DVD — 10 avril 2019
Test Blu-ray : New-York, 2 heures du matin

New-York, 2 heures du matin


États-Unis : 1984
Titre original : Fear City
Réalisation :
Scénario :
Interprètes : , ,
Éditeur : ESC Éditions
Durée : 1h34
Genre : Thriller, Drame
Date de sortie cinéma : 18 juillet 1984
Date de sortie BR/DVD : 9 avril 2019

 

Matt Rossi, un ancien boxeur, et son acolyte Nicky Parzeno règnent en maîtres sur les milieux louches de New York. Leur spécialité : le strip-tease. Ils s’occupent de jolies filles qu’ils envoient dans diverses boîtes de nuit pour des danses topless. Nicky vit avec Ruby, Matt aime Loretta. Mais celle-ci a également une liaison avec Leila. Le comportement de Loretta perturbe Matt, qui est un homme fragile et secret. Son trouble est encore accentué par l’attaque que subissent deux de ses filles, visées par un spécialiste des arts martiaux. A travers les filles, celui-ci cherche à s’en prendre aux souteneurs…
 

 

Le film

[3.5/5]

Ancien boxeur, Matt Rossi vit avec la culpabilité d’avoir tué un adversaire  au cours d’un combat. Il s’est reconverti comme cogérant d’une agence spécialisée dans la « fourniture » de jolies filles à des clubs de strip-tease du quartier de Times Square. Sa relation amoureuse avec Loretta, la plus jolie de ces jolies filles, subit des hauts et des bas du fait de la bisexualité de Loretta et de son addiction à la drogue, mais, sinon, les affaires allaient plutôt bien. Jusqu’au jour où un adepte des arts martiaux se met en tête de purifier la ville en s’attaquant aux strip-teaseuses de son agence avec un cutter. Après avoir cru à une attaque en règle de la part d’une agence concurrente, Matt et son associé Nicky doivent se rendre à l’évidence : c’est avant tout à eux et à tous celles et ceux qui baignent dans le milieu équivoque des nuits new-yorkaises que cet « ange exterminateur » est en train de s’attaquer, parallèlement à l’écriture d’un livre ayant pour titre « Fear city », La cité de la peur.

 

 

Voir New-York, 2 heures du matin 35 ans après sa sortie représente une excellente surprise car, contrairement à beaucoup d’autres films de cette époque, il n’a pas vraiment vieilli. Certes, dans ce film qui est à la fois un thriller et un film d’amour, souvent très violent et rempli de jeunes femmes très peu vêtues, le New-York d’aujourd’hui est très différent de celui de 1984, mais on se croirait vraiment dans un film récent que ce soit dans sa forme en général, dans sa mise en scène ou dans le jeu des acteurs. Peut-être, après tout, la réception très mitigée de ce film par la critique et le public américains lors  de sa sortie est-elle due au fait qu’il était en avance sur son temps ! La réalisation du film n’a pourtant pas été très facile à vivre pour Abel Ferrara : après qu’il ait rencontré un certain succès avec L’ange de la vengeance, son deuxième long métrage officiel, Ferrara commençait à intéresser Hollywood et, pour la première fois, son scénariste et ami Nicholas St. John et lui-même se retrouvaient, certes, avec de gros moyens  mais aussi face à un producteur, , qui, en permanence, cherchait à leur imposer ses vues. Au point de devoir tourner de nombreuses scènes en double exemplaire, un pour le cinéma, un pour la télévision. Au point de se voir imposer une fin que le duo scénariste/réalisateur n’avait pas choisi.

Cela n’empêche pas de retrouver dans New-York, 2 heures du matin les thèmes habituels du cinéma de Ferrara, la culpabilité, la rédemption, New-York, sa vie nocturne, la mafia. Coup de chance ou coup de génie, deux des acteurs principaux de New-York, 2 heures du matin, pratiquement inconnus au moment où ils tournaient ce film, ont, peu après, atteint une grande notoriété : Tom Berenger, l’interprète de Matt, grâce à Platoon, Melanie Griffith, l’interprète de Loretta, grâce à Body double. A noter que, concernant Tom Berenger, on peut imaginer qu’au moment du tournage il venait de visionner toute la filmographie de Marlon Brando ! On trouve aussi dans la distribution des comédiens et comédiennes déjà réputé.e.s comme Rae Dawn Chong qui avait joué le rôle de Ika dans La guerre du feu et qui interprète ici le rôle de Leila, la jeune femme dont Loretta est amoureuse, ou comme Billy Dee Williams, l’interprète de Al Wheeler, le flic chargé de l’affaire du tueur de strip-teaseuses.

 

 

Le Combo Blu-ray + DVD

[4.5/5]

C’est sous la forme d’un Combo réunissant un Blu-ray, un DVD et un livret  de 16 pages comprenant de nombreuses photos du film et un texte du critique de cinéma Marc Toullec que ESC Éditions nous propose New-York, 2 heures du matin. Le transfert sur Blu-ray du 35 mm d’origine ne présente pas de défaut particulier, les couleurs et les lumières des scènes dans la boîte de strip-tease étant aussi bien rendues que le côté poisseux de celles se déroulant de nuit dans des rues ou des ruelles de New-York. Le son est disponible en DTS-HD Master Audio 2.0 mono tant pour la VF que pour la VO sous-titrée.

Mis à part le livret de 16 pages, on trouve 2 suppléments sur le DVD et 3 sur le Blu-ray. En effet, ce dernier support, contrairement au premier, à permis d’accueillir une version différente du film, présentée comme non censurée. En fait, il n’y a que 2 minutes de différence entre les 2 versions et il fallait vraiment le puritanisme sélectif des américains pour censurer les 2 scènes de baisers appuyés entre deux femmes qu’on y voit ! Quant aux suppléments communs aux 2 supports, il s’agit de 2 entretiens, l’un de 11 minutes avec , auteur du livre « Abel Ferrara : The moral version », l’autre de 36 minutes avec , actuel Directeur du cinéma sur Arte. Autant de mines d’information sur Abel Ferrara et sur New-York, 2 heures du matin.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Jean-Jacques

Cet article a été rédigé par Jean-Jacques Corrio, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles