Test Blu-ray : Chair de poule

1
229

 
États-Unis : 2015
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : , ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h44
Genre : Aventures, Comédie
Date de sortie cinéma : 10 février 2016
Date de sortie DVD/BR : 6 juillet 2016

 

 

Les monstres des contes fantastiques « Chair de poule » s’échappent de leurs livres et sèment la terreur en ville. Leur créateur et une bande d’adolescents vont tout faire pour qu’ils retournent d’où ils viennent…

 

 

Le film

[3,5/5]

Si les exécutifs de Sony à Hollywood ont décidé aujourd’hui d’adapter l’univers de R.L. Stine au cinéma, c’est sans doute que l’un des jeunes créatifs les plus influents du studio a du développer une sorte de nostalgie concernant la série d’ouvrages « horrifiques » pour enfants et/ou de la série TV qui en fut dérivée dans les années 90. En matière de modes, chacun sait qu’il faut battre le fer quand il est chaud, et Sony ne pouvait espérer réaliser un blockbuster familial en se basant sur l’éventuelle nostalgie d’une poignée de quasi-trentenaires qui ont tout oublié/refoulé du mauvais goût des 90’s, qui allait de Chair de poule aux 2 be 3 en passant par les pin’s, les sacs bananes ou les totoches.

Sony a donc décidé de « réinventer » complètement Chair de poule, en ne gardant que le bestiaire de monstres à la façon des deux Hotel Transylvanie de Genndy Tartakovsky et Adam Sandler pour les coller au concept du film d’aventures familial type Jumanji. Et le fait est que cela fonctionne plutôt bien : l’humour est très présent, garanti par un Jack Black ne faisant jamais dans la demi-mesure, les rebondissements s’enchainent de façon fluide et sans jamais provoquer l’ennui, les effets spéciaux sont très réussis, et surtout la photo et la réalisation du film signée Rob Letterman nous réservent quelques passages assez superbes visuellement. Venu du dessin animé (Gang de requins, Monstres contre Aliens), Letterman sait incontestablement que le fait de raconter une histoire passe également par l’image, et a manifestement soigné son bébé, qui s’avère probablement son meilleur film à ce jour.

Sympathique, rythmé et 100% fun, avec juste ce qu’il faut de frissons pour franchement divertir les parents et plaire aux kidz, Chair de poule se révélera le spectacle familial par excellence. L’idéal pour occuper les petits et grands enfants en cette période estivale (les soirs où il n’y pas Fort Boyard).

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Immense succès outre-Atlantique, Chair de poule n’a pourtant réuni que 325.000 spectateurs dans les salles françaises en début d’année ; l’arrivée du film sur support Blu-ray sous les couleurs de Sony Pictures devrait permettre aux retardataires de rattraper ce pur et formidable divertissement. La galette HD est d’ailleurs de toute beauté, la photo nocturne, sublimée par un encodage Blu-ray sans faille (le piqué ne souffre jamais de la basse lumière), est vraiment superbe. Côté son, c’est également un festival de dynamisme : les effets vous feront à coup sûr sauter au plafond. Les deux mixages (VF/VO) sont proposés en DTS-HD Master Audio 5.1, qui passent tous deux en un éclair des ambiances discrètes finement spatialisées à des effets littéralement tonitruants propres à secouer les murs.

Du côté des suppléments, Sony Pictures ne se moque pas du consommateur, et nous livre une interactivité à la fois passionnante et amusante : on débute avec une série de scènes coupées, sans grand intérêt sauf en ce qui concerne le début alternatif, mettant en scène le personnage du pantin Slappy, et une fin alternative, qui modifie certains éléments très importants du dénouement du film. Le bêtisier laisse la part belle au talent d’improvisateur de Jack Black, dont on retrouvera également le talent de « rigolo » dans les extraits du casting, durant lesquels il tente de déstabiliser ses partenaires de jeu. Une featurette sur le personnage de Slappy donnera l’occasion à R.L. Stine de s’exprimer sur ce personnage récurrents de ses romans destinés à la jeunesse. Un module présenté par Dylan Minnette (ne pas faire de jeu de mot – ne pas faire de jeu de mot) et Ryan Lee reprend quelques extraits du film, et enfin un faux documentaire également introduit par Dylan Minnette évoque des événements étranges et surnaturels s’étant déroulés pendant le tournage. Très amusant à l’approche d’Halloween, le module « Créaturisé ! » nous apprend de façon didactique et très claire comment fabriquer du faux sang comment réaliser un maquillage de momie assez impressionnant.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici