Test DVD : Parents d’élèves

0
553

Parents d’élèves

France : 2020
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : , ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h25
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 7 octobre 2020
Date de sortie DVD : 10 février 2021

Vincent, trentenaire sans enfant, infiltre une tribu aux codes et au langage mystérieux : les parents d’élèves. Se retrouver aux réunions parents-prof, aux sorties d’école et à la kermesse de fin d’année relève d’un sacré exploit ! Mais voilà, Vincent a une très bonne raison d’être là et finit même par se sentir bien dans cette communauté un peu spéciale…

Le film

[4/5]

Sorti en France le 7 octobre 2020, Parents d’élèves, le dernier film réalisé par , a malheureusement été victime de la fermeture des salles de cinéma, et de la désertion de ces dernières par le public. En l’espace de trois semaines d’exploitation, le film n’aura finalement réuni 277.000 spectateurs dans l’hexagone. On espère que cette comédie pleine de charme et de fraicheur parviendra finalement à trouver son public en vidéo.

L’œuvre de , que cela soit en tant que réalisatrice (Telle mère, telle fille) ou scénariste (Daddy cool), semble souvent centrée sur des personnages, masculins ou féminins, refusant de « grandir ». Ses comédies – qui s’imposent comme autant de « feel good movies » – mettent en effet souvent en scène d’éternels adolescents coincés à la porte de l’âge adulte, et ne désirant pas rentrer dans le moule de la société, impliquant trop de sérieux et de responsabilités.

Cette thématique, typique de la génération Y, est vraiment dans l’air du temps de notre époque. Depuis quelques années en effet, on ne compte plus les films et séries mettant en scène des trentenaires n’ayant pas réussi à trouver leur place dans le monde et semblant refuser le rôle que la société voudrait leur faire endosser. Si l’on couple ces préoccupations au thème de la famille au sens large (relation parents / enfants, belle-famille, famille recomposée), on aurait même tendance jusqu’à dire que l’on tient le schéma narratif-type de 80% des comédies produites actuellement en France.

Tellement proches, Mon poussin, Ma reum, Premières vacances, Papa ou Maman, Joyeuse retraite, Beaux-parents, L’esprit de famille, Retour chez ma mère, Maman, Ma famille t’adore déjà, 10 jours sans maman, C’est quoi cette famille, Papi Sitter, Belle-fille, Chacun chez soi, Andy, 16 ans ou presque… On en passe et des meilleures ! Les exemples sont aussi nombreux qu’inégaux dans leur impact sur nos mémoires et nos zygomatiques.

Ne vous attendez donc pas à une quelconque révolution avec Parents d’élèves, le dernier film de . Ce n’est d’ailleurs probablement pas là le but de la réalisatrice, qui désire à priori juste proposer au public de passer un bon moment en compagnie des personnages de son film. Le récit suit une mécanique bien huilée, centrant son attention sur le personnage maladroit et cynique incarné par , et déroule les gags et les punchlines sur un rythme soutenu, ne permettant jamais au spectateur de s’ennuyer.

Bref, on rit beaucoup et c’est tout ce que l’on demandait à Parents d’élèves, qui s’impose dès lors comme une parfaite réussite dans son créneau. Soucieuse de proposer au public un impact comique fort, a su veiller à la tenue du jeu de ses acteurs, et à leur timing comique. Venu de la scène, s’était fait connaître par le biais de ses chroniques dans une célèbre émission de TV bobo-parisienne. Au cinéma, on l’avait repéré il y a quelques mois à peine dans l’énormissime comédie Terrible jungle, écrite et réalisée par Hugo Benamozig et David Caviglioli. Passée presque totalement inaperçue à cause de la crise sanitaire du Covid et d’une sortie en DVD trop discrète sous les couleurs d’Apollo Films, cette comédie non-sensique s’imposait pourtant comme de la graine de film culte, en plus de permettre à de faire exploser à son plein potentiel son immense nature comique.

Dans Parents d’élèves, Dedienne est à nouveau littéralement parfait, et porte à lui seul une grande partie de la réussite du film. A ses côtés, on note bien sûr la présence de plusieurs seconds-rôles amusants, d’ à en passant par Emmanuelle Bourgerol. Dans le rôle de l’institutrice / objet de l’affection du personnage principal, on salue vraiment bien bas la prestation de , l’actrice et chanteuse préférée des rageux sur les réseaux sociaux. D’un naturel époustouflant, elle donne vraiment corps à son personnage de la manière la plus sincère qui soit, sans calcul ni contrôle sur son image. Elle prouve ainsi à ceux qui en douteraient qu’elle n’avait vraiment pas volé le César du meilleur espoir féminin lui ayant été décerné en 2018.

Le DVD

[4/5]

C’est sous les couleurs de que l’on aura le plaisir de voir et revoir Parents d’élèves au format DVD. Comme à son habitude, l’éditeur nous propose un master de toute beauté, composant de façon habile avec les limites d’un encodage en définition standard. Les couleurs sont lumineuses, les contrastes, la définition est irréprochable et le piqué étonnamment précis, malgré quelques baisses de régime dans les scènes les plus sombres. Coté enceintes, la version française est encodée en Dolby Digital 5.1, dans un mixage privilégiant les ambiances discrètes plutôt que la spatialisation à tout crin. Mais TF1 n’oublie pas non plus les cinéphiles qui visionnent leurs films à domicile sans utiliser de Home Cinema : en plus de la piste multicanal, l’éditeur nous propose un mixage Dolby Digital 2.0 du film, plus cohérent si vous visionnez Parents d’élèves sur un « simple » téléviseur. On notera également la présence d’une piste en audio-description destinée aux personnes mal-voyantes.

Dans la section suppléments, nous propose de nous plonger dans une featurette alternant les images volées sur le tournage et les entretiens avec , , et (10 minutes). Ces derniers y reviendront entre autres avec plaisir sur certains aspects de la fabrication du film, ainsi que sur le fait de tourner avec des enfants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici