Accueil Tags British Terrors

Tag: British Terrors

Test Blu-ray : Théâtre de sang

0
Dans Théâtre de sang, Edward Lionheart, acteur spécialisé dans le théâtre de Shakespeare, profite du fait que tout le monde le croit mort pour envoyer ad patres les critiques n'ayant pas été tendres avec ses prestations. L'occasion pour le cabot incarné par Vincent Price de mettre en scène des mises à mort grandiloquentes

Test Blu-ray : Maniac

0
Produit par la Hammer en 1963, Maniac fait partie de la petite vague de thrillers psychologiques lorgnant ouvertement du côté de chez Daphné Du Maurier ou de Boileau-Narcejac mis en boite par la firme britannique suite au succès international de Psychose en 1960. Tournés à la suite les uns des autres, Hurler de peur (1961), Paranoïaque (1963), Maniac (1963), Meurtre par procuration (1964), Confession à un cadavre (1965), Hysteria (1965) ou encore Fanatic (1965) ont donc pris le parti de délaisser – du moins en grande partie – les artifices formels du cinéma gothique pour se concentrer sur des intrigues contemporaines mettant en scène des machinations diaboliques orchestrées comme de véritables plongées au cœur des tourments de la folie humaine. Solidement ficelés, les scénarios de cette série de films étaient, le plus souvent, signés Jimmy Sangster, une des personnalités les plus incontournables de la Hammer, et proposaient le plus souvent un « twist » final inattendu, révélation qui constituerait le clou du film.

Test Blu-ray : Les maléfices de la momie

0
Profondément typique du soin apporté par la Hammer à ses productions, même les plus modestes, tout au long des années 60, Les maléfices de la momie remet, comme son titre l’indique clairement, le personnage de « la momie » sur le devant de la scène. Déjà utilisée en 1959 dans La malédiction des pharaons de Terence Fisher (suite à un accord avec Universal qui permettait à la firme britannique d’utiliser les monstres issus de leur bestiaire classique), la créature à bandelettes revient donc ici au générique d’un film ouvertement moins prestigieux – on n’y retrouve ni le nom de Terence Fisher derrière la caméra ni ceux de Christopher Lee et Peter Cushing devant – mais comme toujours absolument charmant et digne d’intérêt.

Test Blu-ray : Fanatic

1
Production Hammer du milieu des années 60, Fanatic fait partie de la vague de thrillers psychologiques contemporains produits par le studio britannique suite au succès de Psychose. On ne trouvera donc point au cœur du film le moindre artifice formel hérité du cinéma gothique, mais un huis-clos oppressant, emmenant le spectateur au cœur de la folie, là où les fantômes d’un passé trouble ne sont jamais très loin. Contrairement à des films tels que Hurler de peur (1961), Paranoïaque (1963) ou Meurtre par procuration (1964), Fanatic ne nous propose pas une intrigue lorgnant trop ouvertement du côté de chez Daphné Du Maurier ou de Boileau-Narcejac : le scénario du légendaire Richard Matheson – adapté d'un roman signé Anne Blaisdell – va en effet d'avantage chercher ses inspirations du côté de Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? (1962) : le film offrira en effet une belle grosse pathologie psychiatrique à son héroïne du troisième âge, non pas ici incarnée par Bette Davis mais par Tallulah Bankhead, actrice ayant connu son heure de gloire dans les années 30/40.

Test Blu-ray : Hurler de peur

0
Suite au succès de Psychose en 1960, la Hammer décide de se lancer dans le film d’épouvante contemporain, abandonnant les artifices formels du cinéma gothique pour des récits psychologiques au cœur desquels la folie et les fantômes d’un passé trouble ne sont jamais très loin. Ainsi, la firme britannique a-t-elle choisi, durant quelques années, de se consacrer à des intrigues « à la Daphné Du Maurier », riches en thématiques tirant sur la psychanalyse ou relevant de pathologies psychiatriques. Mission fut alors confiée à Jimmy Sangster de livrer au spectateur des récits à la croisée des chemins entre Rebecca et Psychose, et ce dernier s’acquittera de cette tâche en signant une série de scénarios assez brillants, parmi lesquels ceux de Hurler de peur (1961), de Paranoïaque (1963) ou encore de Meurtre par procuration (1964).