DVD — 19 décembre 2017
Test DVD : Sans pitié

 
Corée du Sud : 2017
Titre original :
Réalisation :
Scénario : Byun Sung-hyun,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h56
Genre : Thriller
Date de sortie cinéma : 28 juin 2017
Date de sortie DVD/BR : 7 novembre 2017

 

 

Jae-ho, qui se rêve chef de gang, fait la loi en prison auprès des autres détenus. Mais son autorité est remise en cause à l’arrivée de Hyun-su, un nouveau venu…

 

 

Le film

[3/5]

« Le mélange, parfois hétéroclite, parfois percutant, est le maître-mot de Sans pitié, le troisième long-métrage du jeune réalisateur Byun Sung-hyun. S’y croisent et s’entrechoquent des références allant de Johnnie To jusqu’à Quentin Tarantino, indubitablement le pape stylistique de cette génération émergente de cinéastes. Les codes du film de gangster y trouvent alors une nouvelle jeunesse, certes, mais au prix d’un mécanisme de la manipulation dont les rouages se voient un peu trop souvent. De par sa structure dramatique profondément morcelée, avec un va-et-vient constant sur l’axe temporel à la fois propice à la perte des repères et à l’orchestration savante d’un suspense redoutable, le récit s’emploie simultanément à nous en mettre plein les yeux et les méninges, à force d’obliger le spectateur à rassembler différemment les pièces du puzzle, et à courir le risque réel de n’être qu’un simple exercice de style. L’exploit formel de la mise en scène, d’agencer sans le moindre temps mort l’intrigue de haut vol, a un peu trop tendance à attirer l’attention à lui, plutôt que de laisser se développer d’une façon tant soit peu organique la tension inhérente à l’univers carcéral dans un premier temps, puis à celui des grandes manœuvres clandestines pour déplacer la drogue à l’international et duper la police par la même occasion.

Au sein de cette agitation permanente, véhiculée efficacement par le montage et la photographie de toute beauté, la relation ambiguë entre les deux personnages principaux mérite amplement qu’on s’y attarde un peu. A première vue, Han Jae-ho, le vieux renard du crime organisé, entretient un lien quasiment paternel avec Jo Hyun-su, la petite frappe irrévérencieuse qui paraît plus tenir à sa mère souffrante qu’au respect de quelque règle de conduite que ce soit. Il est régulièrement question de confiance entre ces deux hommes aux rapports de complémentarité troubles, sauf que le but principal du scénario consiste justement à saboter à tout prix le moindre rapprochement sincère. Grâce à l’interprétation subtile de Sul Kyung-gu dans le rôle de la figure paternelle malgré elle, consciente des risques qu’elle prend en acceptant son jeune ami comme son bras droit, et de Yim Si-wan dans celui de l’idéaliste maintes fois déçu, qui sera pourtant le dernier à tirer son épingle du jeu, bien entendu sans valeur de rédemption aucune, l’équilibre plus que précaire entre ces deux stratèges suprêmes finit par devenir plus fascinante que la révélation au compte-gouttes des informations sur leurs véritables motivations. Le véritable enjeu dramatique, voire tragique, du film se situe par conséquent dans la symbiose hors d’atteinte entre ces deux individualistes bornés, qui auraient pu former un duo de choc, si seulement ils avaient pu s’affranchir de leur vocation indélébile de pion sur l’échiquier d’une violence aveugle.

Et une petite pépite supplémentaire dans la sélection d’ores et déjà assez large du cinéma sud-coréen qui arrive jusque sur les écrans de cinéma français ! Sans pitié a beau n’innover que du côté des rapports de force complexes qui laissent les deux protagonistes se tourner autour tels des fauves, il n’en demeure pas moins un film de genre en voie vers la virtuosité, s’il savait un peu mieux dissimuler les ficelles de la manipulation habile à laquelle il nous soumet en permanence. »

Extrait de la critique de notre chroniqueur Tobias Dunschen. Retrouvez-en l’intégralité en cliquant sur ce lien.

 

 

Le DVD

[4/5]

C’est ARP Sélection qui propose aujourd’hui le film sur galette DVD, et l’éditeur a, comme à son habitude, plutôt soigné sa copie. Côté image, la définition est d’une belle précision, les couleurs affichent une belle pêche et le piqué s’avère tout à fait satisfaisant, malgré quelques légères baisses de régime, principalement dans la gestion des noirs, et de toutes façons liées à un encodage sur support DVD – globalement, l’éditeur, rodé au DVD depuis de nombreuses années, compose plutôt bien avec les avantages et les inconvénients de la définition standard. Niveau son, la VO (et uniquement la VO) est proposée dans un mixage Dolby Digital 5.1, à la spatialisation globalement discrète, mais sachant se révéler très efficace dans les séquences d’action : le dynamisme est très présent et permet une immersion totale au cœur du film.

Dans la section suppléments, on trouvera, outre la traditionnelle bande-annonce, une featurette d’un peu moins que quatre minutes qui fera office de très court making of.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles