Accueil Tags Paul Verhoeven

Tag: Paul Verhoeven

Test Blu-ray 4K Ultra HD : Basic Instinct

4
A l’annonce de la sortie de Basic Instinct au format Blu-ray 4K Ultra HD, beaucoup de cinéphiles se sont sans doute enthousiasmés à l’idée de pouvoir profiter du summum technique actuel, en termes de définition et de couleurs, afin de redécouvrir le film ayant permis à Paul Verhoeven de côtoyer les cimes du box-office.

La Cinémathèque Française à l’été 2021

0
Le bout du tunnel approche à grande vitesse. A partir de demain, il sera enfin à nouveau possible de se faire une toile en France, après plus de six mois de fermeture complète des salles de cinéma. Enfin, l'expérience fâcheuse de l'hiver dernier, quand tout avait l'air d'être prêt pour une réouverture à la mi-décembre, nous a quand même laissé un mauvais arrière-goût.

Cannes 2021 : le nouveau film de Paul Verhoeven en compétition

0
En 1966, le parcours sulfureux de La Religieuse de Jacques Rivette avait commencé au Festival de Cannes. En sera-t-il de même pour Bendetta, le nouveau pamphlet filmique signé Paul Verhoeven ? En tout cas, le seizième long-métrage du réalisateur néerlandais y sera présenté en compétition le vendredi 9 juillet.

Test Blu-ray : Total recall

0
Après avoir fait l’objet de deux éditions Blu-ray, en 2010 et en 2013, puis fin 2020 d’un Combo Blu-ray 4K Ultra HD + Blu-ray déjà épuisé, Total Recall re-débarque le 1er avril 2021 au format Haute-Définition, toujours chez StudioCanal.

Critique : Total Recall

0
Il fut un temps, désormais lointain, où les portes d'Hollywood étaient grandes ouvertes au trublion Paul Verhoeven. Pour notre immense plaisir, le réalisateur néerlandais en a profité un maximum, avant de chercher son bonheur artistique et subversif sur les plateaux de tournage de son continent d'origine.

Test Blu-ray : Phil Tippett – Des Rêves et des monstres

0
C’est aujourd’hui au génial Phil Tippett que Gilles Penso et Alexandre Poncet rendent un vibrant hommage avec Phil Tippett : Des rêves et des monstres.

Test Blu-ray : Le flic de Beverly Hills – L’intégrale

0
Si elle était disponible au format Blu-ray en France ainsi que d’autres pays d’Europe depuis 2012, la trilogie du Flic de Beverly Hills restait à ce jour inédite aux États-Unis dans sa totalité : en effet, seul le premier film de la saga, signé par Martin Brest en 1984, était disponible en Haute-Définition sur le territoire américain. Histoire de fêter dignement l’arrivée de la totalité de la franchise aux USA, les trois films ont donc bénéficié de tout nouveaux transferts, remasterisés en 4K pour l’occasion. De quoi assurément foutre votre ancienne édition à la poubelle, ou vous en servir pour caler un meuble, n’est-ce pas ? Cette ressortie est également l’occasion de redécouvrir la saga, plus de 35 ans après la sortie du premier épisode, et éventuellement de revoir votre jugement sur celle-ci. On ne peut également s'empêcher de penser que Paramount a pu lancer cette restauration comme une façon de tâter le terrain concernant l'hypothétique mise en chantier d'un quatrième épisode de la saga – véritable arlésienne dans le sens où Le flic de Beverly Hills 4 est régulièrement annoncé en développement puis repoussé depuis une quinzaine d'années... On ne désespère pas de le voir un jour débarquer sur grand écran, même si après l'excellent Dolemite is my name en 2019, on commence à se dire qu'il y a de fortes chances que le film voie le jour directement sur Netflix.

Test Blu-ray : Spetters

0
Tourné en 1980, sorti dans les salles françaises en 1992 (!), Spetters est un film sulfureux, aujourd’hui surtout connu pour sa scène de viol collectif, qui révélerait à sa victime ses véritables penchants homosexuels. Pourtant, il ne s’agit là que d’un maigre détail du film, qui réunissait pour la cinquième fois le duo Paul Verhoeven (réalisation) / Gerard Soeteman (scénario). Verhoeven et Soeteman nous proposaient donc avec Spetters un film profondément ancré dans la société néerlandaise de l’époque, féroce et réaliste, dont on ne trouverait d’équivalent dans la carrière à venir de Verhoeven que plusieurs années plus tard avec Showgirls, qui peut être considéré comme son pendant féminin au cœur de la société américaine. En effet, les deux films suivent la trajectoire d’un personnage de classe sociale très modeste dans sa quête contrariée du succès, qui ne se fera pas selon son mérite mais révélera les aspects les plus sombres d’une société où tous les coups sont permis – même les plus rudes.

Test Blu-ray : Paris au mois d’août

3
Si bien sûr sa carrière compte un certain nombre de succès publics, Pierre Granier-Deferre est surtout connu de nos jours pour avoir été un des seuls réalisateurs français à s'être opposé à la Nouvelle Vague, véritable révolution dans le paysage cinématographique français, en affirmant son attachement à des films de facture plus « traditionnelle ». De fait, l’image qu’il peut véhiculer auprès des cinéphiles est celle d’un cinéma « de papa », très éloigné des errances urbaines, jazzy et/ou poétiques mises en scène par Jean-Luc Godard, François Truffaut ou Louis Malle.

Berlinale 2017 : Ours d’or pour On Body and Soul

0
Le jury présidé par Paul Verhoeven a donc primé le film hongrois réalisé par Ildiko Enyedi, le film qui avait fait sensation le jour de sa programmation officielle, le vendredi 10 février, dès le lendemain de l'ouverture.

Les Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma 2017

0
Les membres du Syndicat de la Critique de cinéma et de télévision ont voté en majorité cette année pour deux films présentés en compétition...

Berlinale 2017 : le jury de la compétition officielle

0
Alors que tous les futurs festivaliers peuvent désormais établir leur emploi du temps personnel à partir des informations en ligne sur le site officiel du Festival de Berlin, le rythme des annonces par rapport aux derniers détails encore restés dans le flou sur la 67ème Berlinale s’accélère. Avec ce jour celle des six personnalités du cinéma mondial, qui rejoindront le président, le réalisateur néerlandais Paul Verhoeven (*1938), au sein du prestigieux jury de la compétition, appelé à décerner le légendaire Ours d’or et quelques Ours d’argent, en dignes successeurs de Fuocoammare Par-delà Lampedusa de Gianfranco Rosi, Mort à Sarajevo de Danis Tanovic, L’Avenir de Mia Hansen-Løve et les autres heureux élus de l’édition 2016.