DVD — 12 mars 2017
Test DVD : Le teckel

 
États-Unis : 2016
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : Todd Solondz
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h24
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 19 octobre 2016
Date de sortie DVD : 7 mars 2017

 

 

Le portrait d’un teckel et de tous ceux auxquels il apporte un bref instant de bonheur au cours de son voyage…

 

 

Le film

[3,5/5]

Cinéaste majeur de la fin des années 90, dont le regard noir et cynique a livré quelques monuments de cinéma indépendant américain glauque et volontiers un peu dégueu, développant un humour vraiment très spécial (on se souvient des sanglots père/fils à la fin de Happiness, quand le fils demande pourquoi son père refuse de le violer alors qu’il a violé deux autres jeunes garçons), Todd Solondz n’avait pas livré de nouveau film depuis Dark horse en 2011.

Reprenant le même style narratif que ses films précédents, proche du film à sketches (le fil rouge étant assuré ici par un chien passant de propriétaire en propriétaire), Le teckel se suit donc en quatre étapes cruelles, allant de l’enfance à la vieillesse, qui permettent au cinéaste d’aborder quelques-uns de ses sujets de prédilection, tels que l’égoïsme, l’individualisme forcené et le repli sur soi qui gangrènent littéralement la société américaine. Hypocrisie et mensonge se dégagent donc de cette suite de saynètes souvent troubles et dérangeantes, étrangement contemplatives, dégageant comme toujours un humour très noir, mais aussi par moments une certaine tendresse, qui semble quant à elle dénuée de tout cynisme.

S’il ne s’impose certes pas comme le meilleur film de la carrière de Todd Solondz, Le teckel s’impose en revanche comme la preuve que le style Solondz n’est pas mort, et peut même encore nous réserver, presque vingt ans après Happiness, quelques beaux moments de cinéma. A réserver cela dit aux amateurs d’un cinéaste décidément hors normes…

 

 

Le DVD

[4/5]

C’est ARP Sélection qui nous permet aujourd’hui de découvrir Le teckel en DVD, l’exploitation du film dans les salles françaises ayant été limitée à seulement 53 salles quand, la même semaine, Brice 3 et Les trolls en trustaient chacun plus de 600. La galette proposée par l’éditeur nous offre le film au format respecté ; le master du film est en bonne forme, les couleurs sont éclatantes, la définition et le piqué sont irréprochables, et rendent justice à la jolie photo du film signée Edward Lachman. Côté son, le film est mixé en version originale et Dolby Digital 5.1 et le tout se révèle d’un dynamisme certain et d’une très belle clarté.

Du côté des suppléments, on trouvera uniquement la traditionnelle bande-annonce.
 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles