Test Blu-ray : Pokémon – Détective Pikachu

0
155

 
États-Unis, Japon, Royaume-Uni, Canada : 2019
Titre original : Pokémon Detective Pikachu
Réalisation :
Scénario : , , Rob Letterman, ,
Acteurs : , ,
Éditeur : .
Durée : 1h44
Genre : Fantastique
Date de sortie cinéma : 8 mai 2019
Date de sortie DVD/BR : 11 septembre 2019

 

Après la disparition mystérieuse de Harry Goodman, un détective privé, son fils Tim va tenter de découvrir ce qui s’est passé. Le détective Pikachu, ancien partenaire de Harry, participe alors à l’enquête : un super-détective adorable à la sagacité hilarante, qui en laisse plus d’un perplexe, dont lui-même. Constatant qu’ils sont particulièrement bien assortis, Tim et Pikachu unissent leurs forces dans une aventure palpitante pour résoudre cet insondable mystère. À la recherche d’indices dans les rues peuplées de néons de la ville de Ryme – métropole moderne et tentaculaire où humains et Pokémon vivent côte à côte -, ils rencontrent plusieurs personnages Pokémon et découvrent alors un complot choquant qui pourrait bien détruire cette coexistence pacifique et menacer l’ensemble de leur univers…

 


 

Le film

[3/5]

Profitant d’une brèche dans l’espace-temps, et d’un moment où les réseaux se déchaînaient tellement sur la bande-annonce de Sonic the hedgehog1 que les trolls et autres aigris du Net n’avaient plus ni le temps ni l’énergie de s’en prendre à un autre film, Pokémon : Détective Pikachu a, d’une façon assez surprenante, bénéficié au moment de sa sortie dans les salles d’échos relativement bons, que cela soit dans la presse ou de la part du public : affichant sur l’agrégateur de critiques Rotten Tomatoes un score de 68% du côté des critiques et de 80% côté public, le film de Rob Letterman a par ailleurs, avec 423 millions de dollars de recettes avant même l’exploitation du film en vidéo, remporté un immense succès dans les salles à travers le monde. En France, ce sont presque 1,7 millions de spectateurs qui s’y seront rués afin, on le suppose, d’attraper tous les pokémon.

Bon, en l’occurrence, c’est surtout le sympathique – et bavard – Pikachu que l’on suivra au cœur du film de Letterman, mais là-dessus, le titre nous avait prévenu. Les autres monstres seront surtout des éléments de décor, destinés à faire réagir les nostalgiques au détour d’un plan ou d’un autre (« Ah ! Bulbizarre, mon préféré », etc). L’imagerie générale est indéniablement soignée, de même que les effets spéciaux, qui donnent réellement vie à cet univers coloré, univers qui vous sera en revanche totalement étranger si vous avez plus de 35 ans. Restent donc le défilé de monstres rigolos, un production design visuellement assez épatant, et une poignée de séquences enlevées, délivrant par moments de très jolies idées de mise en scène (on se prend même, lors d’une séquence assez spectaculaire, à penser à Inception).

Pour le reste, la trame de Pokémon : Détective Pikachu suit un déroulement extrêmement balisé, si proche de nombreux films à destination de la famille – et plus particulièrement des enfants de 7 à 10 ans – que l’on se doutera, par exemple, de la véritable nature du personnage de ainsi que de la raison pour laquelle le jeune Tim (Justice Smith) est le seul à entendre Pikachu s’exprimer dès leur toute première apparition dans le film. Néanmoins, l’ensemble est formellement si carré et impeccablement mis en images que l’on ne peut que saluer les producteurs Warner, Legendary Entertainment et The Pokemon Company pour avoir réussi à négocier en douceur cette première incursion des monstres de poche dans le cinéma en prises de vue réelles. On attend maintenant de voir la direction que prendront les prochains films « live » des Pokémon…

 

1 forçant même la production du film à revoir instamment sa copie !

 


 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Côté Blu-ray, il n’y a aucun doute, l’éditeur Warner bros. connaît le support Haute-Définition sur le bout des doigts et maîtrise l’encodage de façon vraiment remarquable. Qu’il s’agisse de la définition, du piqué, des couleurs ou de la gestion des contrastes et la tenue des noirs, tous les écueils auxquels on pourrait s’attendre sont brillamment et soigneusement évités. Niveau image, ce Blu-ray de Pokémon : Détective Pikachu nous propose véritablement un sans faute, et il faut de plus reconnaître que techniquement, le boulot de l’éditeur rend vraiment hommage à la photo du film signée John Mathieson (Gladiator, X-Men : Le commencement, Logan..). Côté enceintes, à la fois la VF et la VO sont mixées en Dolby Atmos, et imposent toutes deux un dynamisme et une ampleur rarement atteintes : le spectateur sera littéralement transporté au cœur du film de façon très immersive et vraiment spectaculaire. Comme c’était déjà le cas sur une poignée de blockbusters sortis en France sur support Blu-ray ces dernières années, la branche française de Warner a décidé de privilégier les cinéphiles amateurs de VF, puisqu’en l’absence de matériel adéquat, les pistes Dolby Atmos seront décodées en Dolby TrueHD pour la VF et en Dolby Digital + pour la VO. Autrement dit, c’est à nouveau la version française qui bénéficie du plus « gros » son, même si bien sûr en termes de rendu acoustique, la VO est également époustouflante, avec des effets multicanaux constants, puissants, et spatialisés avec une finesse incroyable.

Dans la section suppléments, on commencera avec le très sympathique « Mode détective », fonctionnalité « Picture in Picture » avec une introduction du réalisateur Rob Letterman, qui nous proposera en pop-ups de nombreux petits secrets de tournage ou des anecdotes concernant les Pokémon. C’est complet, didactique et amusant : un véritable plaisir qui prolongera le plaisir pris en famille devant le film. On poursuivra ensuite avec un entretien avec Justice Smith qui évoquera sa passion contractuelle pour l’univers des Pokémon, nous proposant par exemple de découvrir ses cartes Pokémon datant de 1997, qui ont la particularité d’être flambant neuves. On poursuivra ensuite avec un making of divisé en cinq parties (22 minutes au total) qui reviendra sur différents aspects de la production, notamment bien-sûr sur la création de la ville de Ryme City et des différents Pokémon. Les featurettes contiennent de courtes interventions de Ryan Reynolds, Rob Letterman, Justice Smith, Kathryn Newton, etc. On découvrira ensuite une séquence d’ouverture alternative, mettant en scène Tim dans le cadre de son travail, puis un commentaire audio de Mr Mime sur la scène le mettant en scène dans le film (on vous laisse découvrir cela). Et on vous a gardé le meilleur pour la fin : outre le clip vidéo de « Carry On » par Rita Ora et Kygo, on trouvera un sujet vraiment hilarant consacré à la préparation de Ryan Reynolds afin d’incarner Pikachu : une méthode intense proche de l’Actors Studio ; on notera également la participation de Blake Lively à ce sujet qui s’avère le plus original et le plus désopilant de toute cette interactivité.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici