Test Blu-ray : Lâchez les monstres

0
246

Lâchez les monstres

Royaume-Uni : 1970
Titre original : Scream and Scream Again
Réalisation : Gordon Hessler
Scénario : Christopher Wicking
Acteurs : Vincent Price, Christopher Lee, Peter Cushing
Éditeur : ESC Éditions
Durée : 1h35
Genre : Horreur
Date de sortie cinéma : 25 novembre 1970
Date de sortie DVD/BR : 22 septembre 2021

Un ancien champion de course découvre au lendemain de son hospitalisation qu’il a été amputé d’une jambe. L’établissement dans lequel il a atterri est dirigé par le docteur Browning, un savant fou qui essaie de créer un être humain augmenté…

Le film

[3,5/5]

Pendant le générique de début de Lâchez les monstres, le spectateur aura l’occasion de suivre un sportif effectuant son jogging dans les rues de Londres. Quand le générique se termine, c’est le drame : il fait une crise cardiaque, et se réveillera dans un hôpital pour découvrir… que sa jambe droite a été amputée. Très morcelée, la narration imaginée par Christopher Wicking à partir du roman de gare de Peter Saxon (Stephen D. Frances) alternera par la suite entre trois fils conducteurs distincts, mais on reviendra régulièrement au sort de notre malheureux jogger, dont la convalescence rythmera le film.

La deuxième fois que Gordon Hessler nous emmènera au chevet du personnage, ce dernier se rendra compte que sa deuxième jambe a été amputée. La troisième fois, ses bras l’ont été également. Ses cris de détresse sans cesse renouvelés à chaque réveil sont le leitmotiv du film, et en expliquent le titre original Scream and scream again. Si Lâchez les monstres durait deux heures, il ne resterait plus que sa tête à la fin du film, et le mec se verrait condamné à ce que ses amis ne lui offrent plus que des chapeaux jusqu’à la fin de ses jours. Heureusement, le film ne dure qu’une heure et demie, et c’est une bien curieuse expérience de cinéma.

Naviguant sans transition entre l’horreur et la science-fiction, Lâchez les monstres met en scène un trio emblématique de grandes stars de l’épouvante classique : Vincent Price, Christopher Lee et Peter Cushing. Cependant, le film ne propose que peu d’interaction entre les trois acteurs : les deux premiers partagent une scène à la fin du film, mais Peter Cushing ne fait qu’une rapide apparition avant de disparaître. Pour autant, le film de Gordon Hessler croule littéralement sous les idées narratives autant que sous les intrigues, qui apparaissent souvent comme un étrange assemblage d’éléments disparates qui ne seront jamais vraiment réunis de façon convaincante.

Pour autant, derrière le côté ouvertement désordonné de Lâchez les monstres, il est impossible avec presque cinquante de décalage de ne pas trouver un charme fou à ces intrigues so late-60’s se heurtant dans une ambiance évoquant une espèce de Chapeau melon et bottes de cuir clairement déviant. On suivra donc au cœur du film une machination militaro-gouvernementale prenant place dans un pays imaginaire évoquant fortement l’Allemagne du Troisième Reich, la traque d’un tueur en série qui s’en prend qui viole et tue les jeunes femmes en les vidant de leur sang, ainsi que les recherches d’un scientifique fou afin de créer une espèce d’übermensch à la force surhumaine. Ces sous-intrigues un peu folles forment au final une espèce de gloubi-boulga bizarre mais attachant, et pour tout dire assez avant-gardiste dans son genre.

D’une façon intéressante, on notera que la légende autour du film raconte que le cinéaste Fritz Lang avait beaucoup aimé Lâchez les monstres, au point même que le film sortit en Allemagne sous le titre Die lebenden Leichen des Dr. Mabuse (Les cadavres vivants du Dr. Mabuse).

Le Blu-ray

[4/5]

Disponible depuis le 22 septembre chez ESC Éditions dans sa collection « British Terrors », Lâchez les monstres débarque dans un superbe Combo Blu-ray + DVD + Livret de 16 pages signé Marc Toullec. Côté Blu-ray, la copie du film de Gordon Hessler est de bonne tenue : le grain cinéma est épais, et même si le film manque sans doute un peu de piqué, il nous est présenté avec des couleurs fidèles aux teintes d’origine et des contrastes finement travaillés. Tâches, rayures et autres griffes disgracieuses sont toujours visibles, mais le plaisir de (re)découvrir le film prime sur toute autre considération. Côté son, l’éditeur nous propose une version originale en DTS-HD Master Audio 2.0 mono, sans souffle ni bruits parasites. Les dialogues sont parfaitement clairs, de même que les deux titres musicaux signés du groupe de rock psychédélique gallois Amen Corner.

Côté suppléments, l’éditeur ne se sépare pas de ses excellentes habitudes, avec le traditionnel livret inédit signé Marc Toullec, qui s’accompagnera ici d’une présentation du film par Frédéric Albert Lévy (28 minutes), qui revient sur le film de façon complète et intéressante. Il commencera par évoquer l’échec du film à l’international, qu’il justifiera par un titre pas forcément très représentatif de l’oeuvre, que cela soit en VF ou en VO, et par l’argument du trio Vincent Price / Christopher Lee / Peter Cushing, qui était une supercherie à vocation commerciale. Il reviendra par la suite sur la référence faite à Lâchez les monstres dans le JezBond Rien que pour vos yeux, sur le contexte de production post-Hammer Films, ou encore sur la structure du film, qui permet à travers une thématique de décomposition/recomposition de proposer une intéressante parabole politique. Il terminera enfin en soumettant l’idée selon laquelle le film de Gordon Hessler serait une très intéressante « leçon de cinéma » pour tous les aspirants-cinéastes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici