charrette tirée par son âne.
Vite rejoint par un orphelin nubien qu’il a pris sous son aile, il va traverser l’Egypte et affronter ainsi le Monde avec ses maux et ses instants de grâce dans la quête d’une famille, d’un foyer, d’un peu d’humanité…

Le film

[4/5]

On ne peut que se réjouir qu’un film comme Yomeddine ait trouvé sa place dans la sélection officielle du Festival de Cannes 2018. Pensez donc, un premier film d’un réalisateur austro-égyptien ayant comme personnages principaux un ancien lépreux portant encore les stigmates de sa maladie et un gamin de 10 ans, un film ne durant qu’à peine plus de 90 minutes, une exception dans la constellation cannoise. Même s’il est reparti bredouille, sa présence à Cannes a permis à ce film attachant et généreux de marquer profondément le public  et, depuis, Yomeddine a reçu de nombreuses récompenses dans les festivals où il a été présenté. Peut-être est-ce le moment de lire ici  la critique parue sur le site lors de la sortie du film en salles.

Le DVD

[4/5]

Beau travail que celui réalisé par Le Pacte pour le transfert en DVD de Yomeddine, avec un très bon piqué et des lumières et des couleurs excellemment rendues. Dans un tel film, une version française serait apparue comme particulièrement artificielle : elle n’existe pas, le film étant donc présenté en arabe sous-titré en français ! Le son est disponible en 2.0 et en 5.1.

Un seul supplément sur ce DVD, mais intéressant et quasiment exhaustif : un entretien de 15 minutes avec Abu Bakr Shawky. Le jeune réalisateur (34 ans) y fait le tour de toutes les questions qu’on peut se poser à la vision du film : son propre parcours, le temps passé à l’écriture du scénario, les difficultés rencontrées tout au long du processus de réalisation, le choix des comédiens, la façon de travailler avec Rady Gamal et Ahmed Abdelhafiz, les deux principaux interprètes, des comédiens ne sachant ni lire ni écrire et dont c’était les premiers pas devant une caméra, l’importance de la musique.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Jean-Jacques

Cet article a été rédigé par Jean-Jacques Corrio, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles