Test Blu-ray : Extrême limite

0
1724

Extrême limite

États-Unis : 1985
Titre original : Walking the Edge
Réalisation : Norbert Meisel
Scénario : Curt Allen
Acteurs : Robert Forster, Nancy Kwan, Joe Spinell
Éditeur : Carlotta Films
Durée : 1h34
Genre : Thriller
Date de sortie DVD/BR : 21 mars 2023

Jason Walk a été un brave garçon toute sa vie. Et il a payé le prix fort. La quarantaine passée, il conduit un taxi, et ne s’intéresse plus à rien. Christine Holloway a mené une vie heureuse, entre un époux aimant et un fils adorable. Jusqu’au jour où le gang de Brusstar les a tués tous les deux. Lorsqu’elle loue Jason et son taxi pour les balades ponctuées de nombreux arrêts, il ignore qu’à chaque étape elle abat un des membres du gang. Et quand il s’en aperçoit, il est piégé. En la dénonçant, il la condamne à mort. En la protégeant, il se condamne lui-même…

Le film

[4/5]

Extrême limite est une série B assez méconnue en France. Inédit dans les salles obscures, le film de Norbert Meisel s’était cependant fait un nom grâce à une sortie au format VHS sous les couleurs de Scherzo Vidéo : les cinéphiles ayant arpenté les allées des vidéo-clubs tout au long des années 80 se souviennent d’ailleurs sans doute de l’accroche que l’on pouvait lire sur la jaquette de la vidéo : « Ils l’ont poussé à l’extrême limite… Là où les lois n’existent plus ! ». Autant dire que le film marquait d’entrée de jeu sa filiation avec le « vigilante movie », qui mettait en scène des personnages lambda épris de justice arpentant les rues de la grande ville la nuit, la mâchoire serrée et le flingue à la ceinture.

« Ils l’ont poussé à l’extrême limite… » Il n’était pas nécessaire d’en dire plus. Parce qu’il était évident pour les cinéphiles de l’époque que « Ils », c’est-à-dire ceux qui avaient poussé Robert Forster à l’Extrême limite, c’était ceux que l’on appelait à l’époque les « loubards », ou les Loulous, bien connus des citadins de l’époque. Pour les moins de 35 ans qui nous liraient, et qui ne seraient pas familiers avec cette terminologie, le terme loubard désignait au vingtième siècle un jeune voyou des zones urbaines, dont le comportement marginal et asocial était perçu comme une menace par la société et ses individus. S’inscrivant dans l’héritage de la figure tutélaire de Paul Kersey, l’architecte badass incarné par Charles Bronson dans Un Justicier dans la ville (Michael Winner, 1974), Robert Forster était d’ailleurs déjà parti à la chasse aux loubards en 1982 dans le Vigilante de William Lustig : sa présence au générique du film de Norbert Meisel nous plaçait donc plus ou moins en terrain connu.

Sauf que ce n’était pas tout à fait ça, ce qui avait permis à l’époque à Extrême limite de surprendre plus d’un spectateur. Sans doute plus influencé par L’Ange de la vengeance (Abel Ferrara, 1981) que par Un Justicier dans la ville, le film s’inscrit davantage dans la lignée du « Revenge movie », puisqu’il suit la trajectoire d’une femme (Nancy Kwan) déterminée à assassiner les voyous qui ont tué son mari et son fils. Ce n’est qu’en cours de route, et au terme d’une séquence à la Collateral durant laquelle elle utilise les services d’un taxi afin de mener à bien sa mission, que le film fera la transition vers le personnage de Jason, le chauffeur de taxi incarné par Robert Forster, qui deviendra le centre du récit. La femme meurtrie sera quant à elle reléguée au second plan, cachée dans l’appartement de Jason.

Norbert Meisel et son scénariste Curt Allen décident donc de mettre en scène un justicier « involontaire », un marginal devenu l’outil de la vengeance d’une femme. Cela n’empêchera en rien Extrême limite de faire preuve d’une intensité remarquable, encore amplifiée par des punchlines efficaces et des dialogues en mode « Gilles de la Tourette », extrêmement grossiers. Les interactions entre tous les personnages sont en effet placées sous le signe de l’agression et des hostilités en tous genres : même l’idylle qui finira par se nouer entre les personnages de Robert Forster et Nancy Kwan sera parsemée d’expressions fleuries. Pour le reste, le spectateur suivra avec un grand plaisir la montée en puissance du personnage de Jason, la majeure partie du film le suivant au fur et à mesure qu’il s’affirme et s’endurcit afin de devenir un vrai dur à cuire, badass de chez badass.

Bien sûr, une grande partie de la réussite d’Extrême limite est à mettre au crédit de l’excellent Robert Forster, qui parvient à insuffler de la personnalité et de l’émotion dans son personnage de taxi et ancien joueur de base-ball. Du côté des seconds rôles, on notera la présence de Joe Spinell, inoubliable tueur psychotique de Maniac, qui incarne ici le méchant Brusstar.

Le Blu-ray

[4/5]

Personne ne l’avait vu venir, mais c’est avec un plaisir non dissimulé que l’on accueillera dans nos foyers avides de séries B ce Blu-ray d’Extrême limite édité par Carlotta Films ! Côté image, le boulot de remasterisation ayant été fait sur le film de Norbert Meisel est en tout point remarquable : plutôt que d’opter pour un ravalement de façade agressif, l’éditeur a opté au contraire pour une préservation maniaque du grain argentique. Ce qui n’empêche en aucun cas d’afficher une définition précise, un beau piqué et des couleurs éclatantes. L’image est donc au final d’une précision étonnante, les noirs sont profonds et les scènes nocturnes affichent une belle pêche, mais avec une granulation très accentuée, qui colle d’ailleurs parfaitement à la tonalité et aux thématiques du film. Côté son, VF et VO nous sont proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 1.0 frontaux et solides. L’éditeur nous conseille cependant de légèrement monter le volume si vous visionnez le film en version française, cette dernière ayant un peu été abimée par le temps ; le doublage français d’origine et à la fois désuet et génial.

Dans la section suppléments, on trouvera la traditionnelle bande-annonce. Le commentaire audio de Norbert Meisel, Nancy Kwan et Robert Forster, que l’on avait découvert sur l’antique édition DVD Zone 1 de chez Anchor Bay il y a plus de vingt ans, n’a malheureusement pas fait le voyage, probablement pour des questions de droits.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici