Test Blu-ray : La Sarabande des pantins

0
409

La sarabande des pantins

États-Unis : 1952
Titre original : O. Henry’s full house
Réalisateurs : Henry Hathaway, Howard Hawks, Henry King…
Scénario : Lamar Trotti, Richard L. Breen, Ivan Goff…
Acteurs : Charles Laughton, Oscar Levant, Marilyn Monroe
Éditeur : ESC Éditions
Durée : 1h43
Genre : Film à sketches
Date de sortie cinéma : 29 mai 1953
Date de sortie DVD/BR : 26 septembre 2017

Cinq histoires adaptées de l’oeuvre de O. Henry. Dans « Le Policier et le Motet », Soapy est un clochard à New York qui va tout entreprendre pour se faire emprisonner afin de se mettre à l’abri d’un froid hiver. Dans « L’appel du clairon », Barney, un policier, doit de l’argent à un mauvais garçon, Johnny, et se trouve plus qu’embarrassé pour dénoncer un crime commis par celui-ci. Dans La dernière feuille, la jeune Joanna tombe malade en raison du froid et sa sœur Susan prend soin d’elle. La chute ou non de la dernière feuille d’un arbre à proximité sera un présage pour la guérison de Joanna. Dans « La rançon du chef rouge », Sam et Bill enlèvent un jeune garçon qui se révèlera bien plus malin qu’eux. Enfin, Dans « Le cadeau des rois mages », Della et Jim sont très amoureux l’un de l’autre et n’ont pas sou qui vaille. Néanmoins, pour prouver son inconditionnel amour, chacun est prêt à tous les sacrifices…

Le film

[4/5]

En 1952, la 20th Century Fox décide de livrer aux yeux du monde une démonstration de son savoir-faire technique. Pour ce faire, le studio réunit cinq cinéastes prestigieux afin d’adapter cinq nouvelles signées O. Henry (1862 – 1910), écrivain américain surtout connu pour ses nombreuses nouvelles, le plus souvent amusantes, et son attachement aux « petites gens ». C’est donc ainsi que nait La sarabande des pantins, film à sketches dont les segments sont signés Henry Hathaway (La conquête de l’Ouest, Niagara), Howard Hawks (Le grand sommeil, Rio Bravo), Henry King (Un homme de fer, Les neiges du Kilimandjaro), Henry Koster (Harvey, La tunique) et Jean Negulesco (Comment épouser un millionnaire, Papa longues jambes). Du beau monde pour un film qui imposera également un casting quatre étoiles, avec notamment Charles Laughton, Oscar Levant, Marilyn Monroe, Farley Granger ou Richard Widmark…

Comme la plupart des films à sketches, La sarabande des pantins propose des segments inégaux, mais l’ensemble s’avère absolument réjouissant. La tonalité varie d’une histoire à l’autre, allant de la pure comédie au mélo le plus sirupeux ; techniquement, c’est absolument impeccable, et le lien entre les différentes vignettes est assuré par John Steinbeck. Le plus indispensable des différents sketches qui nous sont proposés au cœur du film est l’avant-dernier, intitulé « La rançon du chef rouge », et est signé Howard Hawks. En effet, celui qui avait déjà prouvé à plusieurs reprises qu’il était un maître incontesté de la comédie américaine avec des films tels que L’impossible monsieur Bébé, La dame du vendredi ou Chérie, je me sens rajeunir remet à nouveau le couvert et signe une histoire vraiment désopilante et pleine de rythme, dont Henri Verneuil et Fernandel tourneront d’ailleurs un remake quelques années plus tard avec Le grand chef (1959). Rien que pour ce segment, voir ou revoir La sarabande des pantins est indispensable…

Le Blu-ray

[4/5]

La sortie de La sarabande des pantins en Blu-ray sous les couleurs d’ESC Éditions est un petit événement en soi : on est heureux de pouvoir (re)découvrir ce film, qui était à ce jour toujours inédit en DVD en France. Le film a été remasterisé, et affiche plutôt une bonne forme : on peut dire adieu aux taches et autres poussières disgracieuses, mais également à quasiment toute la granulation d’origine de la pellicule – le réducteur de bruit vidéo (DNR) a fait son office ; de même, on remarquera également quelques traces de Edge Enhancement avec de légers halos blancs autour des personnages. L’encodage du film est en revanche proposé en 1080p, et globalement, le master est stable et propre, et les contrastes ne posent pas le moindre problème. Côté son, c’est également du bon boulot avec la VO proposée en DTS-HD Master Audio 2.0, claire et intelligible. On regrette néanmoins les quelques fautes d’orthographe qui émaillent les sous-titres français.

Côté suppléments, outre la bande annonce originale, ESC Éditions nous propose une très intéressante présentation du film par Mathieu Macheret, accompagné d’un petit sujet sur la restauration du film en mode avant / après.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici