Accueil Tags Sony Pictures

Tag: Sony Pictures

Test Blu-ray : The grudge (2020)

0
The grudge cuvée 2020 est un film d’horreur expérimental. D’un genre jamais vu. Et qui pourrait servir à créer une nouvelle catégorie dans le cinéma d’épouvante : le « Horror Porn ». Comme le « Torture Porn », mais uniquement composé de séquences d’horreur classiques et de jump scares.

Test Blu-ray : Retour à Zombieland

0
C’est suffisamment rare pour être souligné : la carrière de Retour à Zombieland au cinéma s’est montrée plus convaincante que celle du film original il y a dix ans. Bienvenue à Zombieland avait en effet généré 102 millions de dollars de recettes et attiré seulement 271.000 français dans les salles, sa suite en revanche a cumulé 113 millions au box-office international, et convaincu 582.000 français de faire le déplacement. Ce joli succès pourra être attribué à un timing parfait entre les deux films, mêlé à un sentiment d’attente indéniable de la part du public. Et ce public, Ruben Fleischer et ses scénaristes Matt Rheese et Paul Wernick le chouchoutent, le caressent dans le sens du poil en lui offrant pile ce qu’il est venu voir, quitte à donner par moments l’impression de manquer d’audace et de surprises.

Test Blu-ray : J’ai perdu mon corps

0
Film d'animation superbe, poétique et vraiment unique, J'ai perdu mon corps n'a bénéficié d'une sortie dans les salles obscures qu'en France, où il a réuni un peu moins de 160.000 spectateurs. S'il n'est pas sorti au cinéma dans d'autres pays, le film de Jérémy Clapin sera probablement l'un des films français de l'année 2019 les plus vus à travers le monde, tout simplement parce qu'il est proposé à l'international sur la plateforme de streaming Netflix, et qu'à ce titre, il attirera probablement un grand nombre de curieux et de cinéphiles de tous les pays. C'est sans doute le mieux qui pouvait arriver à la belle histoire de Guillaume Laurant, mise en images de faaçon brillante par Jérémy Clapin. Si on ne mesure sans doute pas encore l'impact réel que pourra avoir la découverte du film à l'international, on peut tout de même supposer que J'ai perdu mon corps, en plus d'être une véritable merveille (thématique, narrative, visuelle), risque fort de faire beaucoup de bien à l'animation pour adultes en France, en termes d'avenir et de rayonnement. En attendant, on espère que les français se rueront en masse sur le Blu-ray édité par Sony Pictures. Dense et ambitieuse, cette histoire mêlant la trajectoire d'une main coupée à la recherche de son corps (et se déplaçant à la manière de « la chose » de La famille Addams) et la morne existence de son propriétaire depuis la disparition de ses parents s'avère une véritable réussite.

Test Blu-ray : Once upon a time… in Hollywood

0
En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus

Test Blu-ray : Brightburn – L’enfant du mal

0
L’ombre de James Gunn plane au-dessus de Brightburn – L’enfant du mal. Si le réalisateur des Gardiens de la galaxie, qui s’attelle actuellement au reboot de Suicide Squad pour DC Comics, occupe certes la place de producteur au générique de ce petit film indépendant, sa paternité n’est pas à proprement parler à rattacher à James Gunn lui-même, mais plutôt à deux de ses frères cadets, Matt et Brian Gunn, qui ont co-signé le scénario du film. Mais Brightburn semble avant tout une histoire de famille : le réalisateur du film, David Yarovesky, jouait également dans le premier opus des Gardiens de la galaxie, et avait réalisé le court-métrage Guardians of the galaxy : Inferno avec David Hasselhof. Au casting du film, James Gunn n’est pas non plus très loin, puisqu’on retrouve dans Brightburn Elizabeth Banks et Michael Rooker, qui étaient tous deux au générique d’Horribilis.

Test Blu-ray : Men in Black International

0
Le succès de la « première » trilogie Men in Black, dont la particularité était d’être portée par le duo Will Smith / Tommy Lee Jones, est probablement d’avoir su trouver la bonne tonalité pile au bon moment. Parfaitement dans l’air du temps, ayant su s’adapter aux goûts versatiles du public à la fois en 1997, en 2002 et en 2012, les trois films signés Barry Sonnenfeld proposaient en effet un équilibre quasi-parfait au cœur d’une recette qui mélangeait fantaisie, humour, culture populaire et science-fiction. Mais si les trois films de la saga « MiB » sont devenus de véritables petits classiques dans leur genre, on avait pleinement conscience que la recette utilisée par Sonnenfeld et son équipe reposait sur un équilibre fragile : bien qu’utilisant les mêmes ficelles et la même générosité de comic book, le cinéaste n’avait en revanche pas réussi à toucher le cœur du public avec le pourtant extraordinaire – et ô combien sous-estimé – Wild Wild West en 1999.

Test Blu-ray : Nicky Larson et le parfum de Cupidon

0
Projet porté par la nostalgie, développé autour du désir d'une bande de presque-quarantenaires de porter à l'écran une adaptation « live » de leur dessin animé d'enfance, Nicky Larson et le parfum de Cupidon semblait l'occasion idéale afin de reformer à l'écran la fameuse « Bande à Fifi », troupe de comiques créée en 2005 par Philippe Lacheau (Fifi), Tarek Boudali, Reem Kherici, Julien Arruti (Juju), Pascal Boisson (Paco) et Patrick Mbeutcha (Patou). Si Patou avait quitté l'aventure bien avant Babysitting, le premier film officiel de la bande, aucun projet de cinéma n'était pour le moment parvenu à réunir les cinq membres « historiques » de la troupe – ceux qui tenaient l'affiche de « Qui a tué le mort ? » au Splendid en 2008.

Test Blu-ray : Escape game

0
D’une façon extrêmement étonnante, Escape game n’est pas une production Blumhouse. Même s’il en affiche à priori tous les atours – budgétaires, promotionnels, mais également formels et narratifs – et même s’il a été réalisé par Adam Robitel, petit protégé de Jason Blum et Oren Peli, Escape game est bien un film produit par Original Film, boite habituellement plutôt spécialisée dans le gros divertissement familial. D’où un thriller aux allures carrées, résolument tourné vers l’efficacité. Ainsi, s’il met certes en scène quelques têtes connues (Tyler Labine, qui incarnait Dale dans Tucker & Dale fightent le mal, ou encore Deborah Ann Woll, connue pour le personnage de Jessica « Baby Vamp » dans True blood)

Test Blu-ray : Spider-Man – New Generation

2
Seize ans séparent la sortie du premier Spider-Man de Sam Raimi et Spider-Man : New generation. Seize années que les studios Marvel, aujourd’hui sous l’égide de Disney, ont largement mis à profit afin de développer sur grand écran un univers devenu incontournable. Seize ans en gros que l’on bouffe du super-héros à toutes les sauces, de toutes les formes et de toutes les couleurs. Il semble difficile cependant de soutenir que l’on ressent une possible lassitude du public vis-à-vis de la gent super-héroïque : les chiffres réalisés par Avengers - Endgame cette semaine le démontrent encore de façon flagrante. En effet, avec un milliard de dollars de recettes en l’espace d’un weekend, le film pulvérise déjà tous les records, et on ne serait pas étonné de le voir devenir, d’ici quelques semaines, le plus succès de l’histoire du cinéma. Mais revenons à nos araignées : voilà donc 16 ans que le personnage de Spider-Man fait partie intégrante de la culture populaire, et durant ce laps de temps, le personnage a déjà été incarné par trois acteurs différents.

Test Blu-ray : L’exorcisme de Hannah Grace

0
Depuis le carton de L’exorciste en 1973, le film de possession démoniaque n’a jamais réellement quitté les écrans. Si l’on en croit le site de référence IMDb, on aurait déjà pu voir plus de 75 films touchant de près ou de loin à la thématique de l’exorcisme depuis le film de Friedkin, environ cinquante d’entre eux ayant d’ailleurs vu le jour ces vingt dernières années. L’exorcisme de Hannah Grace en fait naturellement partie : le film s’ouvre d’ailleurs sur une séance d’exorcisme pas piquée des hannetons, spectaculaire, excessive et très sanglante, même si de fait la séquence d’ouverture verse rapidement dans un côté absolument « grand guignol » qui tendra peut-être à faire vaguement sourire le spectateur.Depuis le carton de L’exorciste en 1973, le film de possession démoniaque n’a jamais réellement quitté les écrans. Si l’on en croit le site de référence IMDb, on aurait déjà pu voir plus de 75 films touchant de près ou de loin à la thématique de l’exorcisme depuis le film de Friedkin, environ cinquante d’entre eux ayant d’ailleurs vu le jour ces vingt dernières années. L’exorcisme de Hannah Grace en fait naturellement partie : le film s’ouvre d’ailleurs sur une séance d’exorcisme pas piquée des hannetons, spectaculaire, excessive et très sanglante, même si de fait la séquence d’ouverture verse rapidement dans un côté absolument « grand guignol » qui tendra peut-être à faire vaguement sourire le spectateur.

Test Blu-ray : Millénium – Ce qui ne me tue pas

0
Pour ceux qui l’ignoreraient, l’auteur de la trilogie Milléniumoriginale, Stieg Larsson, n’a jamais eu la chance de connaître l’immense succès et l’engouement suscité par ses premiers romans à travers le monde. Raz-de-marée de ventes, notamment en France où l’a saga s’est écoulée à un million et demi d’exemplaires (75 millions d’exemplaires à l’international), les trois premiers volumes de la saga ont constitué, entre 2005 et 2007, un véritable phénomène littéraire, à côté duquel il était littéralement impossible de passer. 

Test Blu-ray : Chair de poule 2 – Les fantômes d’Halloween

0
Bien conscients que le pic de popularité des romans et de la série TV Chair de poule dataient des années 90 et nécessitaient un sérieux « coup de jeune », Rob Letterman et le staff artistique de Sony Pictures s'étaient échiné à recréer de toutes pièces un univers pour leur adaptation cinématographique de 2015, en ne proposant pas à proprement parler une « adaptation » d'un ou plusieurs romans jeunesse de R.L. Stine mais en imaginant une variation sur le même thème leur permettant de mettre en scène tout un tas de monstres à la façon des dessins animés de la franchise Hôtel Transylvanie. Le résultat était fort sympathique, que cela soit pour les enfants ou leurs parents.