Alors que nous aurions dû être excité par le retour de , cet épisode d’ouverture déçoit. Caricatural et maladroit, ce premier chapitre ne parvient pas à faire transparaître la bonne humeur et l’émotion auxquelles nous avait habitué la série. Son seul mérite : poser correctement  les bases scénaristiques de la saison. Un peu plus de subtilité aurait néanmoins été la bienvenue.

 

Six mois ont passé. Haddie est sur le point de partir à l’université. L’occasion pour les de se réunir pour fêter dignement ce départ et poser pour la traditionnelle photo de famille. Julia ignore toujours comment se comporter avec Victor (Xolo Mariduena), son fils adoptif auquel elle ne s’est toujours pas attachée. Enfin, Sarah est embauchée chez Hank (Ray Romano, Everybody Loves Raymond) un photographe étrange et grognon qui n’est pas insensible au charme de la jeune femme.

Les introductions de saison sont toujours délicates. Elles doivent planter suffisamment de graines scénaristiques pour permettre aux histoires de fleurir pendant le reste de la saison sans assécher l’épisode par leurs trop grands nombres. Et si la délicatesse est, habituellement, un point fort de Parenthood ici, elle est noyée sous un trop plein de scènes décousues et mal montées faisant de ces personnages attachants des caricatures d’eux-mêmes.

Ainsi, on ne pourra s’empêcher de trouver exagérée la réaction d’Adam – prêt à se débarrasser d’un groupe, et l’argent qui va avec, car le chanteur a passé la nuit avec Amber sans dire à la jeune femme qu’il avait déjà une petite amie – alors que la saison dernière, il était prêt à vendre le studio d’enregistrement pour assurer à Haddie des études dans une grande université. De même, l’introduction lourde de Victor et l’évidence de son mauvais comportement rendent l’attachement à son personnage littéralement impossible, laissant présager un reste de saison particulièrement difficile pour lui. Perdu au milieu de ces maladresses, le départ de Haddie ne prend réellement sa dimension que lors de la dernière scène – Adam et Kristina à l’aéroport disant au revoir à leur fille – facile mais réussie. Malheureusement pas assez pour rattraper un épisode décidément bien moyen.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Marina

Cet article a été rédigé par Marina Leggiero, Responsable séries de Critique Film.