Test DVD : Chappie

2
266


États-Unis, Mexique, Afrique du Sud : 2015
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h55
Genre : Science-fiction, Comédie
Date de sortie cinéma : 4 mars 2015
Date de sortie DVD/BR : 20 juillet 2015

 

 

Dans un futur proche, la population, opprimée par une police entièrement robotisée, commence à se rebeller. , l’un de ces droïdes policiers, est kidnappé. Reprogrammé, il devient le premier robot capable de penser et ressentir par lui-même. Mais des forces puissantes, destructrices, considèrent comme un danger pour l’humanité et l’ordre établi. Elles vont tout faire pour maintenir le statu quo et s’assurer qu’il soit le premier, et le dernier, de son espèce…

 

 

Le film

[3,5/5]

Réalisé à l’économie, avec une hargne et une volonté de réalisme proprement sidérantes, le premier film de District 9 résonne encore aujourd’hui comme un véritable coup de maitre, un chef d’œuvre dont, on en est sûr, on finira par retrouver l’essence dans un des futurs films de Blomkamp, qui semble pour l’instant avoir un peu de mal à intégrer sa riche personnalité au « moule » Hollywoodien, ou à remodeler ce moule autour de son univers, comme ont su le faire d’autres cinéastes visionnaires avant lui (on pense forcément à Paul Verhoeven, même si le système Hollywoodien a fini par avoir raison de sa volonté).

Si bancal et inégal soit-il, nous délivre d’encourageants éléments tendant à laisser penser que le cinéma de va retrouver prochainement un équilibre entre la maestria visuelle et narrative. Si le réalisateur s’était trop concentré sur le scénario d’ au point d’en négliger un peu la forme (les moments de bravoure attendus s’effondraient comme un soufflé), la tendance est à l’inverse sur  : les scènes d’action sont formidables, le film est une tuerie visuelle de tous les instants, mais la narration pêche un peu, le scénario se révélant un peu trop elliptique pour réellement convaincre à 100%.

L’idée forte de est de mélanger un réalisme cru à une histoire tenant pour beaucoup du conte fantastique, naïf et destiné à toute la famille : impossible par exemple pour les spectateurs ayant grandi dans les années 80 de ne pas penser au diptyque Short circuit / Appelez-moi Johnny 5. Le film de est assurément plus ambitieux que le film de John Badham et sa suite, mais faute de ne pouvoir étaler son intrigue sur une durée suffisante, le script présente quelques lacunes ou autres raccourcis narratifs qu’il peut être difficile de négliger en tant que spectateur.

Néanmoins, on serait mal avisés de faire la fine bouche, tant le nouveau film de Blomkamp nous propose une plongée fraiche et inédite dans un univers de science-fiction original, à cent lieues du tout venant de la production du genre. En l’état, n’est certes pas le chef d’œuvre que l’on était en droit d’attendre vu les antécédents du réal, mais il reste un foutu bon film de SF.

 

 

Le DVD

[4/5]

Le DVD édité par est d’une solidité à toute épreuve, montrant à celles et ceux qui pourraient encore avoir des doutes à ce sujet la maîtrise totale du support et de ses limites par l’éditeur : l’image est donc sans aucune fausse note et compose adroitement avec les limites du support définition standard : couleurs, définition, piqué, tout est parfait. Côté son, VF et VO sont proposées en Dolby Digital 5.1, claires, nettes, dynamiques et sans bavures, imposant d’elles-mêmes une véritable ampleur sur les séquences d’action. On préférera néanmoins la version originale à celle doublée en français, principalement pour des raisons artistiques, voir le film en VO permettant de saisir à sa juste valeur la prestation vocale impressionnante de dans le rôle du bébé robot.

Niveau suppléments, si le Blu-ray du film également édité par (on espère pouvoir vous en proposer un test prochainement !) nous propose énormément de bonus, le seul rescapé sur la version DVD de est un module d’entretiens avec les acteurs, intitulé « Nous sommes Tetravaal ». L’occasion pour le spectateur d’écouter les propos de , et , les trois personnages du fil travaillant pour l’entreprise fictive Tetravaal. Les bandes-annonces de The intruders et ferment la section.

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici