Test Blu-ray : Miss Daisy et son chauffeur

0
1914

Miss Daisy et son chauffeur

 
États-Unis : 1989
Titre original : Driving Miss Daisy
Réalisateur : Bruce Beresford
Scénario : Alfred Uhry
Acteurs : Morgan Freeman, Jessica Tandy, Dan Aykroyd
Éditeur : Pathé
Durée : 1h39
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 13 juin 1990
Date de sortie DVD/BR : 7 novembre 2018

 

 

L’amitié d’abord houleuse d’une vieille dame issue de la bourgeoisie juive d’Atlanta et de son chauffeur, Hoke. D’abord catégoriquement boudé car Daisy préfère conduire elle-même sa magnifique Packard, Hoke saura la séduire et ils vont pendant vingt-cinq ans entretenir une amitié sans nuages…

 

 

Le film

[3,5/5]

Adapté d’une pièce de théâtre d’Alfred Uhry ayant obtenu le prestigieux Prix Pulitzer en 1987, Miss Daisy et son chauffeur a également remporté une pluie de récompenses en 1990 : quatre Oscars dont ceux du meilleur film et de la meilleure actrice, trois Golden Globes, un Bafta, un Ours d’Argent à Berlin… Entre autres que l’on n’aurait pas la place de tous citer ici. Il faut dire aussi que l’attachant film de Bruce Beresford était, de par sa thématique et par les bons sentiments qu’il développe, le parfait aimant à récompenses à travers le monde.

Le film nous narre donc le rapprochement inattendu entre une vieille dame juive acariâtre un peu raciste sur les bords et son chauffeur noir : Miss Daisy et son chauffeur est donc une dénonciation tout en douceur des tensions raciales qui régnaient dans le Sud des États-Unis à la fin des années 40. On est loin de l’engagement politique d’un Spike Lee, mais le sujet est traité par le biais de l’émotion, de façon à faire évoluer les mentalités par la description d’un amitié sincère qui dura plus de vingt-cinq ans, puisque le récit imaginé par Alfred Uhry était inspiré d’une histoire vraie.

Il n’est point question ici d’évoquer les problèmes de racisme avec la hargne des Black Panthers ou de Malcolm X : dans Miss Daisy et son chauffeur, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, comme le disait Jean Yanne non sans une certaine ironie, mais le bon sens et la philosophie déployée par le personnage de Morgan Freeman auront finalement raison de tous les préjugés de celui incarné par Jessica Tandy, formidable dans la peau de Miss Daisy.

Et au final, que l’on trouve le film trop lent, trop sirupeux ou trop gentillet pour être vraiment convaincant n’aura finalement que peu d’importance : à la façon d’autres films « à Oscars » de la même époque (on pense par exemple au Cercle des poètes disparus), Miss Daisy et son chauffeur s’avère finalement assez imparable en termes d’intensité et d’interprétation, et on mettra de côté toutes nos réserves pour nous laisser submerger par la vague d’émotions que le film suscite encore dans sa dernière bobine, même presque trente ans après sa réalisation. On notera également que le film de Bruce Beresford a marqué d’une empreinte durable la culture populaire, et qu’on retrouvera des références à Miss Daisy et son chauffeur jusqu’au cœur d’autres long-métrages lui étant pourtant diamétralement opposés : on se souvient par exemple des punchlines de Martin Lawrence dans le Bad Boys de Michael Bay, traitant Will Smith de « chauffeur de Miss Daisy » quand ce dernier ne roulait pas assez vite…

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Le 7 novembre 2018, trois nouveaux films ont intégré la prestigieuse collection de digipacks cartonnés des « versions restaurées par Pathé », que le cinéphile pourra ranger aux côtés des Enfants du Paradis de Marcel Carné, de Paradis perdu d’Abel Gance ou encore de Showgirls de Paul Verhoeven : il s’agit de Nous les gosses (Louis Daquin, 1941), Au grand balcon (Henri Decoin, 1949) et bien sûr de Miss Daisy et son chauffeur qui nous intéresse aujourd’hui.

Comme d’habitude avec les films édités par Pathé au sein de cette collection, le film de Bruce Beresford a bénéficié d’une restauration maniaque (en 4K), et affiche aujourd’hui une image extraordinaire malgré les années. L’image est d’une belle stabilité, le grain d’origine est scrupuleusement respecté, le piqué est d’une étonnante précision, les couleurs superbes et éclatantes, rendant justice à la photo du film, signée Peter James. Une réussite totale. Côté son, Miss Daisy et son chauffeur est proposé dans deux mixages DTS-HD Master Audio 2.0 (VF / VO), propres et clairs, restituant parfaitement les dialogues et la musique du film, et faisant preuve d’un équilibre remarquable. On notera également la présence d’un mixage DTS-HD Master Audio 5.1, essentiellement frontal, préservant globalement bien l’esprit du film.

Du côté des suppléments, on trouvera un entretien inédit avec Bruce Beresford, d’une durée d’environ 22 minutes. Le cinéaste revient, entre autres, sur la véracité de l’histoire qu’il raconte, et sur sa volonté de tourner en décors naturels pour être au plus près du réel. Passionnant et très vivant. On terminera ensuite avec deux documents d’archives Pathé datant de 1965 revenant en un petit quart d’heure sur le combat des afro-américains pour obtenir leurs droits civils, et un troisième consacré à Martin Luther King (3 minutes).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici