Test Blu-ray : Incroyable mais vrai

4
1782

Incroyable mais vrai

France : 2022
Titre original : –
Réalisation : Quentin Dupieux
Scénario : Quentin Dupieux
Acteurs : Alain Chabat, Léa Drucker, Benoît Magimel
Éditeur : Diaphana
Durée : 1h13
Genre : Comédie, Fantastique
Date de sortie cinéma : 15 juin 2022
Date de sortie DVD/BR : 18 octobre 2022

Alain et Marie emménagent dans un pavillon. Une trappe située dans la cave va bouleverser leur existence…

Le film

[4/5]

Cinéaste unique en son genre, Quentin Dupieux s’est créé en quelques films un univers étrange, au cœur duquel le spectateur peut difficilement se repérer. Un monde peuplé de personnages bizarres, et dans lequel le quotidien, la science-fiction et une bonne dose d’absurde se mélangent allégrement, créant un décalage doté d’une pointe d’humour à froid. Incroyable mais vrai ne déroge pas à la règle, le film créant en l’espace de quelques séquences un univers à la fois familier et totalement fantaisiste, qui sera l’occasion pour Quentin Dupieux de signer un nouvel OVNI filmique, au cœur duquel s’était plongé notre rédacteur en chef Pascal Le Duff lors de sa sortie dans les salles. On vous invite à découvrir sa critique ci-dessous !

Un truc de fou

Après le pneu psychopathe de Rubber, la veste en Daim de Jean Dujardin ou la mouche géante de Mandibules, l’iconoclaste Quentin Dupieux signe une nouvelle fable surréaliste au concept malin. Dans Incroyable mais vrai, Alain et Marie visitent un pavillon qui semble parfait pour eux. Leur agent immobilier les accompagne jusqu’à la cave pour le clou de la visite. Une trappe d’apparence anecdotique dans la cave s’avère être en réalité un passage vers une destination inattendue qui bouleversera le cours de leur existence… Difficile d’être trop précis autour de ce secret sans gâcher le plaisir de la découverte des surprises concoctées par ce réalisateur à la créativité unique.

Le travail sur les dialogues est impressionnant dans sa construction précise, avec une dérision pince-sans-rire autour de révélations repoussées à l’extrême par des personnages se refusant à dévoiler trop vite l’information incroyable (mais vraie) qu’ils veulent pourtant partager avec impatience, comme s’ils prenaient plaisir à faire patienter ceux qui les écoutent pour s’assurer de leur attention. Quentin Dupieux gère le rythme d’Incroyable mais vrai avec un tempo très personnel, une forme de lenteur assumée, désamorcée par le thème énergique à la flûte qui accompagne les allers et retours entre les diverses temporalités. Le travail sur l’image, le montage et le son mais aussi sur comment retenir la parole avant de la libérer, maintiennent en alerte.

L’usure d’un couple

Alain Chabat en assureur pressé par ses clients, reste ancré dans la réalité (certes farfelue) alors que Léa Drucker, se sentant enlisée dans leur vie de couple pépère, se perd dans une frénésie démente pour retrouver sa jeunesse à travers le dispositif fantastique dans leur sous-sol. Benoît Magimel vit lui aussi sa crise de la cinquantaine de façon extrêmement poussée, assumant sa quête d’une vigueur renouvelée d’une façon très moderne, avec une fiabilité très relative. L’acteur honoré pour ses performances dramatiques renoue avec le registre de la comédie, une première depuis ses débuts dans La Vie est un long fleuve tranquille en 1989. Il est génialement odieux en patron macho prêt à d’immenses risques pour conserver l’intérêt sexuel de sa compagne jouée par Anaïs Demoustier. Elle est toujours si pétillante dans sa nouvelle plongée dans l’univers absurde et poétique de celui qui l’a déjà dirigée dans Au poste ! et qu’elle a déjà retrouvé depuis pour le non moins décalé Fumer fait tousser, présenté hors compétition au dernier Festival de Cannes.

La folie totale mais maîtrisée s’achève de façon abrupte, ce qui désarçonne mais permet à cet agréablement court long-métrage de ne pas s’éterniser au-delà du raisonnable. Le concept, clair sans être explicite, permet d’interroger, au-delà du dispositif ludique, notre peur de vieillir et de perdre notre capacité à séduire. Une satire sur les apparences qui nous met face à notre mortalité, en souriant puisque c’est si grave…

Le Blu-ray

[4/5]

Côté Blu-ray, la galette d’Incroyable mais vrai éditée par Diaphana s’avère une véritable réussite technique : le rendu Haute-Définition du nouveau film de Quentin Dupieux est de toute beauté, la définition et le piqué sont excellents, et les couleurs ont bénéficié d’un soin tout particulier. La profondeur de champ est d’une belle précision, et même les scènes en basse lumière ne montrent aucun signe de faiblesse. En deux mots comme en cent, le boulot d’encodage des équipes techniques de Diaphana est absolument remarquable, et rend vraiment justice à l’originalité du cinéma de Quentin Dupieux. Niveau son, la version française est proposée dans un mixage DTS-HD Master Audio 5.1, nous proposant une restitution des ambiances très soignée, tandis que les scènes musicales profitent d’une spatialisation très efficace. Un mixage DTS-HD Master Audio 2.0 est également disponible, et s’avérera sans doute plus cohérent si vous visionnez Incroyable mais vrai sur un simple téléviseur, sans barre de son ou système de Home Cinema.

Dans la section suppléments, l’éditeur nous propose une poignée de teasers conçus pour préserver le mystère du film, ainsi qu’un très informatif commentaire audio de Quentin Dupieux. On notera par ailleurs que le Blu-ray est disponible, au choix, avec une jaquette nous proposant de découvrir les personnages soit de « jour » soit de « nuit ».

4 Commentaires

      • Merci pour cette réponse rapide.

        C’est extrêmement dommage de la part de Diaphana! J’ai des amis anglophones à qui je voulais parteger cette experience hilarante. Mais malheureusement ca ne sera pas possible du tout.

        Quelle idée stupide de ne pas inclure de sous-titres anglais?…

        Savez-vous quand un Blu-Ray sera disponible avec sous-titres anglais?

        • Bonjour,

          En effet, les sous-titres anglais ne sont pas du tout une priorité pour les éditeurs français, c’est extrêmement rare d’en trouver sur les DVD / Blu-ray qui sortent dans notre pays. Même quand les films édités possèdent un potentiel « international », ou, comme dans le cas du cinéma de Quentin Dupieux, une telle singularité qu’ils pourraient intéresser du monde à l’étranger.

          Pour un Blu-ray disposant de sous-titres anglais, je crois qu’il faudra attendre une hypothétique sortie du film aux États-Unis ou au Royaume-Uni… Ou peut-être se tourner vers la VOD ou la SVOD : si d’aventure Netflix intégrait à son catalogue d’ici quelques semaines / mois, il y a de grandes chances pour qu’un sous-titrage anglais soit proposé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici